Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Nouvel accord entre l’ITFC et Afreximbank

Afreximbank et l’ITFC joignent leurs forces et leur expertise pour combattre la pandémie de la Covid-19. Un accord entre les deux parties permettra également à la banque d’intensifier son soutien à la facilitation du commerce en Afrique.

Par Aude Darc

La Banque africaine d’import-export et la Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC) ont signé une facilité de 250 millions de dollars. Celle-ci permettra à Afreximbank d’obtenir les fonds nécessaires à l’achat de vaccins contre la Covid-19 et de conduire une reprise économique fondée sur le commerce.

L’accord a été signé entre le professeur Benedict Oramah, président d’Afreximbank et Hani Salem Sonbol, PDG de l’ITFC, lors de la visite officielle du professeur Oramah et de la délégation d’Afreximbank au siège de l’ITFC à Djeddah.

« La livraison de vaccins sur le continent est une condition préalable pour sauver des vies et des moyens de subsistance africains, rouvrir en toute sécurité les économies et reprendre leur programme de développement économique », juge Hani Sonbol (ITFC).

L’engagement de l’ITFC contribuera à faire avancer le programme de réponse Covid-19 d’Afreximbank pour les pays dans lesquels les deux organisations opèrent, en garantissant des biens vitaux pour la santé des populations locales et en permettant un retour plus rapide à l’activité économique. La facilité renforcera également la capacité d’Afreximbank à fournir des ressources de financement du commerce à un moment critique pour le développement des exportations et l’industrialisation du continent.

L’accord étend la coopération d’Afreximbank avec ITFC, le principal fournisseur de solutions commerciales pour les pays membres de l’OCI (Organisation de la coopération islamique), les deux organisations travaillant à promouvoir la coopération commerciale et à démontrer les avantages de la coopération Sud-Sud.

« L’amélioration de la coopération commerciale régionale et le renforcement du commerce entre les pays africains et arabes promettent d’importantes opportunités économiques et restent un objectif stratégique des deux parties », relate un communiqué commun.

La facilité facilite considérablement l’exécution d’interventions stratégiques par Afreximbank. Elle favorisera l’emploi, augmentera l’activité économique et augmentera les recettes fiscales en stimulant le dynamisme économique.

Redressement économique

Benedict Oramah, président d’Afreximbank, a commenté : « La croissance économique à long terme de l’Afrique doit être tournée vers l’extérieur autant qu’intracontinentale et l’accord avec ITFC reflète le désir des dirigeants des institutions arabes et africaines de financement du commerce d’accroître notre collaboration ».

Selon Hani Salem Sonbol, « l’ITFC et Afreximbank, à travers cette facilité, marquent une autre étape importante dans leur mandat mutuel pour soutenir le redressement des pays membres, en particulier en Afrique ». En effet, poursuit-il, « la livraison de vaccins sur le continent est une condition préalable pour sauver des vies et des moyens de subsistance africains, rouvrir en toute sécurité les économies et reprendre leur programme de développement économique ».

Le partenariat ITFC et Afreximbank a commencé en 2017 avec la signature du premier accord de financement du commerce dans le but de faciliter et de financer les exportations entre les pays africains et entre l’Afrique et le reste du monde.

En 2020, ITFC et Afreximbank ont ​​élargi leur coopération avec une autre facilité de financement dans le cadre du programme de réponse Covid-19 pour le soutien du secteur agricole en Afrique.

Les deux institutions collaborent à différents projets dans le cadre du programme Arab Africa Trade Bridges (AATB). D’ailleurs, Afreximbank présidera la 7e réunion du comité exécutif de l’AATB, prévue le 5 décembre 2021 au Caire.

@AD

EN BREF

Le point sur l’harmonisation dans la Santé le 17 novembre

L’ITFC, Afreximbank, la BADEA (Banque arabe pour le développement économique en Afrique), ainsi que l’Organisation africaine pour l’harmonisation (ARSO) organisent une table ronde en marge du Salon intra-africain (IATF), le 17 novembre 2021 de 8 h 30 à 10 h 30 GMT.

L’événement hybride servira de plateforme pour faire le point sur leur projet commun intitulé « Harmonisation des normes pour les produits pharmaceutiques et les dispositifs médicaux en Afrique ». L’initiative qui a été lancée sous l’égide du programme AATB en 2020, vise à harmoniser les normes africaines pour les produits pharmaceutiques et les dispositifs médicaux, améliorant ainsi le commerce et les investissements intra-africains, réduisant les produits de contrefaçon de qualité inférieure et renforçant la résilience des systèmes de santé.

Outre Benedict Oramah (Afreximbank) et Hani Salem Sonbol (ITFC) les débats seront animés par Sidi Ould Tah, directeur général de la BADEA. Ils réuniront Wamkele Mene (ZLECAf) ; Vera Songwe (Commission économique des Nations unies pour l’Afrique) ; Albert M. Muchanga, (Union africaine) ; John N. Nkengasong (Centre africain de contrôle des maladies) ; Hermogene Nsengimana, (ARSO), et d’autres personnalités du monde médical.

Conférence sur https://bit.ly/3wAn1P5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts