x
Close
African Banker

Que réserve 2024 aux banques africaines ?

Que réserve 2024 aux banques africaines ?
  • Publiédécembre 22, 2023

Les conditions d’exploitation de la plupart des banques africaines devraient être similaires à celles de cette année, mais certains signes indiquent que la situation pourrait s’améliorer. Examinons en détail les perspectives des banques africaines pour 2024.

 

La santé du secteur bancaire africain en 2024 sera marquée par deux tendances très différentes, qui ont toutes deux exercé une grande influence en 2023 : une concurrence accrue, principalement due à la révolution numérique, et l’instabilité économique et géopolitique mondiale. La première est une tendance à long terme qui prend de l’ampleur, tandis que la seconde constitue, espérons-le, une menace à plus court terme pour la rentabilité des banques et la santé économique plus générale du continent.

Les banques africaines et les économies nationales plus généralement ont souffert des retombées à long terme de la pandémie de Covid-19 et de l’impact de l’invasion russe de l’Ukraine sur les prix des denrées alimentaires et de l’énergie. « Ces facteurs ont été aggravés par des poches d’instabilité politique à travers le continent, une faible demande d’exportations due à une croissance mondiale tiède, un resserrement de la politique monétaire et une augmentation du coût des emprunts qui en découle », écrivait la BAD (Banque africaine de développement) fin novembre.

L’argent mobile peut combler les lacunes des services bancaires, mais il peut aussi devenir une technologie de transition, les utilisateurs passant à la banque numérique une fois qu’ils sont déjà à l’aise avec les portefeuilles mobiles sur leur téléphone.

Le secteur s’est fortement redressé depuis la pandémie et les revenus des banques africaines sont désormais plus élevés qu’avant la crise, bien que le rendement des capitaux propres soit encore légèrement inférieur sur certains marchés.

Les conditions d’exploitation pour la plupart des banques africaines devraient être similaires en 2024 à celles de 2023, avec une inflation et des taux d’intérêt élevés, des niveaux d’endettement croissants et la dépréciation de nombreuses monnaies africaines qui continuent à poser des défis à la fois aux banques commerciales et à leurs clients. En outre, la plupart des gouvernements africains n’ont pas été en mesure de se tourner vers les marchés internationaux de la dette en raison des taux d’intérêt élevés depuis le début de l’année 2022, et se sont donc appuyés plus fortement sur le financement des banques africaines.

Toutefois, certains signes indiquent que la situation pourrait s’améliorer au cours de l’année 2024. Malgré l’instabilité géopolitique internationale et la faible croissance économique mondiale, la BAD prévoit que la croissance de l’Afrique passera de 3,4 % en 2023 à 3,8 % en 2024. De son côté, le FMI prévoit que l’inflation annuelle moyenne en Afrique passera de 16,2 % à la fin de 2023 à 10,5 % à la fin de 2024.

 

Une Fintech très surveillée

Le nombre de banques en concurrence sur les marchés africains s’accroît, en partie grâce à l’expansion des banques établies sur les marchés voisins, mais surtout grâce à la création de nouveaux acteurs désireux d’exploiter les opportunités créées par les nouvelles technologies. Outre le coût de développement des plateformes numériques, les banques peuvent réaliser d’énormes économies en automatisant les services, notamment les virements bancaires et les demandes de prêt. Cela peut également permettre aux banques d’obtenir d’énormes quantités de données sur leurs clients, ce qui leur permet d’adapter leurs offres de prêt.

La pandémie a joué un rôle dans l’accélération de la transformation numérique de quelques années, mais les avantages pour les banques et les clients semblent rendre le processus inévitable. L’amélioration de l’accès à l’Internet permet aux clients d’accéder aux services bancaires par l’intermédiaire de plateformes mobiles et internet, ce qui réduit les coûts pour les banques et donne aux clients plus de flexibilité quant au moment et au lieu où ils utilisent les services financiers, du moins pour ceux qui sont en mesure d’y accéder. Selon McKinsey, les banques africaines ont actuellement un ratio coût/actif deux fois plus élevé que la moyenne mondiale (4% à 5 %), mais une plus grande adoption de la banque numérique pourrait contribuer à réduire ce chiffre.

La Fintech est la technologie financière utilisée pour accélérer, automatiser et améliorer d’une autre manière la fourniture et la consommation de services financiers, principalement grâce à de nouveaux logiciels et algorithmes, et son utilisation devrait continuer à croître en 2024. Les plus grands centres africains d’innovation Fintech, en Afrique du Sud, au Kenya, au Nigeria et au Ghana, devraient continuer à se développer à mesure que de nouvelles applications pour la technologie numérique sont mises au point. Selon McKinsey, un peu moins de la moitié des 5 200 start-up technologiques en Afrique en 2021 étaient des Fintechs. La tendance à la collaboration entre différents prestataires de services financiers devrait également s’accélérer, les Fintech s’appuyant sur des banques établies ou travaillant avec des entreprises de télécommunications.

Même les banques disposant des plus grands réseaux d’agences, telles que Standard Bank en Afrique du Sud ou Access Bank au Nigeria, n’ont pas d’agences dans de nombreuses zones rurales.

 

La bancarisation progresse

Ce sont également les zones où les taux d’accès à l’internet sont les plus bas et où l’adoption des services bancaires numériques est la plus faible. Pourtant, le coût moyen d’un Go de données a diminué d’un tiers en Afrique entre 2018 et 2021, ce qui pourrait rendre les services bancaires numériques plus attrayants, notamment en raison du faible coût de certains téléphones mobiles.

Les chiffres varient, mais le point de basculement à partir duquel plus de 50 % des adultes africains disposent d’une forme de compte bancaire devrait avoir été atteint en 2023 ou le sera à un moment donné en 2024. La course à la clientèle augmentera la pénétration des services financiers mais, comme dans le secteur des télécommunications mobiles, on s’efforce désormais d’accroître les revenus moyens des clients en leur proposant des services financiers supplémentaires, tels que l’assurance et l’investissement personnel.

L’impact de la révolution Fintech est le plus souvent caractérisé par la montée en puissance des banques numériques qui s’appuient entièrement sur des applications mobiles et des plateformes bancaires en ligne sans avoir besoin d’agences bancaires physiques, érodant ainsi la position des banques traditionnelles dont la réputation est mieux établie et qui disposent de vastes réseaux d’agences. Il y a une part de vérité dans cette description, mais les banques africaines Digital-first existantes – c’est-à-dire celles qui ont été lancées sur des plateformes numériques et qui continuent à s’y concentrer – sont concentrées au Nigeria et en Afrique du Sud. D’autres devraient apparaître au cours de l’année 2024, mais la tendance la plus importante est peut-être celle des banques traditionnelles qui migrent leurs opérations vers les plateformes numériques, toutes les grandes banques africaines offrant désormais des services numériques.

Si l’on ajoute à cela l’argent mobile et les agences bancaires, il est clair que l’écosystème bancaire africain devient de plus en plus sophistiqué et diversifié. Un autre élément est fourni par la banque islamique, qui a longtemps eu une forte présence en Afrique du Nord, mais qui fait maintenant des incursions plus au sud. En septembre 2023, la Banque d’Ouganda a délivré sa première licence bancaire islamique à la Salaam Bank Uganda, filiale d’une banque basée à Djibouti. D’autres parlements semblent prêts à adopter la législation nécessaire pour faire de même.

La concurrence croissante dans le secteur bancaire devrait réduire les coûts pour les clients et encourager les banques à commercialiser des produits destinés aux personnes qui n’ont pas encore accès aux services financiers.

 

Consolidation des fusions et acquisitions

Les banques numériques telles que Bank Zero, Discovery Bank et Tyme Bank s’adressent déjà aux personnes non bancarisées en Afrique du Sud. Il s’agit d’un changement important par rapport à l’image traditionnelle des banques africaines, qui se concentrent sur les grandes entreprises et les particuliers fortunés, avec des soldes d’ouverture de 1 000 dollars souvent exigés. Pourtant, aujourd’hui encore, la plupart des salariés modestes, des travailleurs informels et des PME n’utilisent pas les services financiers, en partie parce que les banques ne les ciblent pas activement. En outre, même les personnes disposant d’un compte bancaire n’utilisent pas encore les services numériques ; il reste donc un long chemin à parcourir pour que la banque numérique devienne la norme.

 

Parallèlement à l’augmentation du nombre de banques sur la plupart des marchés nationaux, on assiste également à une certaine consolidation par le biais de fusions et d’acquisitions. De nombreuses banques centrales et autres régulateurs augmentent leurs exigences minimales en matière de fonds propres afin d’améliorer la santé économique globale des banques individuelles, mais aussi la réputation de l’ensemble de leurs systèmes bancaires. Il faut de nombreuses années pour créer un ensemble de banques solides, bien capitalisées et bien gérées, mais les réputations peuvent être érodées très rapidement par une série d’effondrements bancaires, c’est pourquoi les banques centrales agissent maintenant pour prévenir les crises futures.

Par exemple, à la fin de l’année 2022, la Banque d’Ouganda a augmenté le seuil de capital minimum pour les banques commerciales de 6,9 millions $ à 40,7 millions $, passant ainsi de l’un des chiffres les plus bas d’Afrique de l’Est à l’un des plus élevés. À titre de comparaison, le capital minimum du Kenya (33 millions $) était auparavant le plus élevé de la région. Là encore, ce processus devrait se poursuivre jusqu’en 2024 et au-delà.

Le nombre de banques opérant en Tanzanie a chuté de 59 à 44 depuis 2017, en partie grâce aux fusions entre Tanzania Commercial Bank et TIB Corporate Bank, et à la fusion à trois de Mwanga Community Bank, EFC Microfinance Bank et Hakika Microfinance Bank en 2020 pour former la nouvelle Mwanga Hakika Bank. Cependant, le marché tanzanien reste dominé par les six plus grandes banques. La Banque de Tanzanie n’a pas indiqué si elle avait en tête un nombre préféré de banques, mais il ne serait pas surprenant que de nouvelles fusions-acquisitions continuent de réduire le nombre de banques dans le pays au cours des deux prochaines années.

 

Opportunités transfrontalières

Les régulateurs et les gouvernements sont également intervenus pour lutter contre l’augmentation des niveaux d’endettement des banques. Le gouvernement ghanéen souhaite ramener le ratio dette/PIB des banques en dessous de 55 % et s’est donc lancé dans un programme d’échange de dettes qui s’est achevé en septembre 2023, afin d’échanger les obligations existantes contre des obligations à plus long terme et à taux d’intérêt nominal plus bas.

La ZLECAF (Zone de libre-échange continental africain) offrira aux banques davantage de possibilités d’expansion. Sa mise en œuvre sera un processus à long terme, les barrières commerciales étant progressivement éliminées sur plusieurs années. Cela devrait créer plus d’opportunités pour le commerce qui nécessitera un financement bancaire, mais la ZLECAf aura également un impact direct sur le secteur bancaire puisque les barrières à l’expansion des banques sur d’autres marchés doivent être démantelées.

Toutefois, les licences bancaires nationales seront toujours requises, de sorte que les banques continueront le plus souvent à pénétrer de nouveaux marchés en rachetant des banques établies. Par exemple, la société nigériane Umba, qui est soutenue par des investisseurs en fintech tels que Costanoa Ventures, a acheté une participation majoritaire dans la banque kényane Daraja Microfinance Bank.

Les banques peuvent également utiliser le système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS), développé par Afreximbank pour faciliter le paiement, la compensation et le règlement des échanges transfrontaliers en Afrique. Bien qu’il ait été lancé en 2022, les centaines de banques africaines qui ont adhéré au projet l’utilisent déjà. La possibilité d’effectuer des transactions transfrontalières en utilisant des devises africaines pourrait avoir un impact considérable à long terme sur les flux financiers et réduire l’utilisation de devises fortes par les banques africaines.

L’un des principaux développements en 2024 sera l’ouverture du deuxième pays le plus peuplé d’Afrique, l’Éthiopie, aux investissements étrangers dans le secteur bancaire. Le gouvernement a déjà accepté de libéraliser les secteurs de la banque et des télécommunications et la Banque nationale d’Éthiopie vient d’accorder à Safaricom M-Pesa Mobile Financial Service la première licence d’exploitation de services d’argent mobile du pays, en concurrence avec le seul opérateur existant, Telebirr d’Ethio Telecom.

Safaricom M-Pesa a été lancé en Éthiopie au second semestre 2023 et il sera intéressant de voir à quelle vitesse il parviendra à conquérir des parts de marché. La société est détenue par un consortium dirigé par Safaricom et comprenant Vodafone, l’opérateur sud-africain Vodacom et le japonais Sumimoto. Le gouvernement s’est engagé à délivrer entre trois et cinq licences bancaires dans le pays au cours des cinq prochaines années.

Le secteur s’est fortement redressé depuis la pandémie et les revenus des banques africaines sont désormais plus élevés qu’avant la crise, bien que le rendement des capitaux propres soit encore légèrement inférieur sur certains marchés.

L’argent mobile peut combler les lacunes des services bancaires, mais il peut aussi devenir une technologie de transition, les utilisateurs passant à la banque numérique une fois qu’ils sont déjà à l’aise avec les portefeuilles mobiles sur leur téléphone. Le Kenya en est l’exemple le plus évident. C’est là que le système d’argent mobile M-Pesa a été lancé par Safaricom et Vodafone en 2007 et aujourd’hui, la plupart des adultes kenyans utilisent des portefeuilles mobiles. En conséquence, la proportion de la population ayant accès à une forme quelconque de service financier est passée de 26 % en 2006 à 83 % d’ici 2021.

D’autres marchés où les taux de pénétration des services financiers sont élevés montrent que les plateformes numériques sont très bien acceptées par la population. Par exemple, une étude menée par le Boston Consulting Group en 2023 a révélé que 87 % des Sud-Africains préfèrent utiliser des applications bancaires mobiles, contre 7 % qui préfèrent se rendre dans leur agence.

Le secteur dans son ensemble devrait continuer à croître fortement au cours des deux prochaines années, McKinsey prévoyant en 2022 que le marché africain des services financiers pourrait croître de 10 % par an pour générer des revenus de 230 milliards $ par an d’ici 2025. Des progrès constants seront également réalisés dans l’adoption des paiements électroniques, mais ceux-ci ne représentent encore que 6 % de toutes les transactions en Afrique, de loin le taux le plus bas de toutes les régions, en partie à cause d’une infrastructure de paiement par carte limitée et d’une faible utilisation des réseaux de points de vente.

@ABanker

 

 

 

Écrit par
Neil Ford

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *