x
Close
African Banker

Le PAPSS fait des adeptes

Le PAPSS fait des adeptes
  • Publiémai 13, 2024

Déjà adopté par treize Banques centrales, le Système panafricain de paiement et de règlement comptera bientôt plus de 230 banques africaines connectées.

 

Les promoteurs du Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS), à savoir Afreximbank, la Commission de l’Union africaine (CUA) et le Secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), ont organisé le premier Forum consultatif des PDG des banques africaines. L’événement a réuni des dirigeants de banques commerciales africaines, des associations de banquiers, des commutateurs de paiement, l’association des Bourses africaines et d’autres fournisseurs de services financiers.

Dès maintenant, les clients de UBA Guinée peuvent effectuer et recevoir des paiements internationaux en francs guinéens pour leurs transactions transfrontalières avec d’autres pays africains participant au système.

Les participants ont réaffirmé leur ferme soutien à l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine de 2019 et 2020. La décision de 2019 a adopté le PAPSS comme infrastructure du marché financier africain pour les paiements et règlements transfrontaliers, tandis que la décision de 2020 a mandaté Afreximbank, la CUA et le Secrétariat de la ZLECAf pour introduire et intensifier d’urgence la mise en œuvre du PAPSS.

Le Forum a donc permis aux participants de débattre des succès et des défis du système de paiement PAPSS et d’explorer la voie potentielle à suivre pour l’optimiser afin de faciliter des paiements transfrontaliers transparents et efficaces pour soutenir la mise en œuvre de la ZLECAf, indique un compte rendu d’Afreximbank.

À la suite de discussions productives, les participants au Forum ont convenu de s’approprier collectivement le succès et l’avenir du PAPSS compte tenu de son impact significatif et extrêmement positif sur la facilitation des paiements transfrontaliers et le développement du commerce intra-africain.

En outre, les participants ont préconisé de tirer parti du PAPSS comme moyen d’augmenter la part des monnaies africaines dans le commerce intra-africain et d’autres paiements transfrontaliers, ainsi que d’augmenter le volume des paiements intra-régionaux pour des avantages mutuels afin de favoriser l’adoption rapide du PAPSS par les entreprises. Les participants ont convenu d’intégrer le PAPSS dans leurs canaux numériques pour faciliter l’accès et l’intégration transparente pour les clients existants.

 

Un appel aux récalcitrants

Mike Ogbalu III est directeur général du PAPSS. À son sens, cet outil est « pleinement opérationnel et progresse rapidement ». Il est relié à treize Banques centrales africaines et connecté à plus de 115 banques commerciales et dix commutateurs de paiement à travers l’Afrique. Selon le dirigeant, 115 autres banques commerciales sont en passe d’être connectées. « Nos fondations sont solides et le moment est venu d’agir et d’accélérer. Il est temps d’utiliser le système pour stimuler le commerce en Afrique, pour les africains, par les Africains ». Et le dirigeant d’inviter « toutes les banques à se joindre à nous dans notre effort collectif pour promouvoir le commerce intra-africain et le développement par le biais du PAPSS ».

Le dirigeant considère que le PAPSS « est une initiative révolutionnaire qui a le potentiel de transformer considérablement le paysage financier et des paiements de notre continent. En tant que gestionnaires du PAPSS, nous nous engageons à assurer sa réussite. Nous exhortons toutes les institutions financières africaines à se joindre à nous pour transformer la façon dont les paiements sont effectués en Afrique ».

Par exemple, UBA Guinée vient de rejoindre le PAPSS, permettant à ses clients de bénéficier pleinement de ce système. Dès maintenant, les clients de la banque peuvent effectuer et recevoir des paiements en francs guinéens pour leurs transactions transfrontalières avec d’autres pays africains participant au système. Cette fonctionnalité est essentielle non seulement pour les grandes entreprises mais également pour les PME et les entrepreneurs, qui cherchent à explorer de nouveaux marchés sans être freinés par les contraintes de conversion de devises. Le PAPSS, en Guinée et ailleurs, permet de réduire les coûts de conversion, d’accélérer les transactions, de les sécuriser.

Par ailleurs, Afreximbank vient d’approuver un mécanisme de préparation de projet pour le développement d’un port en eau profonde dans l’État de Cross River, au Nigeria. Les investisseurs estiment ce projet à 3,5 milliards de dollars, ce qui marque une étape importante dans l’histoire économique de cet État voisin du Cameroun. Afreximbank a reçu la désignation de conseiller financier pour piloter la mise en œuvre de ces projets d’infrastructure.

@ABanker

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *