x
Close
African Banker Bonne gouvernance

L’activité de l’ITFC s’étoffe

L’activité de l’ITFC s’étoffe
  • PubliéJuly 5, 2022

La Société islamique de financement du commerce international a dévoilé son rapport annuel. Il montre que l’activité progresse, tandis qu’au fil des ans, la société s’adresse à un plus large public.

 

Par Aude Darc

Le rapport d’activité de l’ITFC (Société islamique de financement du commerce international) sur l’efficacité du développement (ADER) s’intitule « Vers un commerce résilient ». En effet, la mission contra-cyclique de la filiale de la Banque islamique de développement a été respectée, ces derniers mois, face aux crises diverses.

ADER met en avant trois principaux thèmes : soutenir les chaînes d’approvisionnement stratégiques dans les pays membres, promouvoir un commerce inclusif en soutenant les PME, les micro-entreprises, les petits exploitants agricoles et les femmes, et enfin, poser les bases d’un commerce durable et vert. 

S’exprimant sur le lancement officiel du rapport. Hani Salem Sonbol, directeur général de l’ITFC, a déclaré : «À l’ITFC, obtenir des résultats en matière d’efficacité du développement, ou de contribution au développement, est tout aussi crucial que le montant du commerce que nous finançons. »

C’est la raison pour laquelle la société met également l’accent sur les moyens de promouvoir un commerce inclusif, en relevant le défi de l’intégration régionale, en favorisant les partenariats pour atteindre les Objectifs de développement durable des Nations unies et en continuant à jeter les bases d’un commerce durable.

« La pandémie a démontré que le partenariat et la synergie constituent la meilleure voie pour faire face aux urgences mondiales, nous permettant ainsi d’avoir un impact plus important qui agit comme un puissant catalyseur du développement. »

 

Préserver l’essentiel

Le rapport ADER souligne quelques résultats dont se félicite l’ITFC. En 2021, les autorisations (d’un montant de 6,5 milliards de dollars) et les décaissements (5,1 milliards $) de la société ont atteint de nouveaux sommets. Les décaissements en faveur des pays membres les moins avancés se sont élevés à 1,5 milliard $, au profit de neuf pays, soit une augmentation de 25 % par rapport à 2020. 

Le financement du commerce intra-OCI (Organisation islamique du commerce) s’est élevé à 4 milliards $, les approbations cumulées pour soutenir le commerce entre les pays membres de l’OCI atteignant 44 milliards $ depuis la création de l’institution. 

La capacité à mobiliser des fonds a dépassé les objectifs, puisque la société a mobilisé un montant record de 4,5 milliards $ auprès de partenaires syndicaux sur le marché (+84 %). Sur 5 dollars mobilisés par l’ITFC, 4 dollars l’ont été auprès de partenaires externes. 

« Si nous voulons que le secteur privé joue pleinement son rôle dans le soutien des programmes de développement, il renforce les capacités équiper les petites, moyennes et micro-entreprises », explique Hani Sonbol en préface du rapport.

Pendant les périodes de perturbation, l’ITFC a tenté de maintenir le flux des échanges commerciaux et en soutenant les chaînes d’approvisionnement essentielles telles que l’énergie, l’alimentation et la santé. La société se félicite d’avoir décaissé 810 millions $ pour l’achat de 3,3 millions de tonnes de produits alimentaires, permettant à environ 28 millions de ménages. Plus de 25 000 patients, 1 500 agents de santé et treize centres de santé ont bénéficié d’équipements et de matériel médical et de produits pharmaceutiques, avec l’appui de l’institution. Enfin, cette dernière a procédé au décaissement de 3,8 milliards $ pour garantir l’approvisionnement en intrants énergétiques dans les pays membres, permettant à quelque 11 millions de ménages d’avoir accès à un service d’électricité fiable et appuyant des secteurs clés tels que le transport, l’agriculture et la construction. 

Pour combler les lacunes en matière de financement du commerce parmi les groupes mal desservis, l’ITFC a fourni aux PME, aux petits exploitants agricoles et aux entreprises dirigées par des femmes un accès au financement ainsi qu’un réseau et une plateforme uniques pour accéder aux marchés. Plus de 320 PME ont bénéficié d’un financement de 139 millions $ via 18 banques partenaires. 

En faveur de l’autonomisation des femmes, l’ITFC a soutenu la mise en œuvre de l’initiative « She Trades »  en Égypte et au Maroc, dont ont bénéficié 110 femmes entrepreneures et PME dirigées par des femmes, grâce à des formations de renforcement de capacités. À titre d’exemple, le rapport s’attarde sur l’appui accordé à une petite entreprise de vêtements située à Dakar, KaDior, dirigée par une femme, Aissatou Thiam.

Enfin, dans le secteur agricole, l’ITFC a redistribué 250 millions $ de revenus à environ 600 000 producteurs pour l’achat de 500 000 tonnes de produits agricoles. Le financement des pré-exportations de l’ITFC a contribué à des recettes d’exportation de 416 millions $ pour les pays africains les moins avancés. 

 

@ABanker

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.