Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Holmarcom négocie le rachat du Crédit du Maroc

Le français Crédit Agricole est en pourparlers pour la cession de sa participation, majoritaire, au capital du Crédit du Maroc, qui pourrait être repris par le groupe de Mohamed Hassan Bensalah, Holmarcom. Lequel précise que rien ne préjuge aujourd’hui de l’issue des discussions. 

Par Laurent Soucaille

Face aux rumeurs, les deux protagonistes ont dû réagir. Holmarcom et le Crédit Agricole reconnaissent être en pourparlers pour un éventuel rachat du Crédit du Maroc par le groupe familial marocain.

Les discussions n’en sont qu’à un stade préliminaire, mais les deux parties seront tôt ou tard contraintes d’en dire davantage, afin de respecter les règles boursières.

Une telle acquisition aurait du sens pour Holmarcom, qui envisage de revenir à la stratégie de son fondateur, Abdelkader Bensalah, à savoir redevenir une institution de bancassurance. Le groupe marocain est organisé autour de quatre pôles, la finance, l’agro-industrie, la distribution, la logistique & l’immobilier.

Holmarcom a opéré, en juillet 2019, une « réorganisation stratégique de son pôle finance », explique un communiqué du groupe marocain. L’objectif de cette réorganisation est d’accompagner le développement de ses activités financières, aussi bien au Maroc qu’à l’échelle continentale, notamment dans le secteur des assurances.

Dans ce cadre, le groupe « étudie des opportunités d’investissement susceptibles de créer de la valeur et de contribuer à accélérer la croissance de ses activités, en ligne avec sa ligne stratégique ».

C’est pourquoi Holmarcom confirme être en discussion avec Crédit Agricole SA concernant l’acquisition éventuelle de sa participation au sein de sa filiale marocaine. Holmarcom prévient : « Ces discussions sont à un stade préliminaire sans aucune certitude sur leur aboutissement. »

Le groupe a indiqué son souhait de communiquer davantage « si le projet venait à se concrétiser » mais n’entend plus répondre aux questions ou aux rumeurs sur ce sujet avant la conclusion des négociations.

Son de cloche identique, on s’en doute, du côté du Crédit du Maroc, qui confirme que son actionnaire français est en pourparlers avec le groupe marocain, « sans aucune certitude quant à la matérialisation d’une cession de la participation du Crédit Agricole dans Crédit du Maroc ». 

Selon les informations communiquées aux autorités boursières et aux actionnaires à fin juin 2021, Crédit Agricole SA, actionnaire étranger, détient 78,70% des actions de Crédit du Maroc. L’autre actionnaire identifié est marocain, et pas n’importe lequel : Wafa Assurance, avec 10,74% des parts.

D’autres actionnaires marocains se partagent 10,56% des actions. Le cours de CDM, une valeur plutôt stable sur le long terme, a fortement progressé en Bourse de Casablanca depuis le début de l’année, gagnant près de 20%, à 548 dirhams. La valeur poursuivait sa hausse le 1er octobre, après la publication des communiqués confirmant les rumeurs.

Une logique de bancassurance

Crédit du Maroc a enregistré un produit net bancaire de 2,38 milliards de dirhams en 2020 (226,5 millions d’euros, aux taux de change actuels), un simple tassement par rapport aux 2,40 milliards de dirhams enregistrés un an plus tôt.

Les capitaux propres ressortent à 5,7 milliards de dirhams (542,5 millions d’euros). Compte tenu de la conjoncture, le résultat net, voisin de 500 millions de dirhams les années précédentes, est tombé à 190 millions en 2020.

Une telle acquisition aurait du sens pour Holmarcom, qui envisage de revenir à la stratégie de son fondateur, Abdelkader Bensalah, à savoir redevenir une institution de bancassurance.

Le groupe avait pourtant cédé, voici quelques années, sa participation majoritaire dans la Société marocaine de dépôt et de crédit, SMDC, au groupe Banque Populaire. Holmarcom est aujourd’hui organisé autour de quatre activités principales, la finance, l’agro-industrie, la distribution, la logistique & l’immobilier.

Le groupe dirigé par Mohamed Hassan Bensalah a également des intérêts dans l’industrie et les médias. Son pôle Assurances est issu de la fusion récente de Atlanta et Sanad. Dans ce métier, il détient également le cabinet de courtage CPA.

Pour sa part, le Crédit Agricole, qui s’est désengagé de l’Afrique subsaharienne, semble également reconsidérer sa présence au Maroc. Dossier à suivre.

@LS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts