x
Close
African Banker

La BAD saluée pour sa transparence

La BAD saluée pour sa transparence
  • PubliéJuly 13, 2022

Depuis plusieurs années, la Banque africaine de développement engage les moyens humains, techniques et matériels pour valoriser la destination de ses aides. Un travail salué par le classement 2022 de Publish What You Fund.

 

Par Aude Darc

L’organisme Publish What You Fund (« Publiez ce que vous financez ») est une organisation mondiale qui milite pour la transparence de l’aide et du développement. Elle a placé la BAD (Banque africaine de développement) en tête des structures les plus transparentes du monde ; plus exactement, la partie « portefeuille de dettes souveraines » de la banque d’Abidjan.

« Depuis plusieurs années déjà, la BAD s’emploie à comprendre les exigences de l’indice, elle a ensuite réorganisé son approche de divulgation, en publiant des données plus complètes et de meilleure qualité », estime Publish What You Fund.

Laquelle se place donc en tête du groupe des dix organismes dont la transparence est jugée « très bonne ». Groupe où figure par exemple le fonds IDA de la Banque mondiale, l’IADB (Banque interaméricaine de développement), ainsi que le fonds des Nations unies pour le développement. À noter que le fonds « non souverain » de la BAD se classe à une flatteuse 12e place, dans le groupe des organismes notés « bonne transparence », en compagnie de l’OMS, de l’USAid, et de l’Agence française de développement (28e). En revanche, l’IFC (Société financière internationale) dirigée par Makhtar Diop figure à une décevante 35e place, dans le peloton « transparence convenable ». Enfin, on peut pointer la surprenante 47e place du JICA, la coopération japonaise, dont le statut de transparence passe en deux ans de « convenable » à « pauvre »…

« Je suis ravi de cette reconnaissance exceptionnelle de Publish What You Fund. Elle témoigne des efforts inlassables des plus de 2 000 employés de notre organisation qui travaillent sans relâche pour accélérer les progrès de l’Afrique », se réjouit le président de la BAD, Akinwumi Adesina.

« Sans jamais dévier de leur cap, ils offrent des prestations de grande qualité, soumises aux exigences les plus strictes. Je suis incroyablement fier d’eux », poursuit-il. « Dr Adesina » tient à féliciter Publish What You Fund « pour son importante mission, qui combine une recherche solide et une expertise technique avec un plaidoyer et un engagement ciblés pour rendre l’aide et les efforts de développement plus transparents et efficaces ».

 

Une année « complexe et difficile »

La vice-présidente principale Swazi Tshabalala précise que cet indicateur « joue un rôle clé dans la promotion de l’ouverture et d’une plus grande transparence parmi les agences internationales ».

La Banque a « travaillé dur » au fil des ans pour améliorer la publication de ses flux d’aide en fournissant des données « cohérentes, de haute qualité et d‘accès facile », juge-t-elle. « Notre première place au classement implique d’importantes ressources humaines et financières, car c’est la seule façon de mener nos activités de développement », fait-elle observer. En 2020, la BAD – sans distinguo des portefeuilles –, n’était « que » quatrième de ce classement mais a toujours figuré dans la première catégorie.

Cet indicateur est basé sur plusieurs critères, parmi lesquels les volets finances et budgétaire, les données d’information de base, la planification organisationnelle et la performance.

 

Dans un communiqué auto-louangeur, la BAD reconnaît que ce classement intervient alors que l’année écoulée a été « complexe et difficile », en matière de transparence du développement. Afin de répondre aux besoins de développement et d’atteindre des objectifs mondiaux ambitieux, à l’image des Objectifs de développement durable des Nations unies et les cinq grandes priorités opérationnelles de la Banque, « il est plus que jamais nécessaire d’accroître et d’améliorer le financement du développement. Ce, d’autant plus que d’importants volumes de financement sont aujourd’hui affectés à la lutte contre la pandémie de Covid-19 ». À propos d’année difficile, le rapport s’attarde sur le dispositif Covax de livraison des vaccins pour en dresser un bilan bien mitigé.

Directeur général de Publish What You FundGary Foster commente : « Depuis plusieurs années déjà, la BAD s’emploie à comprendre les exigences de l’indice, elle a ensuite réorganisé son approche de divulgation, en publiant des données plus complètes et de meilleure qualité. Cela n’a été possible que parce que les efforts de son personnel technique s’accompagnent d’un engagement en faveur de la transparence de l’aide au niveau le plus haut de l’organisation ».

Parmi les outils à la disposition des parties prenantes de la BAD, citons sa plateforme MapAfrica qui explique comment répondre aux besoins en énergies. La BAD propose également son Portail de données des opérations pour présenter les données de manière facilement accessible.

Rapport complet disponible ICI.

@ABanker

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.