Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

GCR Ratings et Wara unissent leurs forces

GCR Ratings, leader africain de la notation financière, reprend l’agence sénégalaise Wara, étendant ses activités à l’Afrique de l’Ouest francophone. Une consolidation dans un segment de marché en plein essor sur le continent.

Par Kimberly Adams

L’agence de notations financières Wara passe sous le contrôle de GCR Ratings. Wara (West Africa Rating Agency), basée au Sénégal, est l’une des deux agences de notations financières africaines très actives en Afrique de l’Ouest, avec l’ivoirienne Bloomfield Investment.

« Wara est bien placée pour accompagner la croissance attendue de la notation financière en Afrique francophone, à mesure que ses marchés de capitaux désintermédiés continuent de gagner en profondeur. Forte de ses analyses d’excellente qualité, Wara est devenu un acteur majeur de la place financière. »

GCR a annoncé, dans un communiqué, avoir finalisé l’achat de 65% du capital de Wara. La société n’a pas précisé les conditions financières ni son intention quant aux 35% restant.

GCR est détenu conjointement par le groupe Carlyle, la firme américaine de capital-investissement et de gestion d’actifs, et par DEG, filiale de la banque publique allemande de développement KfW. GCR est une agence de notation panafricaine disposant de plusieurs agréments en tant que telle : en Afrique du Sud, à Maurice, au Kenya, au Nigeria et au Zimbabwe.

« En rejoignant GCR, Wara contribue à l’expansion du groupe panafricain dans la zone francophone du continent où la culture de la notation financière s’enracine de plus en plus », précise le communiqué. Qui explique que les deux entreprises « partagent la même vision stratégique, à savoir que l’échelle pertinente pour la notation financière en Afrique est continentale ».

Au terme de cette acquisition, GCR couvre désormais trente pays africains, où son portefeuille de contreparties s’élève à 600 notes. « Nous sommes enchantés de rejoindre le groupe GCR, fort de 24 ans d’existence dans le secteur exigeant de la notation financière africaine », a réagi Anouar Hassoune, PDG de Wara. « Notre nouvel actionnaire partage notre culture d’indépendance, d’excellence analytique, d’efficacité opérationnelle et d’ambition panafricaine. En cela, le rapprochement était naturel », a-t-il précisé.

De son côté, Marc Joffe, directeur général de GCR, a fait observer que « Wara renforce la dimension francophone de la société qui, jusqu’ici, couvrait essentiellement les principaux marchés anglophones d’Afrique ». Ensemble, a-t-il estimé, « nous devrions poursuivre notre expansion géographique, notamment vers de nouveaux horizons francophones ». Comprendre l’Afrique centrale et l’Afrique du Nord, où GCR n’exerce quasiment pas.

Un secteur en consolidation ?

Olivier Beroud, le président du conseil d’administration (PCA) de GCR a quant à lui conclu : « Wara est bien placée pour accompagner la croissance attendue de la notation financière en Afrique francophone, à mesure que ses marchés de capitaux désintermédiés continuent de gagner en profondeur ». Et le PCA de poursuivre : « Forte de ses analyses d’excellente qualité, Wara est devenu un acteur majeur de la place financière. »

GCR est une maison fondée en 1996, et se présente comme « leader panafricain de la notation financière ». De son côté, Wara a obtenu son agrément en tant qu’agence de notation en zone Uemoa en 2012, et couvre donc les huit pays de la sous-région.

Son portefeuille se compose de 45 entités notées. Son activité se porte aussi bien sur l’analyse des entreprises cotées, financières et non financières, que sur celle des États (fonds souverains) et des collectivités locales. L’agence émet des avis lors de financements structurés.

Le capital de Wara totalise 100 millions de F.CFA dont 85% étaient détenus, avant l’opération, par la famille de Seydina Tandian, PDG de la société jusqu’à son décès, en août 2018. Le PDG actuel, Anouar Hassoune – un ancien de Standard & Poor’s –, détenait 13% du capital ; le reste des parts était dispersé entre diverses personnes physiques, dont l’ancien ministre Tijane Sylla.

Cette répartition du capital garantissait l’indépendance des notations, face aux pressions éventuelles de grands groupes privés ou d’États. Dans son portefeuille de clients se trouvent de gros acteurs économiques tels que le Port autonome de Dakar, le groupe Sifca et Coris Bank.

Cette opération constitue le premier rapprochement entre acteurs africains du segment de la notation financière, qui comprend également Agusto & Co, la plus ancienne du secteur, basée au Nigeria, et la benjamine Ewatch Africa Investment Analytica, de l’homme d’affaires camerounais Prosper Sugewe.

KA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This