x
Close
Actualité African Banker

L’eldorado des services en ligne

L’eldorado des services en ligne
  • Publiéjanvier 10, 2023

L’arrivée de Yellow Card, effective cette semaine, est la dernière innovation en date du secteur des services de transferts d’argent ou de paiement en ligne. Le marché africain n’en est certes pas à ses débuts mais son potentiel attire les convoitises.

 

Pas une semaine, en Afrique, sans annonce d’une initiative en matière de service de paiement. Rien d’étonnant que les acteurs du secteur, des géants mondiaux aux créateurs africains de start-up, cherchent leur part de marché. Lequel devrait croître de 20 % par an ces trois prochaines années pour atteindre 40 milliards de dollars en 2025, révèle un rapport de MacKinsey paru en septembre 2022.

« En facilitant des transactions instantanées et à moindre coût au-delà des frontières, nous contribuons à créer une Afrique plus connectée et plus dynamique. »

Cette semaine, c’est Yellow Card qui annonce l’arrivée en Afrique de son service de paiement Yellow Pay. On se souvient qu’en décembre 2022, en marge du Sommet États-Unis Afrique, le géant Visa avait annoncé son intention d’investir un milliard $ afin de promouvoir ses solutions de paiement numériques sur le continent.

Le 5 janvier, on apprenait la création du groupe enza – minuscule de rigueur –, une société de paiements axée sur la satisfaction des besoins croissants des banques, des Fintechs et des opérateurs de réseau mobiles (ORM), en Afrique.

La société, qui vient d’ouvrir un bureau au Caire, est dirigée par Hany Fekry (PDG) et le directeur de l’exploitation, Hamish Houston ; deux hommes qui ont joué un rôle déterminant dans la croissance du groupe EMP, qui desservait plus de 180 banques en Afrique.

enza se concentre sur la fourniture de capacités de paiements numériques natives aux institutions de services qui souhaitent permettre à leurs clients d’accepter ou d’effectuer des paiements électroniques, un espace qui était auparavant dominé par les banques, mais qui est de plus en plus desservi par les ORM, les Fintechs et les entités gouvernementales. La plateforme d’enza est un système primé, basé sur des jetons et fourni avec un environnement de développement ouvert qui accélère l’intégration et améliore la flexibilité technique.

« Nous avons créé enza parce que tant de défis liés aux paiements restent non résolus sur le continent africain », explique Hany Fekry.  « Nous nous concentrons sur la création d’un tissu numérique sans faille entre les canaux de paiements, les schémas, les intégrations, etc. afin qu’enza permette aux clients d’accéder à tout ce dont ils ont besoin, même si nous ne fournissons pas le service de manière native. »

 

Une insuffisance d’offre à combler

Hamish Houston fait observer que sa société a eu « le grand avantage de ne pas avoir de technologie ou de processus hérités à moderniser, mais plutôt une toile blanche sur laquelle nous pouvions architecturer un service de paiements moderne de troisième génération construit à partir des premiers principes pour être numérique, ouvert et agile ». Le technicien considère que l’« agilité n’est pas quelque chose qui peut être adapté aux systèmes ou aux opérations existants ».

En RD Congo, Faysal Axam savoure les premiers succès de son système de paiement électronique Tap and Pay. Qui compterait 6 000 adhérents pour la seule ville de Goma. Le jeune entrepreneur souhaite désormais élargir au reste de l’Afrique, constatant l’« insuffisance de l’offre » de moyens de paiement en Mobile Banking, y compris dans les zones enclavées où ces techniques se propagent plus facilement, car le besoin est plus immédiat. Tag and Pay négocie des accords avec des partenaires potentiels comme Visa ou MSF Africa.

Et désormais, donc, Yellow Pay est officiellement disponible en Afrique. Les clients peuvent envoyer et recevoir des dollars à travers la plateforme d’échanges dévolue aux cryptomonnaies, Yellow Card, fait savoir la société. Et ce, instantanément et sans frais supplémentaires, en quelques clics.

Campagne de promotion de Yellow Pay.
Visuel de promotion de Yellow Pay.

« Ceci est plus qu’un simple service de transfert d’argent, c’est un outil puissant qui va débloquer de nouvelles opportunités pour des personnes à travers l’Afrique », se réjouit Chris Maurice, PDG de Yellow Card. « En facilitant des transactions instantanées et à moindre coût au-delà des frontières, nous contribuons à créer une Afrique plus connectée et plus dynamique. »

À noter toutefois que Yellow Pay n’est pas un service de transfert ou de change de devises. Il permet néanmoins aux clients (émetteurs et récepteurs) de procéder instantanément à des virements en dollars sans être inscrits à la plateforme. Les transferts au sein d’un même pays sont gratuits. Alimenté par la technologie Blockchain, ce le service est moins coûteux, assurent ses promoteurs.

@ABanker

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *