x
Close
African Banker Fintechs

Le potentiel du paiement sur facture opérateur

Le potentiel du paiement sur facture opérateur
  • Publiédécembre 27, 2022

Un indicateur du Direct Carrier Billing souligne le potentiel de cette technique de paiement très utilisée, notamment par les jeunes, mais encore mal connue des entreprises. Si l’Afrique du Sud est en pointe, Maroc et RD Congo enregistrent des progrès notables.

 

Le DCB (Direct Carrier Billing) ou « paiement Internet + mobile » ou « paiement sur facture opérateur », est une méthode de paiement permettant d’affecter ses achats de contenus et services digitaux sur la facture de l’opérateur mobile. Les montants de ces achats sont ainsi reportés sur la facture mobile de l’utilisateur ou déduits de son compte prépayé.

La transaction est sécurisée par l’opérateur mobile et ne nécessite pas la saisie de données personnelles ou bancaires ; il ne génère aucun coût supplémentaire. Cette formule est désormais largement répandue, y compris en Afrique et au Moyen-Orient.

« Les entreprises n’ont pas encore compris que le DCB peut devenir plus puissant que les cartes de crédit et que les opérateurs mobiles ont déjà tous les atouts pour capitaliser sur cette technique et devenir les plus grandes entreprises Fintech. »

Régions pour lesquelles Evina, société de cybersécurité spécialiste du paiement sur facture opérateur et Telecoming, développeur d’utilisations mobiles via le DCB, publient chaque année un indice de performance, le DCB Index.

L’indice évalue le marché du paiement sur facture opérateur des pays du Moyen-Orient et d’Afrique, en leur attribuant un score en fonction du statut actuel en matière de DCB et leur potentiel de développement de ce mode de paiement.

Le classement s’établit de 1 à 5, 1 représentant le niveau le plus faible en matière de potentiel de développement du DCB et 5 le plus fort. Il est basé sur quatre indicateurs clés : le nombre et la qualité des actions entreprises par les acteurs du mobile pour prévenir la fraude au DCB, leur propension à innover en matière de DCB, la pénétration globale de la technique dans le pays et enfin, le potentiel de croissance de ce segment.

Le classement général de la région reste stable à 2,8 points ; quatre pays entrent dans le DCB Index pour la première fois, dont le Mali, le Nigeria et la RD Congo. L’Afrique du Sud est en tête du classement, avec le score le plus élevé (3,4 sur 5).

 

Accélération au Maroc

« Tous les opérateurs mobiles déploient le DCB dans le pays, et on constate une amélioration globale de la protection contre la fraude par rapport à l’année dernière », commentent les auteurs du rapport 2022.

Le Moyen-Orient et en Afrique du Nord, le Maroc et les Émirats arabes unis progressent notablement en dépassant le leader de l’année dernière, le Bahreïn. Le Maroc (3,3) a connu une accélération du déploiement du DCB et bénéficie d’un investissement accru en matière de sécurisation de cette technologie de paiement. Les Émirats arabes unis (3,2), capitalisent sur une offre DCB proposée par tous les opérateurs du pays mais n’atteignent pas encore un niveau de protection optimal.

Le Nigeria (3,1) et la RD Congo (3,0) suivent de près, « en ouvrant davantage de possibilités de déploiement du DCB et en augmentant leur niveau de protection contre les tentatives de fraude sur le paiement sur facture opérateur », précise l’étude.

L’indice attribue une note inchangée de 2,6 points à la Côte d’Ivoire. L’« année 2023 promet une plus grande évolution vers des transactions de GDC plus sécurisées, car certains opérateurs mobiles commencent à mettre en œuvre les bonnes actions anti-fraude », commentent les auteurs. Qui constatent que la population ivoirienne, pourtant « férue de téléphonie mobile », n’a pas encore saisi le potentiel du GDC. « Cependant, elle continue à montrer un grand potentiel de développement et d’innovation, vu son inclination à utiliser d’autres méthodes de paiement mobile comme le Mobile money. »

« Le Moyen Orient et l’Afrique sont des régions extraordinairement dynamiques et très matures concernant les paiements mobiles. Le niveau moyen d’innovation du DCB a augmenté de 13% par rapport à 2021 avec l’élargissement des modes d’utilisation de cette technologie de paiement. On peut penser notamment aux abonnements sportifs, qui ont connu une croissance considérable au cours de l’année écoulée », commente Roberto Monge, directeur des opérations chez Telecoming. Qui ajoute : « Les pays analysés ont démontré leur engagement envers le DCB comme levier de croissance stratégique pour l’économie mobile de la région. »

 

Une opportunité majeure

David Lotfi, PDG d’Evina relève que la prévention globale de la fraude des acteurs mobiles à travers la région du Moyen-Orient et de l’Afrique a augmenté de 0,2 point en un an. « Cela montre une volonté collective de sauvegarder la force de l’outil de paiement qu’est le DCB » Pourtant, considère David Lofti, « les entreprises n’ont pas encore compris que le DCB peut devenir plus puissant que les cartes de crédit et que les opérateurs mobiles ont déjà tous les atouts pour capitaliser sur cette technique et devenir les plus grandes entreprises Fintech ». Le responsable considère que le paiement sur facture opérateur constitue « une opportunité majeure pour le continent africain aux côtés du Mobile money, s’il est protégé par les bonnes solutions de cybersécurité ».

@AB

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *