x
Close
African Banker

Le Nigeria adhère au FEDA

Le Nigeria adhère au FEDA
  • Publiémai 3, 2024

La plateforme d’investissements à impact conçue par Afreximbank, le Fonds de développement des exportations en Afrique, compte un 16e membre, le Nigeria.

 

À son tour, la République fédérale du Nigéria a adhéré à l’accord d’établissement du Fonds de développement des exportations en Afrique (FEDA), la plateforme d’investissements à impact  sur le développement de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank). Le Nigeria devient le seizième pays à avoir adhéré à cet accord. Cette adhésion « souligne le soutien croissant dont jouit le Fonds auprès des pays africains », se félicite Afreximbank dans un communiqué.

Cette annonce intervient trois décennies après la création de la banque au Nigeria, « une étape clé qui démontre avec audace l’engagement continu du Nigeria à soutenir Afreximbank et les missions du FEDA », poursuit ce communiqué. Le FEDA considère les nouvelles adhésions comme « essentielles » pour renforcer son champ d’intervention et sa mission qui consiste à fournir des capitaux à long terme aux économies africaines, en mettant l’accent sur l’industrialisation, le commerce intra-africain et les exportations à valeur ajoutée. La signature de l’accord d’établissement du FEDA devrait ouvrir la voie à la ratification de l’accord en temps voulu. À son tour, cette ratification renforcera les interventions du FEDA au Nigeria.

Président de la banque du commerce international, Benedict Oramah, considère que cette étape « renforce un peu plus le partenariat déjà solide entre Afreximbank et le Nigeria, l’un des principaux soutiens de la banque. Le partenariat renforcera également les investissements dans les secteurs essentiels au développement du Nigéria. » 

Les autres pays qui ont adhéré à l’accord d’établissement du FEDA sont le Rwanda, la Mauritanie, la Guinée, le Togo, le Sud-Soudan, le Zimbabwe, le Kenya, le Tchad, la République du Congo, le Gabon, la Sierra Leone, São Tomé et Príncipe, la Guinée équatoriale, le Ghana et l’Égypte.

En avril, le FEDA avait dévoilé un investissement dans Bloom Africa Holdings Limited (BAHL), une plateforme régionale de services financiers opérant en Afrique de l’Ouest.

BAHL détient des participations dans plusieurs institutions financières en Gambie, en Sierra Leone et au Libéria, qui opèrent sous le nom de Bloom Bank Africa.

 

Faire connaître l’initiative MANSA

Ces institutions fonctionnent comme des banques commerciales à part entière et fournissent une gamme complète de services à une clientèle variée, allant des particuliers aux entreprises, en passant par les PME et le secteur public. BAHL propose des services bancaires sur mesure, tout en promouvant l’inclusion financière et le commerce par le biais de programmes de sensibilisation innovants et de produits accessibles.

Dès lors, les investissements de la FEDA visent à soutenir les efforts d’expansion de BAHL dans le secteur des services financiers. Cet investissement soutiendra les initiatives de croissance de BAHL, permettant à la société d’améliorer sa plateforme et ses services à travers l’Afrique de l’Ouest.

 Toujours au Nigeria, afin de mieux faire connaître la plateforme MANSA Digital et promouvoir son adoption, l’équipe de l’initiative MANSA Digital a récemment participé à un forum d’engagement des parties prenantes pour discuter de l’accès au financement et du financement moins cher pour les PME.

Co-organisé par l’Association des fabricants du Nigeria, le forum a attiré plus de 300 participants, dont des représentants de la Banque de l’industrie, de l’Agence de développement des PME du Nigeria (SMEDAN), de l’Association nigériane des PME, d’institutions gouvernementales, de banques commerciales, d’organismes parapublics et d’institutions du secteur privé.

S’adressant aux participants, Maureen Mba, responsable de l’initiative numérique de MANSA, a annoncé qu’Afreximbank avait lancé l’Africa Trade Gateway (ATG), avec la MANSA comme acteur clé, en tant que place de marché donnant accès aux activités numériques de la Banque conçues pour promouvoir et accroître le commerce intra-africain.

Elle a réaffirmé le rôle de catalyseur de MANSA dans le soutien au commerce en Afrique, soulignant qu’un meilleur système de conformité réglementaire pour le continent africain, grâce à la mise en œuvre de pratiques KYC-CDD et AML améliorées, aurait un impact positif sur la croissance du commerce et compléterait la ZLECAf (Zone de libre-échange continental africain).

« Les pays et organisations d’Afrique doivent donc considérer le MANSA comme la panacée pour atténuer les problèmes de non-conformité aux pratiques de diligence raisonnable et comme un catalyseur pour réduire l’asymétrie de l’information », a-t-elle ajouté.

Au cours de cette réunion, MANSA Digital Initiative et l’Agence de développement des PME du Nigeria (Smedan) ont conclu un accord afin de promouvoir, mobiliser et intégrer conjointement les entités sur la plateforme de dépôt de MANSA.

MANSA Digital Initiative, une référence sur le continent

 

@ABanker

 

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *