Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

La BOAD appuie Cofina en Afrique de l’Ouest

La Banque ouest-africaine de développement a approuvé trois nouvelles opérations majeures de financement. La plus importante consiste en un partenariat avec Cofina, afin d’appuyer le développement des PME à impact environnemental et social.

Par Kimberly Adams

Le Conseil d’administration de la BOAD (Banque ouest-africaine de développement) a finalisé trois opérations de financement en appui du tissu industriel de la sous-région. Dans le cadre du partenariat avec Cofina, la filiale ivoirienne du groupe de mésofinance recevra une aide de 5 milliards de F.CFA (7,6 millions d’euros), sur sept ans.

Grâce à l’engagement de Cofina auprès d’Ogooué Labs, une vingtaine de jeunes Gabonais seront formés à l’entreprenariat du numérique avant d’être recrutés dans les dix start-up en cours de création, dans le pays.

Ce montant est dédié au financement de PME ; une partie de ces financements est plus spécifiquement dédiée à des projets d’amélioration de l’accès à l’électricité. En Afrique de l’Ouest et au Sahel, les entreprises innovantes pourront installer des kits solaires autonomes et des systèmes hors réseau.

Cet appui à Cofina n’est pas nouveau. La société est partenaire de plusieurs institutions de financement, comme Proparco (Agence française de développement) ou la banque néerlandaise FMO. Leurs partenariats a d’ailleurs été intensifié en mai 2020, dans le but de soutenir les petites entreprises victimes de la pandémie de la Covid-19 et favoriser l’émergence du secteur privé africain. De son côté, la BOAD vient de valider une prise de participation au capital de Proparco, pour 1,86 milliard de F.CFA (2,8 millions d’euros).

 « C’est une grande fierté pour le groupe Cofina que de signer un partenariat de cette dimension avec une institution prestigieuse comme la BOAD », déclare Jean-Luc Konan, PDG du groupe. « Il témoigne de notre place de leader africain de la mésofinance, engagé en faveur du développement de notre écosystème entrepreneurial. »

Outre l’appui à Cofina et la prise de participation au capital de Proparco, la BOAD vient de finaliser un prêt à court terme en faveur de la Société nationale Burkinabè d’hydrocarbures (Sonabhy). Il s’agit de participer partiellement, au financement de ses besoins d’exploitation, au titre de l’importation et la commercialisation d’hydrocarbures au Burkina Faso.

L’objectif de l’opération est de renforcer les ressources financières à court terme de la société, pour lui permettre de répondre adéquatement aux besoins de sa clientèle par l’importation d’hydrocarbures. Cette opération porte sur 20 milliards de F.CFA (30,5 millions d’euros).

Partenariat stratégique pour Cofina au Gabon

Voilà qui porte le total des trois nouvelles opérations approuvées par la BOAD à 26,86 milliards de F.CFA. L’institution tient à faire tourner son compteur : le total de ses engagements, toutes opérations confondues, se porte à 6 254,86 milliards de F. CFA (95,35 milliards d’euros), depuis le démarrage de ses activités opérationnelles, en 1976.

Par ailleurs, l’institution présidée par Serge Ekué a approuvé la restructuration du prêt pour l’implantation d’une unité de fabrication d’emballages en carton par la société SCS Malienne de Cartonnerie (SCS) SA au Mali, d’un montant de 2,3 milliards de F.CFA (3,5 millions d’euros).

De son côté, Cofina rend opérationnel son partenariat stratégique au Gabon, avec l’ONG Ogooé Labs. Les deux partenaires vont financer en commun le programme StartX241 conçu par cet incubateur. Il permettra de créer dix start-up Tech, de recruter et de former vingt entrepreneurs gabonais à la gestion de start-up. Ce qui favorisera, à terme, l’insertion de près de quarante jeunes Gabonais. L’opération porte sur 250 millions de F.CFA.

Lancé à la fin de l’automne 2020, le programme StartX241 vise à accélérer la distribution des produits de jeunes entreprises technologiques francophones vers les territoires où leurs innovations ne sont pas présentes.

Pour le fondateur d’Ogooué Labs, «cette convention marque le début d’un partenariat stratégique pour le Gabon qui est lancé le dans la transition numérique». Sylvère Boussamba juge que « l’engament de Cofina montre sa parfaite compréhension des enjeux et des défis autour de l’économie numérique au Gabon et en Afrique ».

Une vingtaine de jeunes Gabonais seront formés à l’entreprenariat du numérique avant d’être recrutés dans les dix start-up en cours de création dans le pays. Ce, grâce aux partenariats stratégiques avec Hemera, un accélérateur bordelais spécialisé dans l’accompagnement de start-up à fort potentiel.

KA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts