Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

L’ITFC facilite la sortie de crise

La filiale de la Banque islamique de développement a conclu de nouveaux accords de financement avec ses pays membres, notamment le Burkina Faso et la Mauritanie. Les domaines prioritaires de l’agriculture, de la santé et de l’énergie recevront un important coup de pouce.

Par Aude Darc

La Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC), membre du groupe de la Banque islamique de développement (BID), a signé dix accords majeurs de financement du commerce, d’une valeur de plus de 1,2 milliard de dollars. Lesquels se doublent d’accords de développement du commerce avec ses pays membres d’Asie et d’Afrique.

« Cette étape importante réaffirme la confiance mutuelle entre les pays membres de la BID et les équipes de l’ITFC, ainsi que notre engagement à soutenir la croissance économique des pays membres de l’OCI, en particulier pendant la période difficile de la pandémie de la Covid-19. »

Ces transactions ont été conclues à l’occasion de la 46e réunion annuelle du Groupe de la BID qui vient de s’achever à Tashkent, en Ouzbékistan.

Les accords-cadres, qui permettent de financer les secteurs public et privé, ainsi que des programmes d’assistance technique liée au commerce pour le développement des exportations et les initiatives de développement des PME, ciblent les industries à forte croissance, notamment dans les secteurs de l’agriculture et de l’énergie et soutiennent l’achat d’équipements médicaux essentiels.

Par exemple, l’ITFC a signé un addendum de 1,5 milliard $ avec le Burkina Faso. Un accord-cadre quinquennal de 1,5 milliard $ avait été initialement signé en octobre 2018. Suite à la crise liée à la Covid-19, le directeur général de l’ITFC et Lassane Kabore ministre de l’Économie, des finances et du développement du Burkina Faso, ont conclu à la nécessité de le prolonger.

L’ITFC contribuera au financement de projets prioritaires au Burkina Faso dans l’agriculture, la santé et le secteur privé, notamment l’exportation de produits agricoles et l’importation de produits énergétiques, tels que le pétrole brut et les produits pétroliers raffinés. Ainsi que des médicaments et d’équipements de santé, et la mise en œuvre de programmes d’assistance technique pour les secteurs stratégiques de l’économie nationale.

Un impact significatif

Avec la Mauritanie, l’organisme a signé plusieurs accords de Mourabaha. Mohamed Lemine Ould Dehbi, ministre des Finances de Mauritanie, et le directeur général de l’ITFC ont signé un accord de financement commercial Murabaha pour soutenir le secteur de la santé du pays.

L’ITFC fournira 10 millions $ à la Camec, la structure gouvernementale chargée de la distribution des médicaments dans le secteur public, et 20 millions $ supplémentaires à la SNIM, la société qui effectue l’exploration, la production et la commercialisation du minerai de fer.

Les parties ont également signé un accord de renouvellement auprès de la Somelec, une entreprise publique chargée d’assurer la sécurité énergétique du pays (production d’électricité), pour soutenir l’objectif de développement national dans le secteur.

Hani Salem Sonbol, directeur général de l’ITFC, considère que l’« impact de ces accords sera significatif pour les populations et améliorera considérablement la prospérité économique des pays membres » de la BID. « Cette étape importante réaffirme la confiance mutuelle entre ceux-ci et les équipes de l’ITFC, ainsi que notre engagement à soutenir la croissance économique des pays membres de l’OCI, en particulier pendant la période difficile de la pandémie de la Covid-19. »

Il a été conclu un accord-cadre de 330 millions d’euros sur trois ans entre l’ITFC et l’Union des Comores. Ce, afin desoutenir la sécurité alimentaire et énergétique du pays par l’importation de produits stratégiques tels que les produits pétroliers, le riz et d’autres denrées alimentaires, conformément aux objectifs de développement national des Comores. L’accord fournira également un soutien au secteur de la santé et au financement des PME et proposera des projets d’assistance technique pour soutenir les objectifs de développement.

En Asie, l’ITFC a modifié son accord-cadre avec l’Ouzbékistan, portant sur 500 millions $, ainsi qu’avec les Maldives, pour 75 millions $. S’y ajoute une subvention d’équipements médicaux de 500 000 $ au Bengladesh.

Enfin, l’ITFC et l’Association internationale islamique de transformation alimentaire ont conclu un mémorandum de partenariat pour étendre le financement des entités privées dans le secteur agricole.

Il vise à fournir un accès au financement pour les PME par le biais des banques locales et de supporter les entreprises du secteur privé dans la chaîne agroalimentaire. Pour renforcer la sécurité alimentaire, l’IFPA soutient les entreprises du secteur agroalimentaire à émerger de la crise sanitaire mondiale, en recherchant des opportunités de croissance.

@AD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts