x
Close
Finance

L’Afrique continuera d’attirer les capitaux

L’Afrique continuera d’attirer les capitaux
  • PubliéSeptember 9, 2022

Le continent devrait attirer davantage de fonds investis en capital-risque et en capital-investissement, selon une étude conduite pour World Mobile auprès de cadres de ces secteurs. Qui préviennent toutefois de la nécessité de mieux connecter le continent à l’Internet.

 

L’investissement en capital privé en Afrique devrait atteindre de nouveaux records cette année et au cours des trois prochaines années, car les capitaux affluent dans les fonds et les nouveaux projets, selon une étude menée pour le compte de l’opérateur World Mobile.

L’opérateur de réseau mobile basé sur la Blockchain a interrogé divers donneurs d’ordres de sociétés de capital-risque et de capital-investissement au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Moyen-Orient, à Singapour, à Hong Kong, en France et en Allemagne. L’enquête montre que l’optimisme est de mise, sachant que les améliorations de la connectivité Internet étant un facteur clé dans la concrétisation des investissements. Tout retard en ce domaine pourrait, en effet, nuire à l’attractivité du continent.

« L’importance de la connectivité Internet pour le développement économique ne fera que croître à l’avenir, car il existe encore des zones où la fourniture d’une connectivité abordable et fiable reste un problème ».

En 2021, 429 investissements de capitaux privés ont été réalisés en Afrique pour un montant total de 7,4 milliards de dollars, tandis que les fonds axés sur l’Afrique ont attiré 4,4 milliards $, soit un nouveau record et 63 % de plus que la moyenne des cinq dernières années (2,5 milliards $).

Près de deux professionnels du Venture Capital sur trois (63 %) estiment que les investissements en capital privé atteindront ou dépasseront 8,5 milliards $ cette année, tandis que 68 % prévoient que le total atteindra 10 milliards $ l’an, d’ici à 2025.

Environ 66 % s’attendent à ce que les fonds axés sur l’Afrique lèvent 4,5 milliards de dollars ou plus cette année, tandis que 53 % prévoient que les fonds annuels levés dépasseront 6 milliards de dollars par an d’ici 2025.

À noter que ces spécialistes se montrent très optimistes à l’égard de l’Afrique. Leurs prévisions dépassent celles du FMI, par exemple. En effet, près des trois quarts (74 %) s’attendent à ce que la croissance du PIB de la région soit supérieure à 4 % cette année, et un sur cinq (21 %) prévoit 4,3 % ou plus. Pour 2023, 90 % s’attendent à ce que la croissance du PIB dépasse les prévisions du FMI (croissance de 4 %), plus de deux sur cinq (43 %) prévoyant une croissance de 4,5 % ou plus.

Toutefois, l’amélioration de la connectivité Internet sur le continent sera un facteur clé dans la montée de la confiance des investisseurs en capital-risque et en capital-investissement ; plus de la moitié (53%) jugent que la diffusion de l’accès Internet sur le continent augmentera considérablement les investissements au cours des cinq prochaines années.

Micky Watkins, PDG de World Mobile commente : « L’Afrique connaît déjà un boom de l’investissement en capital privé », en témoignent les chiffres de 2021. « Les dirigeants des sociétés de capital-investissement et de capital-risque voient de plus en plus les possibilités offertes par le continent et l’étude souligne leur confiance dans la poursuite de l’expansion des investissements en Afrique. »

 

Des solutions de connectivité

Selon le dirigeant, « l’importance de la connectivité Internet pour le développement économique ne fera que croître à l’avenir, car il existe encore des zones où la fourniture d’une connectivité abordable et fiable reste un problème ».

Déclaration en forme de plaidoyer pro domo : World Mobile propose des innovations en matière de connectivité internet, travaillant par exemple avec le gouvernement de Zanzibar. Sa solution comprend le lancement d’un réseau mobile hybride unique offrant une connectivité soutenue par des aérostats adossés à une gamme de technologies, notamment le réseau maillé, le spectre hybride, les énergies renouvelables et la Blockchain. La société prévoit d’étendre le réseau à tout le continent, discutant principalement, à partir de l’Afrique de l’Est, avec des pays dont les sont territoires mal desservis par les opérateurs mobiles traditionnels. Son modèle économique est basé sur l’économie de partage, qui permet de vendre des nœuds de réseau à des tarifs abordables pour les entreprises qui peuvent connecter leurs clients et dont les habitants peuvent également bénéficier. De plus, juge cette société les impacts environnementaux sont atténués par l’utilisation de nœuds alimentés par l’énergie solaire, de batteries de seconde vie et de technologies à faible consommation d’énergie.

Un ballon de World Mobile
Un ballon de World Mobile

@ABanker

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.