x
Close
African Banker

Les 100 premières banques d’Afrique en 2023

Les 100 premières banques d’Afrique en 2023
  • Publiéoctobre 4, 2023

Les grandes banques du continent continuent de prospérer dans notre enquête annuelle sur les 100 premières banques d’Afrique. Découvrez qui monte et qui descend dans le classement cette année.

 

 

Les effets de la guerre en Ukraine et la lutte pour traiter la dette et restaurer la dynamique après la Covid-19 ont réduit la croissance de l’ensemble du continent africain à 3,8 % en 2022, contre 4,8 % en 2021. Cependant, les grandes banques continuent de prospérer malgré les défis posés par la nouvelle concurrence et les changements technologiques.

L’Afrique du Sud, l’Égypte, le Maroc et l’Algérie restent les berceaux des géants bancaires africains. Le groupe sud-africain Standard Bank reste le numéro un incontestable de notre classement des 100 premières banques africaines en 2023, avec une formidable avance sur la National Bank of Egypt (n° 2) et sa compatriote Banque Misr (n° 3).

Le classement est déterminé par les fonds propres de catégorie 1. Standard Bank affiche 13,2 milliards de dollars, contre 7,3 milliards et 7,2 milliards pour ses rivales. Le capital de la Standard Bank a reculé de 13,6 milliards, en partie en raison d’une baisse de 6 % du rand sud-africain par rapport au dollar. Les banques égyptiennes sont toujours classées sur la base des chiffres de décembre 2021 et des taux de change entre la livre égyptienne et le dollar.

Standard Bank règne en maître sur d’autres mesures, y compris les bénéfices. Le total des actifs a légèrement diminué, passant de 170,9 milliards 169,9 milliards $. La National Bank of Egypt a atteint 167,4 milliards en 2021. Le rendement des capitaux propres de la Standard Bank était de 18 % en décembre 2022, contre 13 % l’année précédente. La Banque Misr a enregistré des bénéfices de 1,5 milliard et un rendement des capitaux propres de 21 %.

Nedbank se hisse au quatrième rang en 2023, avec des fonds propres de catégorie 1 en légère hausse à 5,9 milliards , alors qu’elle était au septième rang en 2022. Elle dépasse FirstRand, qui est maintenant n° 5. FirstRand, avec des fonds propres de catégorie 1 de 5,5 milliards, a été le deuxième plus gros générateur de bénéfices nets, avec 1,6 milliard, pour un rendement des capitaux propres de 29 %, devant toutes les autres banques du top 10.

Absa Bank recule de la 6e à la 7e place, avec un capital Tier 1 de 5,3 milliards $, déplacée par la banque marocaine Attijariwafa Bank, qui poursuit son recul dans le classement (5e place l’année dernière et 4e place en 2021), son capital Tier 1 passant de 5,9 milliards $ en juin 2021, chiffre utilisé pour le classement de l’année dernière, à 5,4 milliards en décembre 2022. (Le dirham marocain a reculé de 11 % par rapport au dollar en 2022).

Les interventions des Institutions de financement du développement se révèlent vitales pour le continent ; elles ne feront qu’augmenter dans les années à venir.

La Banque Centrale Populaire du Maroc continue d’occuper la 8e place et la Banque Extérieure d’Algérie et la Banque Nationale d’Algérie sont de retour aux 9e et 10e places, après avoir quitté le top 10 du classement en 2022. Cette année, elles remplacent la Commercial International Bank (CIB) d’Égypte, qui est passée de la 9e place du classement 2022 à la 16e place, et la Bank of Africa – BMCE Group du Maroc, qui est passée à la 11e place. La chute de la CIB est en partie due au fait que son classement est basé sur des résultats relativement récents, publiés en décembre 2022 et convertis en dollars après une baisse de 36 % de la livre égyptienne.

 

Les règles du classement

Une partie des changements en tête de classement est liée à la structure de l’enquête plutôt qu’aux performances des banques. Comme les années précédentes, les banques sont classées en fonction des fonds propres de catégorie 1 figurant dans leurs derniers résultats financiers, publiés dans la monnaie locale des banques et convertis en dollars à la date de publication des chiffres, c’est-à-dire le 31 décembre. Les fonds propres de catégorie 1 sont une mesure essentielle de la santé financière et représentent la principale source de financement d’une banque, y compris les capitaux propres et les bénéfices non distribués. Il comprend la plupart des fonds accumulés qui protègent les banques contre les chocs.

La plupart des monnaies africaines ont reculé face à la résurgence du dollar au cours de l’année 2022. Par exemple, le rand sud-africain a perdu plus de 6 %, tandis que le naira nigérian et le shilling kenyan ont chuté de 8 %. La récente dépréciation du naira pour l’aligner sur le taux parallèle aura un impact significatif sur la performance en dollars des banques nigérianes dans leurs résultats de 2023.

Les meilleures banques d’Afrique de l’Ouest et du Centre

Les banques égyptiennes figurant dans le tableau des 10 premières sont classées sur la base des chiffres de juin 2021 (NBE) et de décembre 2021 (Banque Misr) et des taux de change en vigueur à l’époque. Si la valeur de la livre égyptienne en 2022 avait été utilisée pour le classement, les banques égyptiennes auraient pu se retrouver plus bas que Nedbank, qui est classée sur la base de ses chiffres de décembre 2022 (et des taux de change) et FirstRand, classée sur la base des chiffres de juin 2022.

En revanche, la Commercial International Bank (CIB) égyptienne passe de la 9e à la 16e place, avec des fonds propres de catégorie 1 de 2,1 milliards $ en décembre 2022, contre 3,6 milliards en 2021 ; et QNB Alahli tombe à la 20e place, avec des fonds propres de catégorie 1 ramenés à 1,8 milliard $ sur la base des chiffres de fin d’année de décembre 2022, alors qu’elle était classée à la 15e place en 2022.

 

D’autres classements incluent également les institutions de financement du développement et les banques multilatérales, mais nous ne les incluons pas dans notre classement. Par exemple, le géant Afreximbank, également basé en Égypte, pourrait se classer au 5e rang sur la base de ses fonds propres de catégorie 1.

 

L’activité bancaire dans un environnement hostile

La stabilité du capital et la croissance continue des bénéfices et des actifs des banques africaines témoignent de leur solidité et de leur capacité à résister aux tempêtes, alors que de nombreuses économies dans lesquelles elles opèrent sont aux prises avec une dette insoutenable, des factures d’importation de denrées alimentaires en hausse, des pénuries de devises et la pauvreté pour beaucoup.

Selon le cabinet de conseil McKinsey, en 2022, les revenus bancaires en Afrique avaient repris et dépassaient les niveaux d’avant la pandémie. Les points positifs sont « l’augmentation soutenue des volumes, la hausse des taux d’intérêt et la stabilité du coût du risque ». Dans de nombreux pays, les banques centrales ont relevé les taux d’intérêt directeurs pour tenter de juguler l’inflation. Cela se traduit généralement par une augmentation des marges d’intérêt nettes pour les banques, en partie parce qu’elles peuvent augmenter les taux demandés aux emprunteurs plus rapidement qu’elles n’augmentent les taux qu’elles paient aux épargnants.

Parmi les 100 premières banques, les vedettes de la rentabilité sont la CIB égyptienne, la Capitec Bank sud-africaine et la CRDB Bank tanzanienne, chacune offrant un rendement des capitaux propres de 31 %. Le Crédit Agricole Égypte affiche un rendement de 32 %. La Commercial Bank of Ethiopia, propriété de l’État, a un ROE de 33%, la Awash International Bank SC d’Éthiopie affiche 34%, de même que la National Microfinance Bank, de Tanzanie. Les banques angolaises obtiennent les meilleurs résultats en matière de ROE : Banco Angolano de Investimentos à 51 % et Banco de Fomento Angola à 59 %.

McKinsey indique que le tableau à plus long terme est négatif, avec une baisse des bénéfices et du ROE dans quatre des cinq plus grands marchés bancaires, Égypte, Kenya, Maroc et Afrique du Sud,  depuis 2016. Seul le Nigéria a enregistré des gains.

Le ratio moyen coût/actif des banques se situe entre 4 % et 5 %, selon McKinsey, soit près de deux fois la moyenne mondiale. Les coûts incluent de vastes réseaux de succursales et des systèmes informatiques hérités, dont certains ont été conçus dans les années 1970 ; un problème commun à de nombreuses banques mondiales. Les banques sont également confrontées à une pression à la baisse sur les bénéfices, car les fournisseurs alternatifs de services financiers numériques apportent une nouvelle concurrence et font baisser les marges de frais et les revenus. Trois banques du tableau affichent des pertes nettes (Arab Tunisian Bank, Ghana Commercial Bank et Absa Bank (Ghana). En comparaison, l’Arab Tunisian Bank était la seule banque déficitaire dans le classement 2022.

Les frontières réglementaires continuent de s’élargir, notamment en ce qui concerne les règles sur le capital, les nouvelles préoccupations environnementales, sociales et de gouvernance, et les efforts toujours plus stricts pour lutter contre le blanchiment d’argent. L’obligation non seulement de « connaître son client », mais aussi parfois de « connaître le client de son client » a conduit des banques internationales à se retirer de certains pays africains plutôt que de s’exposer à des amendes au siège de New York ou de Londres.

 

Challengers

Pour les banques africaines, ces règles se traduisent par des coûts plus élevés et des contraintes plus strictes ; et elles ont parfois l’impression que le terrain de jeu sur lequel elles rencontrent leurs challengers Fintech n’est pas égal. Cependant, les Fintechs n’ont pas totalement échappé à la règle : les régulateurs commencent à les surveiller de plus près et ont gelé les comptes d’une ou deux entreprises Fintechs accusées de contrôles laxistes contre le blanchiment d’argent.

Le total des fonds propres de catégorie 1 des 100 premières banques, mesuré en dollars, est en baisse de 6,24 % par rapport au classement de 2022, et le total des actifs est en baisse de 1,25 %. Le capital Tier 1 requis pour atteindre le tableau des 100 premières banques est de 226 millions $ pour la banque algérienne BNP Paribas El Djazaïr cette année, alors que l’année dernière, l’Arab Tunisian Bank, classée centième, présentait 255 millions $ de capital Tier 1.

Top Banks 2023 : les meilleures banques d’Afrique du Nord

L’analyse des consultants bancaires d’EY (Ernst & Young) indique que les banques sont « prises dans le vent de la transformation numérique et des attentes toujours plus grandes des clients ». Sur le plus grand marché, l’Afrique du Sud, les banques modernes et les entreprises de fintech émergent comme de puissants challengers, bien qu’aucune n’ait encore atteint le classement des 100 premières.

Dans toute l’Afrique, des milliards de dollars de capital-risque et d’autres financements se déversent dans les solutions Fintech, dont beaucoup font l’actualité avec un succès stupéfiant alimentant la croissance, le commerce électronique et la transformation. Quelques anciens chouchous ont également fait les gros titres en raison de problèmes de gouvernance et de transparence.

Pour répondre aux challengers, les banques doivent être en mesure d’ajouter de nouveaux produits beaucoup plus rapidement qu’auparavant et doivent cultiver une approche agile et réactive pour saisir les opportunités. Les banques envisagent également de nouveaux partenariats, en travaillant avec des entreprises fintech qui peuvent fournir des éléments de nouveaux systèmes de paiement ou autres.

 

Quel est le meilleur pays pour les banques ?

L’Afrique du Sud et l’Égypte dominent à la fois le top 10 et le top 100 des classements. L’Égypte représente 22 des 100 premières banques, 22,5 % des fonds propres de catégorie 1 et 27,8 % du total des actifs des banques du classement. L’Afrique du Sud, en revanche, représente 26,8 % des fonds propres de catégorie 1 et 29,6 % du total des actifs ; bien qu’elle ne compte que six banques dans le classement, toutes figurent parmi les 20 premières.

Le Nigeria est le troisième pays qui contribue le plus au classement des banques, avec treize banques dans le top 100, 11,8 % des fonds propres de catégorie 1 et 10,6 % du total des actifs (mesurés en dollars). Les autres pays à forte présence bancaire sont le Kenya, avec dix banques, le Maroc et la Tunisie, avec huit banques chacun. La montée en puissance des banques d’Afrique de l’Est, qui occupent désormais 19 des 100 premières places, contre 14 l’année dernière, témoigne d’un changement régional marqué. Ces banques représentent 7,7 % des fonds propres de catégorie 1, contre 6,5 % en 2022.

 

Course à l’espace

Les banques de plusieurs centres font la course pour s’emparer de l’espace et augmenter le nombre de clients et les bénéfices en s’étendant sur le continent. Les géants sud-africains sont depuis longtemps les leaders. Les filiales du chef de file Standard Bank Group dans le top 100 sont les banques du Nigeria (Stanbic IBTC), du Mozambique, de l’Ouganda et du Kenya. Absa Bank, au Ghana et au Kenya met en évidence l’importance des marchés clés. Le groupe Ecobank comprend des banques au Nigeria et au Ghana.

Les banques marocaines se sont étendues, en particulier en Afrique occidentale et francophone, y compris Bank of Africa, qui opère dans 18 autres pays. La banque nigériane Access Bank (passée de la 16e à la 13e place) possède des filiales dans treize pays répartis sur le continent. La banque kenyane Equity Bank (23e) est présente dans six autres pays, et développe notamment ses activités en RD Congo, où elle a racheté et regroupé deux banques pour devenir le deuxième prêteur du pays en termes d’actifs. La KCB du Kenya a pris une participation majoritaire dans la Trust Merchant Bank de la RD Congo.

 

Les banques plus petites envisagent également une expansion transfrontalière. En juillet 2023, Mustafa Rawji, PDG de la Rawbank, déclarait : « Nous envisageons d’acquérir des banques dans les pays voisins lorsqu’il y a un sens stratégique à l’acquisition pour tirer parti de notre base de clientèle existante. »

Des opportunités pourraient se présenter lorsque des banques internationales telles que Standard Chartered, Barclays et Atlas Mara se désengageront de leurs activités bancaires en Afrique. La Centenary Rural Development Bank (Ouganda) a obtenu une licence bancaire au Malawi.

Des banques « challenger » comme Equity Bank au Kenya se sont hissées au sommet après avoir saisi, pendant des décennies, une opportunité négligée par certaines des banques de l’establishment précédent qui préféraient se concentrer sur des entreprises plus importantes et des clients plus riches : les personnes non bancarisées ou sous-bancarisées. Les occasions de saisir cette opportunité sont encore nombreuses – certaines études estiment qu’un Africain sur deux, soit quelque 730 millions de personnes, n’a toujours pas accès à des services bancaires appropriés.

 

Étoiles montantes

La First Abu Dhabi Bank Misr d’Égypte est l’un des nouveaux venus dans notre classement. Elle se classe au 34e rang avec un capital de catégorie 1 de 777 millions $ en décembre 2022 et des actifs de 8,3 milliards. Il s’agit de l’une des plus grandes banques étrangères opérant en Égypte. Elle a été créée après la fusion, en juin 2022, de la First Abu Dhabi Bank Egypt, vieille de 45 ans, et de la Bank Audi Egypt. Hana Al Rostamani, PDG du groupe FAB, la plus grande banque des Émirats arabes unis, a déclaré que la fusion « nous permettra d’étendre l’empreinte de nos opérations en Égypte, l’un des marchés stratégiques les plus prometteurs de la région ». La banque a une nouvelle identité de marque sous le nom de FABMISR.

La Société Générale Côte d’Ivoire rebondit à la 63e place avec des fonds propres de catégorie 1 de 410 millions $ sur la base de ses résultats de décembre 2021, après avoir chuté à la 97e place dans le classement de 2020 et n’avoir pas réussi à entrer dans le top 100 pendant deux ans. Le cours de son action à la BRVM a fortement progressé cette année. La Société Tunisienne de Banque (STB) est de retour au 67e rang après avoir été classée 77e en 2021.

Al Baraka Bank Egypt était juste en dehors du top 100 l’année dernière et cette année, elle grimpe à la 79e place, avec les fonds propres de catégorie 1 en décembre 2021 de 310 millions $.

La Dashen Bank en Éthiopie rejoint le classement à la 86e place avec des fonds propres de catégorie 1 de 282 millions $, sur la base des résultats de juin 2022. Elle fait passer la participation de son pays de deux à trois banques dans le classement de tête, malgré les vents contraires d’une baisse gérée de 8 % du birr par rapport au dollar au cours de l’année 2022.

 

Retour sur la méthode

Trois banques ont été consolidées au niveau du groupe, où leurs résultats incluent des actifs en dehors de leur pays principal. Standard Bank South Africa serait à elle seule la troisième plus grande banque de notre classement, avec un capital de catégorie 1 de 6,4 milliards $, des actifs de plus de 100 milliards $ et des bénéfices de plus de 1 milliard. La Kenya Commercial Bank serait la plus grande banque du Kenya, avec un capital de 718 millions ù, des actifs de 7,9 milliards et des bénéfices de 281 millions. Equity Bank Kenya a un capital de 520 millions, des actifs de 7,2 milliards et des bénéfices de 271 millions.

 

Le Institutions de financement du développement

Les IFD jouent un rôle de plus en plus important dans un certain nombre de secteurs. Nous constatons également que les fonds de garantie et autres jouent un rôle croissant dans l’augmentation des prêts aux communautés et secteurs mal desservis – tels que les femmes, ainsi que les PME et l’agriculture. Les IFD africaines ont considérablement augmenté leurs bilans au cours des dernières années. Les gouvernements étant soumis à des contraintes budgétaires, les IFD devraient jouer un rôle de catalyseur encore plus important dans des domaines stratégiques tels que les infrastructures et la transition énergétique.

La Banque arabe pour le développement économique de l’Afrique (BADEA) a récemment augmenté son capital à près de 5,5 milliards $. Avec un portefeuille de prêts dans la même région, la banque a une grande marge de croissance.

Afreximbank a vu son bilan croître rapidement au cours de la dernière décennie : il s’élève aujourd’hui à 30 milliards $ ses ambitions sont encore plus grandes. Son capital a également augmenté pour atteindre près de 5 milliards $, et elle prévoit de poursuivre sa croissance.

De son côté, La Banque africaine de développement possède des actifs de plus de 40 milliards $ et plus de 200 milliards $, ce qui en fait la plus grande IFD d’Afrique. Il existe d’autres acteurs régionaux importants. La Banque de commerce et de développement de l’Afrique orientale et australe (TDB) a porté son bilan à plus de 8 milliards $, contre moins de 5 milliards il y a cinq ans, et a enregistré des bénéfices substantiels de plus de 200 millions en 2022. Un autre géant silencieux est la Banque de développement de l’Afrique australe (DBSA). Elle dispose d’un capital de 2,7 milliards $ et d’actifs de 6,9 milliards – ce qui laisse une marge de croissance – et affiche des résultats solides avec des bénéfices nets de 264 millions.

Voici le classement de notre TOP Banks 2023 :

rang 2023

Rang 2022

Banque

Pays

1

1

Standard Bank Group

Afrique du Sud

2

2

National Bank of Egypt

Égypte

3

3

Banque Misr

Égypte

4

7

Nedbank

Afrique du Sud

5

4

FirstRand

Afrique du Sud

6

5

Attijariwafa Bank

Maroc

7

6

Absa Bank

Afrique du Sud

8

8

Banque Centrale Populaire

Maroc

9

11

Banque Extérieure d’Algérie

Algérie

10

12

Banque Nationale d’Algérie

Algérie

11

10

Bank of Africa – BMCE Group

Maroc

12

14

Zenith bank

Nigeria

13

16

Access Bank

Nigeria

14

18

First Bank of Nigeria

Nigeria

15

13

Investec Bank

Afrique du Sud

16

9

Commercial International Bank (CIB)

Égypte

17

21

Ecobank Transnational Incorporated

Togo

18

19

Arab African International Bank

Égypte

19

22

Capitec Bank

Afrique du Sud

20

15

QNB Al Ahli

Égypte

21

17

Guaranty Trust Bank

Nigeria

22

23

United Bank of Africa (UBA)

Nigeria

23

24

Equity Bank Group

Kenya

24

25

Société Générale Marocaine de Banques

Maroc

25

27

KCB Group

Kenya

26

26

Mauritius Commercial Bank

Maurice

27

28

Bank of Africa Group

Sénégal

28

29

Banque de l’Agriculture et du Développement Rural

Algérie

29

33

Banque du Caire

Égypte

30

32

Commercial Bank of Ethiopia

Ethiopie

31

41

HSBC Bank Egypt

Égypte

32

36

BGFI Gabon

Gabon

33

37

Stanbic IBTC

Nigeria

34

NOUV.

First Abu Dhabi Bank Misr

Égypte

35

35

Banque Marocaine pour le Commerce et l’Industrie (BMCI)

Maroc

36

38

Banque Internationale Arabe de Tunisie

Tunisie

37

42

Banco BIC

Angola

38

34

Faisal Islamic Bank of Egypt

Égypte

39

40

The Co-operative Bank of Kenya

Kenya

40

45

Banque Nationale Agricole

Tunisie

41

39

Ecobank Nigeria

Nigeria

42

54

First City Monument Bank (FCMB)

Nigeria

43

49

Crédit du Maroc

Maroc

44

50

Union Bank of Nigeria

Nigeria

45

46

Fidelity Bank

Nigeria

46

44

NCBA

Kenya

47

47

Diamond Trust Bank Kenya

Kenya

48

51

Housing and Development Bank

Égypte

49

52

Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH)

Maroc

50

59

National Microfinance Bank

Tanzanie

51

56

Millennium BIM

Mozambique

52

75

Standard Chartered Bank Nigeria

Nigeria

53

69

Banco Angolano de Investimentos

Angola

54

43

Bank of Alexandria

Égypte

55

67

CRDB Bank

Tanzanie

56

48

Banco de Fomento Angola

Angola

57

58

Emirates National Bank of Dubai

Égypte

58

62

Fonds d’ Equipement Communal

Maroc

59

63

State Bank Mauritius (SBM)

Maurice

60

66

Standard Bank (Mozambique)

Mozambique

61

65

I & M Bank

Kenya

62

71

Investec Bank (Mauritius)

Maurice

63

NOUV.

Société Générale

Côte d’Ivoire

64

68

Absa Bank (Kenya)

Kenya

65

72

Amen Bank

Tunisie

66

73

Banque de Tunisie

Tunisie

67

NOUV.

Société Tunisienne de Banque (STB)

Tunisie

68

53

National Bank of Kuwait – Egypt (NBK)

Égypte

69

55

The United Bank

Égypte

70

98

Stanbic Bank Uganda

Ouganda

71

70

Standard Chartered Bank Kenya

Kenya

72

78

Stanbic Bank Kenya

Kenya

73

57

Ahli United Bank

Égypte

74

84

Ecobank Ghana

Ghana

75

74

Export Development Bank of Egypt

Égypte

76

81

Bank Windhoek

Namibie

77

82

Société Arabe Internationale de Banque

Égypte

78

87

Sterling Bank

Nigeria

79

NOUV.

Al Baraka Bank Egypt

Égypte

80

60

Crédit Agricole Egypt

Égypte

81

86

First National Bank of Namibia

Namibie

82

91

Awash International Bank SC

Ethiopie

83

89

Attijari Bank

Tunisie

84

90

Banco Comercial e de Investimentos

Mozambique

85

92

HSBC Bank (Mauritius)

Maurice

86

NOUV.

Dashen Bank

Ethiopie

87

93

Standard Chartered Bank (Mauritius)

Maurice

88

94

Abu Dhabi Islamic Bank – Egypt

Égypte

89

NOUV.

CitiBank (Nigeria)

Nigeria

90

100

Arab Tunisian Bank

Tunisie

91

79

Ghana Commercial Bank (GCB)

Ghana

92

NOUV.

Centenary Rural Development bank

Ouganda

93

97

Absa Bank (Ghana)

Ghana

94

NOUV.

Union National Bank Egypt

Égypte

95

77

Abu Dhabi Commercial Bank – Egypt

Égypte

96

NOUV.

Prime Bank

Kenya

97

NOUV.

Union International des Banques

Tunisie

98

NOUV.

Bank of Kigali

Rwanda

99

NOUV.

Gulf Bank Algérie

Algérie

100

96

BNP Paribas El Djazair

Algérie

 

Classement détaillé sur le site African.Business.

@AB

Écrit par
Tom Minney

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *