x
Close
African Banker

Relever les défis de la santé

Relever les défis de la santé
  • Publiéjuin 20, 2024

Le CDC-Afrique et Afreximbank s’engagent dans une facilité de 2 milliards de dollars pour soutenir le secteur de la santé et de la fabrication de produits pharmaceutiques.

 

La Banque africaine d’import-export et CDC-Afrique (Centres africain de contrôle et de prévention des maladies) renouvellent leur partenariat. Ce, à l’occasion du Forum mondial pour la souveraineté et l’innovation vaccinales qui se déroule à Paris, en France.

Dans le cadre de cette collaboration, Afreximbank engage une facilité de 2 milliards de dollars en faveur du « Plan d’investissement pour la sécurité sanitaire en Afrique » en vue de soutenir l’ambition de fabrication de produits de santé sur le continent. Cette initiative mettra l’accent sur deux outils existants : le Mécanisme africain d’achats groupés (APPM) et la Plateforme pour la fabrication harmonisée de produits de santé en Afrique (PHAHM).

Le Plan d’investissement pour la sécurité sanitaire en Afrique permettra de soutenir et de financer des projets clés de santé identifiés par les CDC africains.

L’« initiative est essentielle pour relever les défis de l’Afrique en matière d’investissement dans la santé, promouvoir le développement économique et renforcer la sécurité sanitaire sur l’ensemble du continent », considère Afreximbank dans un communiqué.

Les partenaires veulent également compléter le mécanisme de financement innovant du GAVI, l’Accélérateur de la production de vaccins en Afrique (AVMA), qui devrait fournir jusqu’à 2 milliards $ de financement aux fabricants africains de produits de santé et pharmaceutiques au cours des dix prochaines années.

On le sait, les sociétés pharmaceutiques africaines sont confrontées aux graves conséquences des problèmes de santé, de sécurité et d’économie au niveau mondial, mais elles sont à l’origine d’investissements et d’avancées technologiques dont le secteur de la santé a besoin. La faible confiance des investisseurs, le manque d’infrastructures appropriées, les barrières commerciales et les défis réglementaires sont quelques-uns des obstacles à l’investissement dans le secteur de la santé en Afrique. Bien que des fonds puissent être disponibles, de nombreux investissements potentiels ne se matérialisent pas en raison d’obstacles financiers et non financiers. « Des efforts coordonnés au niveau continental sont essentiels pour inverser cette tendance et s’aligner sur le nouvel ordre de santé publique », expliquent Afreximbank et CDC Afrique.

 

Atteindre l’autosuffisance

Et les partenaires de considérer comme « essentiel » de combler le déficit d’investissement pour réaliser l’ambition de l’Union africaine de fabriquer sur le continent 60 % des vaccins nécessaires d’ici à 2040. Il s’agit aussi de mettre en œuvre toutes les autres « contre-mesures » nécessaires en vue de garantir l’autonomie, en particulier pendant les crises épidémiques.

Selon Benedict Oramah, président d’Afreximbank, « cette facilité contribuera à renforcer la fabrication de produits pharmaceutiques et de santé en Afrique grâce à nos interventions globales et existantes telles que le financement de la préparation des projets, le financement des projets et du commerce ainsi que les garanties ». Et de promettre : « Nous avons l’intention de peser de tout notre poids pour appuyer cette facilité en investissant des fonds propres par le biais de notre filiale FEDA, le Fonds de développement des exportations vers l’Afrique. »

Un volontarisme partagé par Jean Kaseya, directeur général du CDC Afrique, selon qui « ces investissements majeurs changeront le visage de la fabrication de produits de santé en Afrique pour les années à venir ». En effet, « protéger notre avenir, c’est investir dans notre capacité à atteindre l’autosuffisance pour toutes les contre-mesures sanitaires, ce qui est vital pour accomplir notre mission de protection de la santé de l’Afrique », considère le Dr Kaseya.

 

Trois piliers clés

Le Plan d’investissement pour la sécurité sanitaire en Afrique permettra de soutenir et de financer des projets clés de santé identifiés par les CDC africains. L’effort conjoint combine des ressources institutionnelles et financières, des outils financiers tels que le financement par actions et par emprunt, des garanties, du capital-risque, le renforcement des capacités et le partage des risques pour stimuler et attirer davantage d’investissements dans la santé en Afrique.

Jean Kaseya (CDC-Afrique) et Benedict Oramah (Afreximbank).
Jean Kaseya (CDC-Afrique) et Benedict Oramah (Afreximbank).

 

Ce plan repose sur trois piliers clés. Premièrement, une assistance technique et services de conseil. Il constitue dès lors un point d’entrée unique pour la préparation et la mise en œuvre de projets de santé, avec le soutien du CDC Afrique pour le renforcement des capacités. Deuxièmement, un portefeuille de projets d’investissement. Une liste prospective des projets d’investissement dans le domaine de la santé en Afrique est déjà accessible via le Portail de projets Afreximbank.

Troisièmement, ce plan représente un appui réglementaire et normatif. Il s’agit de mettre en œuvre de programmes pour éliminer les goulets d’étranglement et créer un environnement propice au commerce et à l’investissement.

@ABanker

 

 

 

 

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *