Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Hussein Abaza : Notre empreinte africaine…

Le commerce électronique et les biens de consommation stimulent l’activité de la Banque commerciale internationale (CIB), explique Hussein Abaza, son directeur exécutif. Qui confirme que l’expansion sur le continent reste une priorité de la banque égyptienne.

Propos recueillis par Stephen Williams

Comment voyez-vous les perspectives de l’économie égyptienne à court, moyen et long terme ?

La pandémie de Covid-19 a été un test pour l’économie égyptienne, notamment en raison de la baisse des entrées de devises dans le pays.

Cependant, l’impact n’a pas été aussi grave que tout le monde s’y attendait pour un pays aussi densément peuplé que l’Égypte, et nous avons commencé à voir des signes de reprise de l’activité économique.

Nos solutions bancaires numériques efficaces ont contribué à élargir notre clientèle dans tous les segments. Les plateformes numériques de CIB sont devenues cruciales pour les clients pendant la pandémie de Covid-19 pour effectuer des transactions transparentes et sécurisées.

La croissance devrait atteindre 5,7% en 2022 selon le FMI après une croissance plus modeste durant l’année qui vient de s’achever. Par conséquent, le secteur privé continuera de croître et d’atteindre son potentiel de création d’emplois et d’expansion durable du marché.

Justement, dans quels secteurs voyez-vous le plus grand potentiel de croissance ?

Le secteur du commerce électronique, associé à la Fintech, a été le moteur de la croissance économique ces dernières années. Le commerce électronique dans la région MENA a augmenté de 35% en 2021, selon les estimations, pour atteindre environ 30 milliards de dollars, soit le double de sa valeur en 2019.

Les consommateurs se sont davantage penchés sur les achats en ligne en raison de sa facilité et de sa rapidité, et nos services répondent actuellement à ce besoin, permettant aux clients d’effectuer des transactions bancaires en ligne sécurisées à distance.

Au cours de l’exercice 2020, le nombre de clients particuliers abonnés au service de banque en ligne de CIB avait déjà augmenté de 35 %, tandis que le Smart Wallet de CIB avait enregistré une augmentation de 107% des transactions. 

Un autre secteur leader en termes de croissance est celui des biens commerciaux à rotation rapide, tiré par de fortes dépenses de consommation et un secteur de la vente au détail de plus en plus formalisé.

Les dépenses totales des ménages augmenteront à un taux réel de 3,7% (et 4,2% en monnaie locale) sur la période 2021-2025, faisant de l’Égypte le deuxième marché de consommation à la croissance la plus rapide dans la région MENA, créant un plus grand pouvoir d’achat des biens de consommation.

En ce qui concerne vos propres services et opérations bancaires, à quoi CIB consacrera-t-il le plus d’attention ?

Conformément aux orientations de la Banque centrale d’Égypte et à la stratégie de la banque visant à acquérir une plus grande part du marché du crédit aux PME, la banque a commencé à travailler sur un « plan de croissance accélérée » en modifiant ses politiques de crédit. Nous investissons dans les personnes, les infrastructures et les développements informatiques.

Un « nouveau modèle de service » a été lancé en 2021, visant à étendre la couverture des petites entreprises. Nous fournissons également des services sur mesure aux clients.

Nous continuerons à nous concentrer sur les priorités stratégiques telles que la numérisation, les activités marketing et le service pour soutenir notre stratégie de tarification premium. Nous nous concentrons également sur la mise à niveau de nos technologies et la refonte de notre expérience client en introduisant de nouveaux projets.

CIB met en œuvre la transformation numérique dans l’ensemble de ses activités : du développement de produits, à la gestion des risques et du capital humain.

Avec la banque numérique, les mégadonnées (Big Data) sont devenues un outil essentiel pour créer des structures de collecte et d’analyse d’informations et transformer les connaissances quantitatives en éléments de base pour les stratégies futures. CIB étend sa présence en Afrique et compte acquérir de nouveaux actifs à l’étranger.

En matière d’acquisitions, la pandémie n’a donc pas changé les priorités ?

Non, la diversification de nos opérations et l’expansion dans d’autres pays africains font toujours partie de notre stratégie pour les années à venir. L’Afrique abrite certaines des économies à la croissance la plus rapide au monde. Ce qui représente une opportunité en or de développer et de consolider l’empreinte continentale de la CIB en tant que plaque tournante du financement du commerce.

Nous sommes en train d’identifier les opportunités potentielles de financement du commerce africain alors que nous continuons à soutenir la croissance et le développement de notre filiale au Kenya.

Y a-t-il de la place pour la consolidation bancaire ?

Actuellement, le secteur bancaire égyptien est composé de 38 banques, où le niveau d’activité (nombre de succursales, nombre de clients, portefeuilles d’actifs et de passifs, etc.), est proportionnel à la taille des fonds propres.

Cette fragmentation a un impact négatif sur le marché, nous pensons donc que la consolidation de certaines de ces entités créera un système bancaire plus compétitif avec une satisfaction client accrue, et surtout poussera davantage les efforts d’inclusion financière et atteindra plus facilement les segments non bancarisés et sous-bancarisés de la population.

L’adoption de nouvelles technologies a-t-elle entraîné les retours que vous envisagez ?

Nos solutions bancaires numériques efficaces ont contribué à élargir notre clientèle dans tous les segments. Les plateformes numériques de CIB sont devenues cruciales pour les clients pendant la pandémie de Covid-19 pour effectuer des transactions transparentes et sécurisées. Elles ont également permis de faciliter la migration des clients des agences vers les services en ligne de la banque.

Cela a aidé CIB à maintenir sa position de leader dans le secteur de l’acceptation des paiements en Égypte en 2020. Au cours de la dernière année, le nombre de transactions bancaires numériques effectuées via le service bancaire mobile de la banque a plus que doublé, bondissant de 118 %.

Les services numériques d’entreprise ont également connu un bond important, car les clients dépendent désormais entièrement de canaux offrant des alternatives aux transactions en espèces et à la paperasserie.

Le pourcentage des transactions bancaires par l’Internet des entreprises a presque doublé (+93 %) en un an, le nombre d’abonnés ayant augmenté de 45 % en 2020.

Les produits numériques de CIB utilisent les dernières technologies d’intelligence artificielle. Ils permettent à nos clients de naviguer facilement dans les produits et services de la banque en arabe et en anglais.

CIB a levé avec succès une obligation verte de 100 millions de dollars. Comment et où allez-vous déployer ce capital ?

Nous avons actuellement des projets dans divers secteurs industriels d’une valeur d’environ 70 millions $, y compris le bâtiment du siège de la CIB dans la nouvelle capitale administrative, qui est en cours de certification en tant que bâtiment vert.

Trois projets dans les secteurs bancaires, éducatifs et alimentaires sont également en attente de certification. On s’attend à ce que les bâtiments verts certifiés représentent une grande partie des projets à financer, étant donné que la CIB s’est associée à la SFI pour le développement de la première ligne de financement de bâtiments verts en Égypte.

L’efficacité énergétique industrielle, la fabrication d’équipements économes en énergie et les projets de traitement des eaux usées seront également au centre du financement de la BFI dans le cadre de l’obligation verte.

@SW

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts