x
Close
African Banker

Perspectives stables pour BGFI Holding

Perspectives stables pour BGFI Holding
  • Publiénovembre 11, 2022

L’agence Bloomfield maintient sa notation sur BGFI Holding, notant que les facteurs de solidités l’emportent sur les risques à court ou moyen termes. Le groupe bancaire se félicite de la solidité de sa signature, malgré la fragilité de certains marchés.

 

À l’issue du processus de notation financière de BGFI Holding Corporation (BHC), le Comité de notation de l’agence Bloomfield Investment a décidé de maintenir sur le long terme, la note de A+, assorti d’un avis de « perspective stable ».

Basées sur une évaluation rigoureuse portant sur la période de juin 2021 à juin 2022, les notes obtenues A+ à long terme et A- à court terme se sont avérées « très satisfaisantes dans la définition et l’interprétation de l’échelle de la notation financière internationale », se félicite le groupe bancaire, qui reprend ici les termes de l’agence africaine de notation financière.

En effet, « le groupe BGFIBank a su démontrer sa résistance dans une période de sortie de crise liée à la Covid-19 et qu’il a su mettre en œuvre une stratégie appropriée ». Le groupe a continué d’enregistrer de bonnes performances économiques, avec une qualité de crédit élevée, soutenue par des facteurs de protection jugés bons.

« Cette notation s’inscrit résolument dans la volonté permanente d’ancrer le développement de notre groupe dans l’excellence et la transparence vis-à-vis de l’ensemble de nos parties prenantes », commente le PDG Henri-Claude Oyima.

Certes, reconnaît BGFI qui se réfère à nouveau à Bloomfield, « les facteurs de risques sont plus variables et plus importants en période de pression économique ». Pour autant, sur le court terme, le rapport souligne une certitude de remboursement en temps opportun élevée. « Les facteurs de liquidité sont forts et soutenus par de bons facteurs de protection des éléments essentiels. Les facteurs de risques sont très faibles. »

Pour le groupe bancaire, la notation « A+ » s’explique principalement par des facteurs positifs, parmi lesquels une position de leader maintenue dans la zone CEMAC (Afrique centrale) malgré la baisse des parts de marché, observée depuis 2020. De plus, le groupe enregistre une hausse du niveau d’activité de ses filiales, ce qui se traduit par l’augmentation du produit net bancaire consolidé de 5%. De son côté, la holding BHC continue de percevoir un résultat net positif, en dépit de la non-perception des dividendes en provenance de ses filiales de la zone CEMAC. Le groupe bancaire poursuit « ses efforts assidus » pour renforcer le cadre de gouvernance et le dispositif de contrôle interne.

De plus, la banque fait état d’un « bilan satisfaisant » pour la première année du projet d’entreprise Dynamique 2025, ce qui souligne ses « bonnes aptitudes » à réaliser les ambitions affichées.

La banque, dans le sillage de l’agence de notation, ne masque pas deux facteurs de fragilité. En premier lieu, une performance globale de BHC affectée par les dispositions réglementaires mises en place pour atténuer les effets de la pandémie de coronavirus. En deuxième lieu, un risque sociopolitique et sécuritaire présent dans certains pays d’implantation du groupe.

« Cette notation s’inscrit résolument dans la volonté permanente d’ancrer le développement de notre groupe dans l’excellence et la transparence vis-à-vis de l’ensemble de nos parties prenantes », commente le PDG de BGFIBank, Henri-Claude Oyima. Selon qui cette notation « confirme la qualité de notre signature qui se matérialise par des fondamentaux solides en lien avec notre maturité et notre positionnement fort sur nos marchés ».

L'immeuble Atlas, siège de la BGFI Holding Corporation.
L’immeuble Atlas, siège de la BGFI Holding Corporation.

*****

En bref

Le Gabon lève 175 milliards de F.CFA

 

Lancée le 20 octobre sur le marché financier de la CEMAC, la souscription à l’emprunt obligataire EOG « 6,5% NET 2022-2028 » s’est achevée le 28 octobre. Elle a été pleinement souscrite, permettant au Gabon de lever 175 milliards de F.CFA (267 millions d’euros), la somme recherchée. Les souscripteurs sont issus de plusieurs pays, dont le Gabon, le Cameroun, le Tchad, la Centrafrique, la France, les États-Unis… Quelque 3,54% du capital a été souscrit par des personnes physiques. Les obligations, portant 6,5% d’intérêt l’an avec un décalage d’un an, seront prochainement cotées sur les marchés financiers de la CEMAC.

Cette levée de fonds a été arrangée par ESS Bourse, CBC Bourse, Africa Bright, BGFI Bourse et Banque Atlantique.

@ABanker

 

Écrit par
Paul Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *