Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Paga s’associe à Visa dans le paiement mobile

La Fintech Paga, basée au Nigeria, vient de conclure un partenariat majeur avec Visa, afin d’accélérer le développement des solutions de paiement mobiles chez les commerçants africains. Un témoignage de l’avance de l’Afrique dans ce domaine.

Par Laurent Soucaille

Le géant américain des systèmes de paiements Visa a choisi de s’associer à la start-up nigériane Paga afin de bénéficier de son expertise et d’un riche réseau de clientèle de commerçants. Paga développe des technologies de pointe qu’elle propose en Afrique de l’Ouest, en Éthiopie et au Mexique.

Dans le cadre du nouvel accord, les titulaires de compte Paga peuvent accéder aux informations d’identification de Visa, à la fois des cartes physiques et virtuelles, ce pour effectuer des transactions partout dans le monde. Si l’accord ne prévoit pas d’investissement dans la société africaine, il devrait permettre de générer des volumes de paiement plus importants pour les deux entreprises.

Les ingénieurs de Visa et de Paga travaillent déjà de concert, depuis le début de l’année 2020, pour proposer à leurs clients de nouvelles fonctionnalités de paiement au Nigeria, dès le deuxième trimestre 2020.

La Fintech nigériane s’appuie un réseau multicanal qui permet à 14 millions d’utilisateurs, pour le seul Nigeria, de transférer de l’argent, d’effectuer des paiements et des transactions à l’aide de leur téléphone. Les utilisateurs peuvent accéder à l’application mobile pour les transactions ou via les 24 840 agents disponibles.

L’application sert de portefeuille mobile, offrant une facilité d’utilisation et une commodité pour les personnes. De son côté, Visa compte sur les technologies et l’expérience-clients de Paga pour améliorer sa solution, sur le plan technique.

« Nous sommes ravis de nous associer à Visa, un leader mondial des paiements, car les équipes créent en permanence des solutions de classe mondiale pour les consommateurs et les entreprises. Nos objectifs se rejoignent. Alors que nous étendons notre portefeuille sur des marchés émergents tels que le Nigeria, le Mexique et l’Éthiopie, un partenariat pour donner aux consommateurs et aux entreprises l’accès au réseau mondial de Visa était logique pour nous », a déclaré la société dans un communiqué de presse.

Un accord gagnant-gagnant

« Il est une priorité stratégique, pour Visa, de proposer des solutions pour numériser la trésorerie. Nous voulons élargir l’accès des commerçants à l’acceptation des paiements et nous voulons favoriser l’inclusion financière », commente de son côté Otto Williams, responsable chez Visa des partenariats stratégiques en Afrique.

Les ingénieurs de Visa et de Paga travaillent déjà de concert, depuis le début de l’année 2020, pour proposer à leurs clients de nouvelles fonctionnalités de paiement au Nigeria, dès le deuxième trimestre 2020.

Bien que l’accord ne comprenne pas d’investissement monétaire, il permettra l’expansion de Paga à travers l’Afrique et la société travaillera directement avec d’autres start-up. Grâce à ce partenariat stratégique, les deux sociétés peuvent bénéficier de l’augmentation des volumes de paiement.

Plus que le Nigeria, Paga espère exploiter d’autres marchés où elle est déjà présente, comme la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest, ainsi que l’Éthiopie et le Mexique. En donnant accès à sa plateforme de paiement, la Fintech peut aider d’autres entreprises à numériser leurs transactions.

Selon Paga, les commerçants qui utilisent sa plateforme de paiement peuvent bénéficier du partenariat, car ils seront en mesure d’accepter les paiements même sans carte de paiement, dans n’importe quelle banque.

En effet, la société va proposer des codes QR et des tags NFC, utilisés dans le paiement sans contact, sur le marché nigérian d’abord, offrant ainsi des moyens alternatifs aux cartes physiques.

L’attrait technologique de l’Afrique ne se dément pas

Les deux sociétés ont signé un partenariat à long terme qui en annonce d’autres. Peu avant cet accord, Paga venait d’acquérir la start-up éthiopienne de développement de logiciel Apposit.

Plus généralement, ce partenariat confirme l’intérêt de Visa pour l’Afrique. Le géant financier, réputé pour être en perpétuelle veille technologique, a conclu, ces derniers temps, des accords avec plusieurs sociétés africaines de technologies, telles que la start-up nigériane de paiement Flutterwave et la jeune pousse Yoco (Afrique du Sud), spécialiste des paiements d’entreprise et de matériel informatique pour les PME.

Le géant financier, réputé pour être en perpétuelle veille technologique, a conclu, ces derniers temps, des accords avec plusieurs sociétés africaines de technologies.

Visa ne conclut pas des accords sans précaution : en 2019, si le groupe s’est associé au spécialiste des jeux en ligne Razer, il a préféré se retirer du projet de monnaie virtuelle libra de Facebook.

L’accord avec Paga confirme donc l’ambition de Visa de se développer massivement en Afrique pour conquérir un marché encore considéré comme émergent. Visa veut s’entourer des meilleures start-up du continent pour adapter sa stratégie.

Le marché des Fintechs est désormais le mieux financé en Afrique. En effet, les Fintechs africaines ont capté 41,3% des investissements du continent, soit 836 millions de dollars, selon les données du fonds Partech .

LIRE AUSSI

Les start-up africaines lèvent 2 milliards de dollars en 2019

Pas moins de 60% des investissements réalisés au Nigeria vont vers ce secteur d’activité.

Du côté de chez Visa, on rappelle que des milliers d’entreprises tentent d’offrir des produits de financement numérique aux consommateurs et aux PME du continent pour pallier le manque d’offre actuel.

Le rival Mastercard n’est pas en reste, comme en témoigne l’investissement de 50 millions de dollars dans Jumia, afin de déployer de nouveaux moyens de paiement pour les clients africains de l’entreprise basée à Lagos.

On le sait, en Afrique, des millions de personnes n’ont pas accès aux réseaux bancaires classiques, ou ne veulent pas y accéder. C’est pourquoi le paiement numérique, aidé par le fort taux de pénétration de la téléphonie mobile, fournit diverses solutions aux populations africaines.

De quoi susciter l’appétit des grands groupes internationaux, comme Orange, qui fait état de 18,2 millions de clients actifs pour Orange Money, son service de transfert d’argent et de paiement mobile lancé en 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This