x
Close
African Banker

L’AFC conclut un accord de prêt avec l’italienne CDP

L’AFC conclut un accord de prêt avec l’italienne CDP
  • Publiédécembre 8, 2023

La Cassa Depositi e Prestiti appuie l’Africa Finance Corporation, à hauteur de 50 millions d’euros, afin de financer des infrastructures résilientes au changement climatique. L’AFC consolide ses liens avec la Banque africaine de développement.

 

Africa Finance Corporation (AFC), et l’institution italienne de financement du développement Cassa Depositi e Prestiti SpA (CDP) ont signé un accord de facilité de prêt de 50 millions d’euros, en marge de la COP28 à Dubaï. Ce financement jouera un rôle crucial dans le soutien des investissements de l’AFC dans les énergies renouvelables, les projets d’efficacité énergétique et les infrastructures résilientes au changement climatique, explique l’institution africaine, qui se présente comme étant « le principal fournisseur de solutions d’infrastructure sur le continent ». Deux jours plus tôt, l’AFC avait annoncé un accord avec la BAD (Banque africaine de développement.

L’AFC bénéficie de l’une des meilleures notations de crédit sur le continent (A3 selon Moody’s), ce qui lui permet d’obtenir des coûts d’emprunt parmi les plus bas de toutes les institutions africaines pour le développement de projets d’infrastructure essentiels.

Cette facilité de dix ans permettra à l’AFC d’accélérer ses efforts pour combler le déficit d’infrastructures de l’Afrique tout en finançant des projets qui contribuent à atténuer le changement climatique, à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à promouvoir le développement durable. Elle marque une nouvelle étape dans la relation stratégique entre l’AFC et la CDP, qui a déjà permis à l’AFC de recevoir environ 150 millions de dollars sous forme de prêts bilatéraux.

L’opération « jette les bases de solutions de financement innovantes qui tirent parti des atouts des deux institutions, en combinant l’expertise de l’AFC en matière de développement d’infrastructures et sa connaissance approfondie de l’Afrique avec l’expérience du CDP en matière de financement de projets durables », détaille un communiqué.

Représentant l’AFC, Sanjeev Gupta, commente : « La gestion des risques en vue d’obtenir le rendement et l’impact souhaités nécessite une compréhension des réalités locales pour que les capitaux mondiaux puissent fonctionner efficacement sur les marchés en développement. Notre collaboration continue avec le CDP soutient la coopération stratégique essentielle entre les institutions africaines et européennes, afin de garantir que l’agenda mondial sur le développement économique, la justice climatique et la prospérité pour tous soit réalisé de manière équitable. »

 

Les synergies de deux institutions africaines

De son côté, Paolo Lombardo, de la CDP, considère que cette collaboration avec l’AFC permettra « de financer des projets à fort impact dans les domaines des infrastructures vertes, un élément clé pour contribuer aux efforts de l’Afrique en matière de changement climatique ».

D’autre part, l’AFC a donc signé une ligne de crédit à long terme de 350 millions $ avec la BAD. Cet accord « soutient le financement de projets d’infrastructure qui sont nécessaires de toute urgence pour soutenir le développement durable et la croissance économique », se félicitent les deux institutions.

Lesquelles, de longue date, co-investissant dans de multiples projets d’infrastructure transformationnels. Par exemple, récemment, elles se sont jointes aux États-Unis, à l’Union européenne et aux gouvernements de l’Angola, de la RD Congo et de Zambie afin d’accélérer le projet du corridor de Lobito.

cérémonie de signatures entre Sanjeev Gupta (AFC) et Paolo Lombardo (CDP)
Cérémonie de signatures entre Sanjeev Gupta (AFC) et Paolo Lombardo (CDP).

 

L’accord de financement avec la BAD permettra à l’AFC de mobiliser des ressources supplémentaires pour poursuivre le développement de projets d’infrastructure dans ses secteurs de prédilection, notamment l’électricité, les transports, les télécommunications et les ressources naturelles.

Pour Sanjeev Gupta, « il est essentiel que les principales institutions africaines travaillent ensemble, partagent leurs connaissances et leurs capacités et négocient collectivement au nom de l’Afrique afin de mettre en œuvre un programme de développement à la fois pragmatique et durable et de veiller à ce qu’il crée une prospérité économique grâce à la fabrication locale, à la création de valeur ajoutée et à l’abandon du modèle historique axé sur l’extraction et l’exportation, qui a été un fléau pour le continent ».

« Le partenariat entre la BAD et l’AFC illustre un engagement commun à catalyser le développement durable à travers le continent », commente de son côté Solomon Quaynor, vice-président de la BAD.

Ce dernier accord souligne le pouvoir des principales institutions multilatérales africaines, qui combinent la force de leurs ressources et de leur expertise, juge l’AFC.

@ABanker

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *