x
Close
African Banker

Soutien sans faille des actionnaires de la BAD

Soutien sans faille des actionnaires de la BAD
  • Publiéjuin 5, 2024

Avec l’approbation de ses actionnaires-États, la Banque africaine de développement augmente son capital afin de préserver sa notation financière et ainsi emprunter à moindre coût sur les marchés, si nécessaire.

 

Les gouverneurs du Groupe de la BAD (Banque africaine de développement) ont approuvé une augmentation générale du capital exigible de 117 milliards de dollars. Cet appui des actionnaires – les pays africains et plusieurs pays occidentaux – permettra à l’institution de préserver sa capacité de prêt et de répondre aux exigences des agences de notation de crédit. L’opération porte le capital autorisé de la BAD à 318 milliards $.

L’augmentation du capital exigible permettra à la BAD de répondre aux besoins considérables de financement du développement de ses pays membres, au regard également des défis mondiaux croissants.

« Le capital exigible supplémentaire nous permet de maintenir et de tirer parti de notre puissance de feu, tout en préservant notre notation. Je suis reconnaissant aux actionnaires et touché par le niveau de confiance qu’ils accordent à l’institution », a commenté Akinwumi Adesina, de la BAD, en clôture des Assemblées annuelles de la BAD à Nairobi.

« C’est une démonstration majeure de la foi et de la confiance que nos actionnaires placent en nous, et en notre capacité à bien utiliser nos ressources pour mobiliser des capitaux supplémentaires afin d’en faire encore davantage. »

À noter que lors des Assemblées générales de la BAD, le conseil des gouverneurs a également approuvé deux initiatives de la banque – et de son président – en matière de gouvernance financière. À savoir la création d’une agence panafricaine de notation, et la refonte du calcul du PIB, afin d’y valoriser des facteurs comme les forêts ou les « puits » de carbone.

La vice-présidente chargée des Finances et directrice financière de la BAD, Hassatou Diop N’Sele, précise que les quatre grandes agences de notation ont réaffirmé la note AAA de la Banque en 2023, soulignant sa très solide position en matière d’adéquation des fonds propres, sa gestion financière prudente, sa couverture de liquidité très élevée, ses excellents résultats en matière de financement, son statut de créancier privilégié et le très fort soutien de son actionnariat.

Les critères de notation de l’une des agences mondiales de notation de crédit exigent que la BAD détienne un certain niveau de capital exigible AAA pour soutenir la croissance de ses prêts. Compte tenu de la récente dégradation de la note de certains des principaux actionnaires AAA de la BAD, la nécessité d’une augmentation du capital exigible est devenue essentielle, a-t-elle expliqué.

 

Un signal fort aux marchés

Les actionnaires de la Banque ont exprimé un soutien ferme à cette augmentation de capital exigible. Pour Hassan Abdalla, gouverneur de la Banque centrale d’Égypte, « le maintien de la notation AAA de la BAD, premier partenaire de développement de l’Afrique, est en effet essentiel pour nous, en tant qu’actionnaires de la banque, afin de lui permettre de fournir un financement du développement suffisant qui réponde de manière adéquate aux besoins et aux défis pressants de l’Afrique et qui accélère sa transformation. »

Bärbel Kofler, secrétaire d’État parlementaire auprès du ministère fédéral allemand de la Coopération confirme : « L’Allemagne continue d’être un fervent partisan du développement durable de l’Afrique, et de la BAD en tant qu’institution clé pour soutenir les trajectoires de développement durable des pays membres. » L’Allemagne est le plus grand actionnaire noté « AAA » par les agences de notations.

« Nous saluons ce signal fort envoyé aux marchés, ce qui montre que la Banque est une institution solide, attachée à une note AAA autonome », se félicite Njuguna Ndung’u, secrétaire d’État au Trésor national et à la planification économique du Kenya.

L’« option retenue témoigne de la confiance de tous les actionnaires dans l’importance et la pertinence de la politique de la Banque. Nous sommes convaincus que nos efforts combinés aboutiront à une note AAA autonome dans un avenir proche », confirme Marlon Geswint, gouverneur temporaire pour l’Afrique du Sud.

L’augmentation du capital exigible permettra à la BAD de répondre aux besoins considérables de financement du développement de ses pays membres, au regard également des défis mondiaux croissants. Dans le même temps, l’approbation de cette importante augmentation du capital exigible constitue une réponse décisive à l’appel à l’action lancé par la communauté économique mondiale aux banques multilatérales de développement dans le cadre du programme de réforme et d’évolution du G20.

Par ailleurs, la BAD vient de publier son rapport annuel qui répond aux exigences de redevabilité de l’institution sur ses réalisations, ses investissements, son bilan en 2023.

 

PF, d’après un compte rendu de la BAD.

@AB

 

 

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *