x
Close
African Banker

Le corridor de Lobito trouve ses financements

Le corridor de Lobito trouve ses financements
  • Publiéfévrier 12, 2024

Les États-Unis et ses partenaires, dont l’AFC, garantissent la pérennité du corridor de Lobito qui fluidifiera les relations commerciales et industrielles de la Zambie et de la RD Congo.

 

Le corridor de Lobito est le premier corridor économique stratégique du Partenariat pour l’infrastructure et l’investissement mondiaux (PGI) lancé par le président Joe Biden lors du sommet du G7 au Japon, en mai 2023. Le corridor intégrera le continent africain et renforcera les connexions avec les marchés mondiaux en élargissant les possibilités d’exportation, en stimulant le commerce régional et en développant des segments de marché clés, tout en créant des emplois décents et en améliorant les conditions de vie.

Les efforts du PGI pour moderniser et construire de nouvelles voies ferrées aboutiront à la première ligne ferroviaire transafricaine, qui s’étendra de l’océan Atlantique à l’océan Indien. Un investissement de 250 millions de dollars de la Société financière de développement des États-Unis (DFC), en cours de vérification, soutiendrait le consortium Lobito Atlantic Railway (LAR) qui modernise et exploite une ligne ferroviaire de Benguela de 1 200 km à travers l’Angola, avec le soutien consultatif de l’Africa Finance Corporation (AFC). 

« Le corridor est un centre logistique vital qui relie la région aux marchés internationaux tout en démontrant que l’investissement stratégique dans l’infrastructure publique peut mobiliser l’investissement privé dans de multiples secteurs afin de promouvoir une croissance économique qui transforme la région », juge l’AFC.

La modernisation de la LAR permettra de réduire considérablement le temps de transport, de mieux relier les régions de la RD Congo riches en minerais aux marchés mondiaux et de réduire l’empreinte carbone des marchandises actuellement transportées par la route. En réduisant les coûts pour les entreprises situées le long du corridor, elle ouvrira également de nouveaux marchés, notamment dans le domaine de l’agroalimentaire, précise une note de l’AFC.

Laquelle a organisé, la semaine passée à Lusaka (Zambie), le Forum des investisseurs du secteur privé du corridor de Lobito. Cette initiative fait suite à la signature d’un protocole d’accord en octobre 2023 dans lequel la Banque africaine de développement, l’AFC, les gouvernements de l’Angola, de la RD Congo, de la Zambie et des États-Unis, ainsi que la Commission européenne, ont souligné leur engagement commun à développer le corridor de Lobito.

 

De nouvelles facilités de crédit

Le protocole d’accord désigne l’AFC comme maître d’œuvre de la nouvelle ligne ferroviaire Zambie-Lobito, qui s’étend de la ligne de Benguela au nord-ouest de la Zambie.  Outre le rail, le PGI investit des fonds publics catalytiques aux côtés de partenaires du G7 et de l’Afrique dans divers secteurs, démontrant ainsi un nouveau modèle de développement d’infrastructures holistique dirigé par le secteur privé, tout en maintenant des normes strictes en matière de travail et d’environnement, et en promouvant le commerce et l’investissement sur le continent africain.

Au cours du forum de Lusaka, le gouvernement américain et ses partenaires ont annoncé des engagements supplémentaires en faveur du corridor :

Une vue du corridor de Lobito.
Une vue du corridor de Lobito.

L’agence américaine DFC vient d’approuver une nouvelle facilité de crédit de 250 millions $ en faveur de l’AFC, qui soutiendrait ses efforts pour développer des infrastructures de qualité et de haut niveau à travers le continent. Ce projet potentiel est maintenant en attente d’un examen par le Congrès. La DFC s’est également engagée à accorder un prêt de 10 millions $ à Seba Foods Zambie, le premier investissement américain dans l’agroalimentaire le long du corridor de Lobito.

En outre, l’Agence américaine pour le commerce et le développement (USTDA) a attribué une subvention pour une étude de faisabilité à REV-UP Solar Ventures Zambia afin de développer une centrale solaire d’une capacité estimée à 200 mégawatts et un système de stockage d’énergie par batterie à Solwezi, en Zambie. Le projet fournira de l’électricité propre et stable à l’industrie et aux ménages zambiens et pourrait alimenter deux mines de minerais essentielles en RD Congo.

La ligne LAR a signé un contrat de six ans avec la société minière canadienne Ivanhoe pour l’acheminement de cargaisons destinées à l’exportation, ce qui permettra à la ligne ferroviaire de devenir la première liaison ferroviaire en Afrique subsaharienne et de soutenir la diversification de la chaîne d’approvisionnement en énergie propre.

Soutenant les efforts visant à libérer le potentiel de la région de la ceinture de cuivre, l’AFC a conclu un protocole d’accord avec la société congolaise de négoce de matières premières et d’exploitation minière Gécamines afin d’entreprendre le développement de minéraux essentiels en RD Congo.

L’AFC a également signé une déclaration d’intérêt avec Kobaloni Energy afin de fournir un financement de 100 millions $ pour une raffinerie de cobalt à Chingola, en Zambie, dans le but de construire la première usine de sulfate de cobalt de qualité pour batteries de véhicules électriques sur le continent africain.

Les États-Unis, la Zambie et l’AFC accueillent le Forum du Partenariat pour l'infrastructure et l'investissement mondiaux afin de renforcer l'investissement dans le corridor de Lobito
Les États-Unis, la Zambie et l’AFC accueillent le Forum du Partenariat pour l’infrastructure et l’investissement mondiaux afin de renforcer l’investissement dans le corridor de Lobito

 

Ces annonces s’ajoutent aux investissements de plus d’un milliard de dollars réalisés par le gouvernement américain en Angola au cours de l’année écoulée. Il s’agit notamment d’un prêt de plus de 900 millions $ autorisé par l’Export-Import Bank of the United States (EXIM) pour soutenir la construction de deux centrales solaires qui produiront plus de 500 mégawatts d’énergie renouvelable, et d’une garantie de prêt EXIM supplémentaire de 363 millions $ pour soutenir le financement et la construction de plus de 180 ponts reliant les communautés rurales angolaises.

En outre, deux subventions de l’USAID permettent au récent lancement de l’argent mobile d’Africell d’atteindre davantage de populations mal desservies, et d’étendre un programme existant de soutien aux agricultrices aux communautés situées autour de la ligne ferroviaire de Lobito Atlantic.

@ABanker

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *