Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

La BEAC modérément optimiste

Gare à l’excès de liquidités incontrôlables

Pourtant, le marché des titres publics est toujours très actif. Lors de la dernière semaine d’avril, l’adjudication des OAT (Obligations assimilables du Trésor) n’est pas restée sans réponse, notamment à l’égard des titres camerounais.

L’État aurait levé 34 milliards de F.CFA pour un taux d’intérêt pourtant faible, relativement à ceux de ses voisins, de 3,5%. Le Cameroun entend mobiliser quelque 220 milliards de F.CFA cette année, ayant déjà récolté 140 milliards au cours du mois d’avril !

145 séances d’adjudications ont été organisées sur cette catégorie de titres en 2019, pour un total de 2 015 milliards de F.CFA (3,1 milliards d’euros) mobilisée. Enfin, les OAT ont levé 830,2 milliards F.CFA (1,27 milliard d’euros).

Attention, conclut le rapport de politique monétaire, la BEAC aura du mal à soutenir davantage les marchés. « Les injections massives et non contrôlées de la liquidité par la Banque centrale se traduisent généralement par une dégradation de la stabilité externe de la monnaie. » Aussi, pour le Comité de politique monétaire, il est « impératif » pour la BEAC « de continuer à appliquer la réglementation de change de manière stricte afin d’éviter des sorties spéculatives et injustifiées des capitaux ».

Pour l’heure, la question de la dévaluation n’est pas d’actualité. Les aides internationales et les politiques menées en Afrique confirment que les différentes parties ont pris la mesure de l’impact économique de la pandémie.

Le – relatif – rebond des cours du pétrole rassure quelque peu. Même si le cours moyen de 20 dollars le baril, sur laquelle repose les projections « optimistes » de la BEAC, est encore loin d’être confirmé.

Enfin, concernant l’attitude des banques, la BEAC leur adresse trois recommandations.  Approvisionner suffisamment leurs clients en signes monétaires, notamment en s’assurant de la disponibilité et du bon fonctionnement de leur réseau, y compris les distributeurs automatiques. Garantir la fourniture de l’ensemble des services et renforcer les opérations des banques à distance. Revoir à la baisse les conditions des banques.

Par ailleurs le document donne quelques chiffres intéressants sur l’année 2019. L’an dernier, les pays de la Cemac ont réussi à mobiliser une enveloppe record de 2 846,3 milliards de F.CFA (4,34 milliards d’euros).

De leur côté, les bons assimilables du Trésor, qui sont les titres de court terme ne dépassant pas un an de maturité, sont toujours très recherchés sur le marché monétaire.

En effet, 145 séances d’adjudications ont été organisées sur cette catégorie de titres en 2019, pour un total de 2 015 milliards de F.CFA (3,1 milliards d’euros) mobilisée. Enfin, les OAT ont levé 830,2 milliards F.CFA (1,27 milliard d’euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts