x
Close
African Banker

Soutien africain aux caribéens de Sainte-Lucie

Soutien africain aux caribéens de Sainte-Lucie
  • Publiémars 14, 2024

Afreximbank octroie une facilité de 6 millions de dollars à Sainte-Lucie, ce qui permettra à cette île des Caraïbes de réhabiliter ses infrastructures.

 

Pour la première fois, le bureau des Caraïbes de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) établi récemment à Bridgetown, à la Barbade, a procédé à un décaissement de facilité. Il s’agit d’un prêt souverain à terme de 6 millions de dollars pour la réhabilitation du système éducatif lié au climat, accordé au gouvernement de Sainte-Lucie par l’intermédiaire de son ministère des Finances.

Cette facilité est un projet pilote d’Afreximbank pour son financement dans la région de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), suite à l’approbation par le Conseil d’administration de la Banque d’une limite de 1,5 milliard $ pour les États membres de cette institution caribéenne. La facilité contribuera à la remise en état des infrastructures de Sainte-Lucie, notamment de 25 écoles endommagées par la tempête tropicale Bret qui a frappé le pays en juin 2023.

Lors d’une visite de la délégation d’Afreximbank, dirigée par Okechukwu Ihejirika, directeur des opérations par intérim en charge du bureau des Caraïbes, le Premier ministre de Sainte-Lucie, Philip J. Pierre, a déclaré que cette facilité permettrait au pays d’assurer la continuité de l’éducation et le renforcement des capacités de sa jeunesse. La tempête Bret a causé des dommages considérables aux infrastructures de certaines écoles, obligeant de nombreux enfants à étudier dans des conditions dangereuses. L’équipe a également visité l’école primaire Bishop Charles Gachet R.C., qui devrait bénéficier de l’installation décaissée.

Cette facilité souligne notre approche proactive face aux défis économiques et notre engagement dans des efforts conjoints pour combler les déficits de financement.

Benedict Oramah, président du conseil d’administration d’Afreximbank, considère que la facilité mettait en évidence l’« engagement inébranlable » d’Afreximbank à soutenir les États membres en période de crise et à garantir la stabilité financière.

« La facilité souligne notre approche proactive pour relever les défis économiques et notre engagement à des efforts conjoints pour combler les lacunes de financement, ainsi que pour promouvoir le commerce et les investissements entre l’Afrique et les Caraïbes », a déclaré Benedict Oramah, cité dans un communiqué.  

L’économie de Sainte-Lucie, île située au sud de la Martinique et qui dépend du tourisme, a été confrontée à d’importants défis économiques en raison de chocs extérieurs consécutifs, notamment la pandémie de Covid-19, avec l’arrêt du tourisme qui s’est ensuivi, ce qui a entraîné une baisse de 24 % du PIB réel en 2020 et une augmentation notable du chômage. La guerre en Ukraine a également ajouté des pressions inflationnistes en raison de la dépendance de Sainte-Lucie à l’égard des importations de carburant et de denrées alimentaires.

Sainte-Lucie a récemment signé et ratifié l’accord de partenariat avec Afreximbank.

*****

Encadré

Kanayo Awani d’Afreximbank reçoit l’African Diaspora Advisory Board Global Award

 

Vice-présidente exécutive de la Banque de commerce intra-africain chez Afreximbank, Kanayo Awani, a reçu le Global Woman Award décerné par l’African Diaspora Advisory Board (ADAB) à Washington.

Dans une citation présentée lors de la cérémonie, Kanayo Awani a été reconnue pour « son dévouement, son leadership visionnaire et son impact remarquable dans la promotion du commerce intra-africain ».

En acceptant le prix, Kanayo Awani a rendu hommage à l’esprit d’engagement sans faille envers l’Afrique qui sous-tend sous travail. Évoquant l’un des crédos de la banque, à savoir que le commerce intra-africain et la ZLECAf (Zone de libre-échange continental africaine) « offrent à l’Afrique l’opportunité d’inverser la stratégie coloniale qui a fragmenté nos économies et a relégué l’Afrique à la périphérie de l’économie mondiale ».

Elle a déploré qu’en dépit de ses énormes richesses, l’Afrique exporte des emplois et abandonne ses ambitions de développement à d’autres. « Il n’y a aucune raison pour qu’un continent qui représente 18 % de la population mondiale ne représente que 3 % du commerce mondial, ou pour qu’un continent qui représente plus de 1 000 milliards de dollars d’échanges commerciaux échange si peu avec lui-même, ou pour que le paiement des biens et des services entre voisins africains passe par des banques situées en dehors de notre continent. »

Par ailleurs, Kanayo Awani a également reçu le titre de « Titan de l’industrie » décerné par la sixième région de l’Union africaine (AU6RG), basée au Canada, pour ses « contributions exceptionnelles et ses réalisations novatrices ».

@ABanker

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *