x
Close
African Banker

Un financement sans soucis pour la BADEA

Un financement sans soucis pour la BADEA
  • Publiéjanvier 31, 2024

La Banque arabe pour le développement économique en Afrique a réussi avec succès une levée de fonds de 500 millions d’euros, conduite par Afreximbank.

 

Une émission obligataire, pilotée par Afreximbank, a été sursouscrite trois fois par rapport à un carnet d’ordres de 1,5 milliard d’euros, auprès d’une cinquantaine d’investisseurs internationaux. Elle donne de nouveaux capitaux à la BADEA (Banque arabe pour le développement économique en Afrique.

Se disant « fier de l’accueil » réservé par les marchés, Fahad Aldossari, président du Conseil d’administration de la BADEA, y voit un témoignage de « la confiance que portent les investisseurs à la BADEA tant pour sa solidité financière que pour ses orientations stratégiques ». Selon lui, « la nouvelle dynamique d’accès aux marchés financiers viendra compléter le soutien historique des actionnaires pour le financement de la banque, afin de consolider son rôle d’acteur majeur dans la coopération économique arabo-africaine ».

Avis partagé par Sidi Ould Tah, le président de la banque, qui se dit « reconnaissant pour la confiance accordée à la BADEA au moment où elle célèbre son 50e anniversaire ». Cette opération marque « le début d’une longue présence sur les marchés financiers pour catalyser les ressources nécessaires aux secteurs prioritaires en Afrique Sub-saharienne, avec un accent particulier pour l’impact social ».

De son côté, Afreximbank se félicite de son rôle de « coordinateur global conjoint » dans cette émission inaugurale d’obligations sociales de premier rang non garanties. Ces produits financiers seront cotés au London Stock Exchange.

La BADEA est une institution de financement du développement créée en 1974 par 18 pays membres de la Ligue des États arabes pour fournir des financements ciblés à 44 pays d’Afrique subsaharienne ; elle comptait des actifs totaux de 5,7 milliards de dollars, en juin 2023. La BADEA est notée Aa2 par Moody’s, AA par Standard & Poor’s et AAA par la japonaise JCR, avec des perspectives positives ou stables.

Les fonds levés, 500 millions d’euros serviront à financer des projets éligibles au titre du nouveau cadre de financement durable de l’émetteur, en mettant l’accent sur les services essentiels (santé, éducation, financement des PME), la sécurité alimentaire, la création d’emplois et le logement à prix abordable.

Parmi les souscripteurs, figurent des banques centrales, des Institutions financières de développement, des gestionnaires de fonds et des banques commerciales d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Europe, du Royaume-Uni et des comptes offshore des États-Unis.

Le coordinateur précise que le prix de l’obligation à trois ans a été fixé à 100 points de base au-dessus du taux midswap de l’euro pour un rendement de 3,806 % (coupon fixe annuel de 3,750 %), bien en deçà des prévisions de prix initiales de 120-125 points de base respectivement.

*****

 

En bref

Guinée équatoriale et Ghana rejoignent le FEDA

 

Le Fonds pour le développement des exportations en Afrique (FEDA), filiale d’Afreximbank axée sur l’impact, a annoncé que les Républiques de Guinée équatoriale et du Ghana ont récemment signé son accord d’établissement. Ce qu’Afreximbank qualifie d’« étape importante » est le résultat de plusieurs mois de coopération entre ces institutions et les représentants des gouvernements cités.

« Cette étape marque le soutien des deux pays aux efforts d’Afreximbank visant à étendre les objectifs d’impact de FEDA à travers le continent », commente la banque du commerce dans un communiqué. Les nouvelles adhésions sont cruciales pour élargir le champ d’intervention de FEDA et sa mission qui consiste à fournir des capitaux de long terme aux économies africaines en mettant l’accent sur l’industrialisation, le commerce intra-africain et les exportations à valeur ajoutée.

Le président d’Afreximbank, Benedict Oramah, dirige le Conseil d’administration de FEDA : « La signature de l’accord d’établissement de FEDA crée le cadre d’une coopération renforcée et plus efficace, avec un meilleur accès à l’ensemble des instruments d’intervention offerts par Afreximbank et FEDA. Cette étape s’appuie sur le partenariat solide déjà établi avec la Guinée équatoriale et le Ghana dans le but de soutenir des investissements d’envergure dans chaque pays, dans un avenir proche. »

Le FEDA est donc est la filiale d’Afreximbank spécialisée dans l’investissement d’impact, créée pour fournir des fonds propres, des quasi-fonds propres et de la dette afin de financer le besoin de financement de plusieurs milliards de dollars (en particulier en fonds propres) nécessaire à la transformation du commerce en Afrique.

Cette structure poursuit une stratégie d’investissement multisectorielle tout au long de la chaîne de valeur du commerce intra-africain, du développement des exportations à valeur ajoutée et de la fabrication, qui comprend les services financiers, la technologie, les biens de consommation et de détail, la fabrication, le transport et la logistique, l’agro-industrie, ainsi que les infrastructures auxiliaires d’appui au commerce, telles que les parcs industriels.

@ABanker

 

 

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *