Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

BAD : Des initiatives en faveur de l’intégration régionale

ENCADRE

Akinwumi Adesina 

« L’augmentation du capital témoigne de la confiance des actionnaires « 

En plus d’inciter les partenaires à investir en Afrique centrale et, plus généralement, dans l’intégration régionale, le président Adesina a profité de la réunion pour demander aux actionnaires d’accroître le capital de la BAD et pour annoncer son intention de se représenter à l’élection du président de la banque en 2020. « Je vais me présenter à nouveau pour poursuivre le travail que nous avons commencé », a expliqué celui qui préside la banque depuis 2015.

Le président de la BAD est élu par le conseil des gouverneurs composé de représentants issus des 80 pays membres de la banque, leur voix étant proportionnelle au capital qu’ils apportent.

Le vote a lieu lors de l’assemblée générale à la date la plus proche de la fin du mandat du président en exercice. Les prochaines assemblées générales se dérouleront au siège de la banque, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. 

Sur les 54 membres africains et 26 membres non-africains de la BAD, ce sont le Nigeria, les États-Unis, le Japon, l’Égypte et l’Afrique du Sud qui pèsent le plus dans l’élection.

Le Nigeria, où Akinwumi Adesina a été ministre de l’Agriculture et du développement rural, détient la plus grande part des voix, soit 9,281 % du total. Dressant le bilan des cinq années précédentes, il a précisé : « Ne nous jugez pas sur ce que nous disons mais sur ce que nous réalisons ».

Sous sa direction, la banque est parvenue à relier 16 millions d’Africains à l’électricité, 70 millions d’agriculteurs à la technologie et 55 millions de personnes à l’eau propre et aux installations sanitaires. « Voilà quelques-uns de nos succès mais je peux vous dire que nous avons encore beaucoup à faire», a-t-il prévenu.

Conservant la note AAA attribuée à la banque depuis son arrivée, Akinwumi Adesina a consolidé la réputation de la BAD comme un établissement financier d’excellence et a accru sa capacité de mobilisation, de gain et d’attribution de fonds. Selon les derniers chiffres divulgués à la conférence, la banque a généré 2,5 milliards $ depuis 2010. 

L’an dernier, la banque a enregistré des revenus de 214 millions $, dont 48 % ont été réinvestis dans l’établissement pour accroître les réserves et stimuler la croissance des affaires. En 2017, 8,8 milliards $ de prêts et autres aides ont été alloués à des initiatives de développement sur le continent. 

La banque souhaite à présent effectuer sa septième augmentation de capital, la dernière ayant été approuvée en 2010 par les gouverneurs qui jouent le rôle d’actionnaires.

La décision devrait être prise en octobre lors d’une assemblée extraordinaire, les représentants de la banque estimant qu’une augmentation de capital est nécessaire pour étendre les services de la banque.

Le Canada, qui possède une participation de 4,64 milliards $ dans la BAD, a récemment accru à 1,1 milliard $ son capital exigible, qui peut être versé à la banque sur demande. 

Sous la direction du « président AAA », la banque ne devrait pas manquer de voir sa demande d’augmentation de capital acceptée – certains prévoient même que le capital serait triplé. « C’est l’Afrique qui me passionne. Je ne considère pas que présider la banque est une tâche ingrate ; je le fais avec enthousiasme et j’ai foi dans notre succès quand je vois la confiance que nous témoignent les gouverneurs », a conclu Akinwumi Adesina. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This