x
Close
African Banker

La SIACE renforce son partenariat avec Huawei Technologies

La SIACE renforce son partenariat avec Huawei Technologies
  • Publiéavril 29, 2024

L’assureur des investissements fournira des solutions pour soutenir le constructeur dans la mise à disposition d’équipements de réseaux de télécommunications et dans la formation des principaux opérateurs de télécommunication.

 

La Société islamique d’assurance des investissements et des crédits à l’exportation (SIACE), assureur multilatéral et membre de la BID (Banque islamique de développement), a conclu un mémorandum d’entente avec Huawei Technologies.

Cet accord de coopération renforce la collaboration continue entre la SIACE et Huawei. L’objectif est de renforcer l’infrastructure des télécommunications dans les pays membres de l’assureur charia-compatible. Dans le cadre de cet arrangement, la SIACE fournira des solutions d’assurance pour soutenir Huawei dans la mise à disposition d’équipements de réseaux de télécommunications avancés et dans la formation des principaux opérateurs de télécommunication des pays membres de la SIACE.

Cette dernière a déjà facilité la fourniture d’équipements de télécommunications essentiels à des opérateurs importants tels qu’Indosat en Indonésie et Uzbektelecom en Ouzbékistan. Cette collaboration vise à améliorer la connectivité et l’accès à une technologie de télécommunications avancée dans les pays membres.

Oussama Kaissi, directeur général de la SIACE, s’est félicité de cet accord de coopération qui « représente un plan d’action important pour soutenir le renforcement des infrastructures de télécommunications primordiales dans nos pays membres ». En alliant l’expertise technologique de Huawei avec les solutions d’assurance solides de la SIACE, « nous ouvrons la voie à une croissance transformative dans le secteur des télécommunications. Cette collaboration est plus qu’un partenariat; c’est une voie vers une connectivité avancée et une innovation accrue, permettant à nos pays membres d’exploiter pleinement le potentiel d’une technologie de télécommunication avancée », a-t-il justifié.

D’autre part, la SIACE a signé un autre accord avec la Fédération des entrepreneurs des pays islamiques (FOCIC).  Il a pour but de créer un cadre global de collaboration dans le domaine d’échange de capacités techniques et d’information entre les parties prenantes appartenant aux secteurs de l’assurance et de l’entreprenariat.

Selon Oussama Kaissi, cet accord avec la FOCIC incarne « notre dévouement profond envers la promotion de l’implémentation de l’assurance islamique à travers les pays membres. En combinant leurs ressources et leurs expertises, ceux-ci seront en position de force pour réaliser des progrès considérables dans les secteurs de l’assurance et de la construction, essentiels à l’expansion économique soutenue et au progrès au sein de leurs communautés. »

Rappelons par ailleurs que le Togo a rejoint récemment la société créée en 1992 à Tripoli. Selon les autorités togolaises, cette structure de la BID joue un rôle majeur dans la couverture des capitaux des États membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). Elle facilite aussi la circulation des investissements directs étrangers en leur sein afin de contribuer au développement social et économique.

Jusqu’à peu, le Togo, bien que n’ayant pas signé la charte de l’OCI, était simple membre de la BID et bénéficiait de ses financements. Selon la ministre du commerce, Kayi Mivedor-Sambiani, l’adhésion du Togo va faciliter l’attraction des investissements venants des pays membres de l’OCI.

*****

En bref

La finance islamique et création d’entreprise

 

Le 18e Forum mondial de la Banque islamique de développement, consacré à la finance islamique s’est déroulé en marge des assemblées annuelles du Groupe de la BID à Riyad, Royaume d’Arabie Saoudite.

Dans son discours d’ouverture, le président de la BID, Muhammad Al-Jasser, a appelé à la formation d’une génération de chefs d’entreprise qui peuvent aider à propulser le monde vers un avenir enraciné dans les principes éthiques et le développement durable.

Le dirigeant a souligné l’impact de l’entrepreneuriat sur les économies individuelles et mondiales, en citant des exemples d’entreprises qui ont créé une valeur immense pour les gens du monde entier, comme Alibaba, Alphabet, Amazon, Apple, Microsoft, Nvidia et Tesla. Il a fait remarquer que la valeur marchande actuelle combinée de ces entreprises s’élève à près de 12 000 milliards de dollars, ce qui dépasse la production économique en 2023 du Royaume-Uni, de la France et de la Russie réunis.

Il a également souligné la disparité des taux de création d’entreprises entre les économies à revenus élevés et les économies à faibles revenus, et a insisté sur la nécessité de combler ce fossé en favorisant un environnement propice qui soutient et nourrit l’esprit d’entreprise. Le président a suggéré que des initiatives telles que le microfinancement, conçues pour se conformer aux principes financiers islamiques, pourraient jouer un rôle essentiel à cet égard.

Muhammad Al-Jasser, président de la Banque islamique de développement.
Muhammad Al-Jasser, président de la Banque islamique de développement.

 

Ces discours ont été suivis par la remise du prix 2024 de la BID pour les réalisations marquantes en économie islamique, au professeur Mehmet Asutay, professeur d’économie politique et de finance islamique et moyen-orientale à l’université de Durham.

À noter qu’au cours d’une session, la BID a présenté le Smart Stabilization System, un algorithme en instance de brevet visant à renforcer la stabilité des marchés financiers, mis en œuvre par SettleMint, une société de la Blockchain.

@ABanker

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *