Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

ITFC appuie Afreximbank

La Banque africaine d’import-export a signé un accord de Mourabaha de 250 millions de dollars avec la Société internationale islamique de financement du commerce pour soutenir la réponse africaine aux défis économiques posés par les troubles géopolitiques actuels.

 

Par Paule Fax

La filiale de la Banque islamique de développement, l’ITFC, accorde un mandat de 250 millions de dollars afin de soutenir le programme de financement du commerce pour l’ajustement de la crise ukrainienne en Afrique (UKAFPA) d’Afreximbank.

De son côté, l’accord signé avec le Sénégal sur le financement de Murabaha, d’un montant de 115 millions d’euros, vise à soutenir l’achat de produits pétroliers raffinés afin de renforcer le secteur énergétique du pays.

Selon les partenaires, la facilité augmentera la capacité de la banque à aider ses clients dans les pays membres en commun de l’ITFC et d’Afreximbank pour l’acquisition de biens éligibles, en particulier les produits de base clés qui connaissent une hausse des prix. « L’intervention de l’UKAFPA d’Afreximbank a été conçue pour atténuer les défis économiques créés par le conflit en Ukraine, en particulier la crise alimentaire émergente », précise un communiqué commun.

Benedict Oramah, président d’Afreximbank, considère que la facilité Murabaha (contrats à terme) constitue « la dernière en date d’un effort de collaboration fructueux entrepris depuis longtemps avec IFC ». Les deux institutions sont « déterminées à promouvoir le commerce entre l’Afrique et le monde arabe et à créer ainsi un échange économique durable entre les membres constitutifs du Sud mondial », se réjouit-il.

« La facilité sera essentielle au programme UKAFPA d’Afreximbank, qui vise à protéger les États africains contre la hausse rapide des prix des produits de base et les perturbations économiques résultant de la guerre en cours en Ukraine. »

Pour Hani Salem Sonbol, directeur général de l’IFTC, « cette signature démontre l’énorme potentiel de la finance islamique, qui peut jouer un rôle important dans la résolution du double défi auquel est confrontée l’économie mondiale, qui émane des retombées de la pandémie et de la situation géopolitique actuelle ».

L’accord aidera à atténuer l’impact économique de ces défis tout en contribuant au développement économique des pays du Sud par le biais de l’avancement du commerce.

 

Huit accords de facilitation du commerce

La Facilité ITFC, juge-t-il, renforcera non seulement la capacité d’Afreximbank à intervenir pour soutenir les États membres dans l’acquisition de produits de base cruciaux, mais elle favorisera également la stratégie commerciale Sud-Sud de la Banque, en approfondissant les liens économiques entre l’Afrique et les pays arabes.

La 47e assemblée du Groupe de la Banque islamique de développement, dont est membre l’ITFC, a d’ailleurs été particulièrement fructueuse. L’institution y a signé huit accords stratégiques de coopération avec les secteurs public et privé. Quatre accords supplémentaires ont été signés avec divers ministères égyptiens, ainsi que quatre accords avec le Cameroun, le Sénégal et l’Ouzbékistan.

Ainsi, une facilité de 6 milliards $ signée avec l’Égypte renouvelle l’accord-cadre d’une durée de cinq ans constitue le montant le plus important. Le renouvellement est une extension de l’accord-cadre signé en 2018 pour répondre aux besoins alimentaires et énergétiques de l’Égypte.

Les activités proposées par le programme AATB, également renforcé à cette occasion, comprennent l’organisation de missions commerciales égyptiennes pour plusieurs pays africains, le soutien de la participation des entreprises égyptiennes à un certain nombre de forums économiques et de foires commerciales sur le continent, ainsi que le soutien de la participation des entreprises égyptiennes à diverses réunions d’exportateurs et d’importateurs. L’objectif est d’assurer une augmentation des exportations égyptiennes et des projets d’investissement en Afrique, ainsi que de fournir des financements et des garanties pour les exportations égyptiennes vers les marchés africains.

De son côté, l’accord signé avec le Sénégal sur le financement de Murabaha, d’un montant de 115 millions d’euros, vise à soutenir l’achat de produits pétroliers raffinés afin de renforcer le secteur énergétique du pays. Cette signature démontre l’engagement de l’ITFC à promouvoir le commerce entre les pays membres de l’OCI (Organisation du commerce islamique).

Enfin, un accord de financement hypothécaire de 8 millions d’euros a été signé avec l’Afrliand First Bank au Cameroun pour répondre aux besoins des clients de la banque d’obtenir des solutions de financement pour le commerce financé et non financé dans des secteurs clés tels que l’énergie et l’agroalimentaire.

 

De gauche à droite, Hani Salem Sonbol (assis), PDG d’ITFC, Hala Al-Saeed, ministre de la Planification et du développement économique d’Égypte, Mustafa Madbouli, Premier ministre de l’Égypte, et Mohamed Al-Jasser, président du Groupe de la BID, le 4 juin 2022.

@AfricanBanker

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts