Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Sur la bonne trajectoire, Ecobank reste optimiste

Le groupe Ecobank a plutôt bien traversé la tempête de 4%, bénéficiant de la diversification de son activité. Plus que jamais, le groupe panafricain mise sur les nouvelles technologies, comme en témoigne une nomination au sein de la holding ETI.

Par Kimberly Adams

Ecobank Transnational Incorporated (ETI) a nommé Tomisin Fashina au poste de directeur exécutif groupe, Opérations et technologie. Poste qu’il occupera en plus de son rôle actuel de directeur général de eProcess International. Ade Ayeyemi, directeur général du groupe Ecobank explique ce choix par l’« accélération rapide de l’adoption du numérique par les citoyens et les entreprises d’Afrique, ainsi que l’explosion du commerce électronique sur le continent ».

« Nous continuerons d’investir dans nos capacités de technologie et de paiement afin de garantir l’excellence du service client. Nous restons optimistes quant à la croissance future et à la capacité de créer de la valeur pour les actionnaires », déclare Ade Ayeyemi, directeur général de Ecobank.

Ces évolutions transforment les secteurs de la banque et des paiements. Réussir dans les opérations et la technologie est essentiel pour le succès à court, moyen et long terme du groupe panafricain, « et fait partie intégrante de sa volonté de répondre aux attentes en constante évolution des clients ». Selon le directeur général, Tomisin Fashina « possède l’expérience nécessaire pour y parvenir, et sa nouvelle fonction lui permet d’avoir une vue d’ensemble de nos opérations et de nos technologies ».

Tomisin Fashina 

En effet, Tomisin Fashina a une trentaine d’expérience, principalement dans la gestion des technologies et les services financiers. Avant de rejoindre Ecobank, il a dirigé le conseil d’administration de la Steward Bank, au Zimbabwe. Il a également été directeur général de Yookos, un réseau social, et a occupé plusieurs postes à la Barclays Bank. Il est également passé par Citigroup Afrique du Sud et Global Transaction Services. Tominsin Fashina succède à Eddy Ogbogu, parti récemment à la retraite après onze années passées au sein du groupe.

Rappelons que le groupe Ecobank a terminé l’année 2020 sur un bénéfice net des opérations de 1,680 milliard de dollars, contre 1,622 milliard un an plus tôt (+4%). Compte tenu des importantes provisions pour risques, et d’une importante charge exceptionnelle d’amortissement, le bénéfice net ressort à 88 millions $, contre 275 millions en 2019.

Bons résultats en Afrique de l’Ouest

Pour Ade Ayeyemi, « 2020 a été une année qui a mis à l’épreuve la résilience de l’esprit humain à relever les nombreux défis alors que les gouvernements, les entreprises et les ménages s’efforçaient sans relâche de protéger les citoyens, les clients et leurs proches ». Le PDG se déclare « fier du travail acharné, du service continu à nos clients et du soutien que nous fournissons aux communautés que nous servons ».

L’Afrique francophone présente un retour sur investissement de 18,6%, l’Afrique de l’Ouest anglophone de 26,9%. En raison d’une année difficile au Zimbabwe, le ROE n’est que de 16,1% en Afrique centrale et de l’Est. Au Nigeria, la liquidité et le capital sont renforcés, pour un ROE faible (4%) mais en amélioration.

La Banque de financement et d’investissement a été le principal moteur de croissance du groupe. Les bénéfices de la banque aux particuliers et de la banque commerciale ont ​​diminué car « les ravages de la pandémie ont affecté de manière disproportionnée les ménages et les petites entreprises ». Pour autant, les dépôts ont atteint 18,3 milliards $, grâce à l’accélération de l’utilisation des canaux numériques.

Grâce aux bénéfices engrangés de l’activité, Ecobank « inverse la courbe de la qualité des actifs ». Les prêts improductifs se sont considérablement réduits. Le taux de couverture atteint 75%, contre 58% en 2019 ; « nous visons 100% à court terme », promet Ade Ayeyemi.

« Nous continuerons d’investir dans nos capacités de technologie et de paiement afin de garantir l’excellence du service client. Nous restons optimistes quant à la croissance future et à la capacité de créer de la valeur pour les actionnaires en utilisant nos investissements et nos réalisations pour accroître nos revenus et générer des rendements à long terme. »

Le groupe tiendra son assemblée générale annuelle courant juin. Celle de Ecobank Côte d’Ivoire s’est tenue le 8 avril. La filiale a dégagé un bénéfice net de 30 milliards de F.CFA (+18%) sur un produit net bancaire en hausse de 4%, à 87 milliards de F.CFA.

Bien qu’en hausse, ces résultats sont encore loin des objectifs fixés, a reconnu le président du conseil d’administration, Michel Aka-Anghui. Qui a précisé que la banque poursuit sa politique de diversification et de croissance en innovant avec la création de nouveaux produits adaptés aux besoins des clients.

KA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts