Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Ecobank : Tout faire pour que chacun puisse exceller

Gwendoline Abunaw, directrice générale d’Ecobank Cameroun, et Yves Mayilamene, directeur des Ressources humaines chez ETI, expliquent comment l’approche de la banque se traduit dans ses stratégies de développement des talents.

Par Tadiwanashe Mandivenga

Gwendoline Abunaw

Cette année a débuté sur une note positive pour Ecobank, accentuée par l’espoir et une nouvelle énergie à développer alors que la pandémie est toujours présente. « Nous ne pouvons pas permettre à la pandémie de nous empêcher de faire ce que nous avons à faire », déclare , directrice générale d’Ecobank Cameroun. Cela s’observe, considère-t-elle, dans la façon dont la banque a ajusté ses opérations et pris des mesures pour assurer la sécurité de ses clients et de son personnel, tout en continuant à gérer l’entreprise de la meilleure façon possible.

 

Ce sentiment est partagé par Yves Mayilamene, directeur des Ressources humaines chez la holding ETI, qui affirme que 2021 a été de garantir que les objectifs stratégiques de la banque sont atteints tout en veillant à la sécurité de ses employés.

L’approche de la banque en matière d’apprentissage est ancrée dans sa philosophie « aspirer à l’effort et à la réussite ». Elle s’efforce de rendre l’apprentissage plus facile, plus rapide, de meilleure qualité et plus efficace en fusionnant l’apprentissage traditionnel et la technologie.

Cela a été rendu possible par l’investissement d’Ecobank dans la technologie et par la constitution d’un groupe de travail Covid-19, qui lui a permis d’activer efficacement son plan de continuité d’activité. En conséquence, Ecobank a été en mesure de mettre en pratique ses enseignements de 2020 et de réussir son début d’année.

Rester vigilant

Il est révolu le temps où les gens devaient se rendre au bureau tous les matins, rencontrer face à face les clients et se grouper devant la machine à café ou le distributeur d’eau avec des collègues le vendredi après-midi, excités pour le week-end à venir. La nouvelle norme pour les « Ecobankers » est une combinaison de travail à domicile et de travail au bureau.

Yves Mayilamene explique que 60% des 14 000 employés d’Ecobank, dans les 35 pays où elle opère, travaillent en toute sécurité depuis leur domicile. Les 40 % restants qui peuvent avoir besoin d’être physiquement présents dans les succursales ou les bureaux le font à tour de rôle et avec les mesures de sécurité nécessaires en place. Le style de travail par rotation s’est révélé efficace pour garantir que les bureaux et les succursales ne deviennent pas des points chauds pour les infections et pour protéger le personnel, tout en leur permettant de répondre aux clients de la banque.

Yves Mayilamene

Grâce à son investissement dans la technologie, Ecobank a été en mesure de fournir aux clients un accès 24h/24 aux services financiers dont ils ont besoin. Pour aider le personnel à faire face à l’augmentation de la demande d’assistance, l’intelligence artificielle a été déployée dans les plateformes afin de fournir des services bancaires courants. Bien que cela ait été bénéfique d’un point de vue commercial, cela a également contribué à montrer aux employés que leur sécurité et leur bien-être sont une priorité, car cette méthode rend leur charge de travail plus aisée et réduit le besoin de se rendre dans les succursales.

Le changement d’environnement de travail a également eu un impact sur la santé et le bien-être du personnel, qui a évité tout sentiment d’isolement. Pour répondre à ce risque, Ecobank a soutenu ses employés en les encourageant à parler à des experts en santé mentale pour les aider à canaliser leurs émotions et leurs sentiments de manière saine. La banque fournit une couverture santé et un accès à des services de conseil.

Ecobank a également décidé que le thème de la Journée Ecobank, son événement annuel phare sur la RSE, sera la santé mentale, au cours de laquelle elle sensibilisera et collectera des fonds pour soutenir la cause et rendre le traitement facilement accessible. Cela explique pourquoi 2021 a commencé sur une note aussi optimiste, commente Gwendoline Abunaw. Les salariés ne considèrent plus la pandémie comme écrasante et insurmontable, et ont plutôt accepté qu’ils doivent apprendre à contourner efficacement cet obstacle nouveau.

Engagement pour la parité

Yves Mayilamene révèle que 46% des « Ecobankers » sont des femmes, un chiffre supérieur à la moyenne des organisations comparables ; les femmes ne représentent que 31% des postes de direction dans la banque. L’objectif de cette dernière est d’atteindre la parité dans les rôles de direction et de direction d’ici à 2030 ; elle est en bonne voie d’y parvenir considèrent ses dirigeants.

Gwendoline Abunaw, qui a brisé le plafond de verre et occupe l’un des rôles les plus importants au sein de la banque, affirme qu’en Afrique les valeurs culturelles sont telles que les femmes ont obtenu des rôles spécifiques sur le lieu de travail. La difficulté, reconnaît-elle, c’est que les femmes en sont venues à croire qu’elles n’appartiennent qu’à ces rôles. Elle s’est donc donné pour mission de faire croire aux femmes qu’elles peuvent faire tout ce qu’elles veulent et de démontrer qu’elles ne devraient être définies que par leur potentiel.

Ecobank a lancé de multiples initiatives visant à responsabiliser et à développer ses talents féminins. L’Association panafricaine des femmes (PAWA) est l’une d’elles. Il était important pour Gwendoline Abunaw que les femmes sachent qu’il leur est possible de réaliser ce qu’elles pensaient autrefois irréalisable. L’objectif de l’association est de donner aux femmes les compétences dont elles ont besoin pour réussir dans leur carrière, ce qui ne se limite pas aux talents féminins d’Ecobank.

Parallèlement, le programme Ecobank pour les femmes est au cœur du cadre de gestion des talents de la banque. Il fournit des opportunités de réseautage interne et d’apprentissage entre les différents niveaux de personnel féminin, ce qui leur permet de s’inspirer et de se défier les uns les autres.

Bien entendu, la diversité et l’inclusion vont au-delà du genre. Il s’agit de faire en sorte que chacun, quel que soit son sexe, son âge et son appartenance ethnique, ait la possibilité de se développer et de se dépasser. Cela se fait en identifiant et en reconnaissant les employés très performants et en les récompensant pour leur travail. Les collaborateurs identifiés sont ensuite invités à s’impliquer dans les sessions stratégiques qui définissent chaque année la vision de la banque. La logique derrière cela est que lorsque le succès est clairement défini et que les gens peuvent voir et ressentir les avantages qui y sont associés, chacun s’efforce de dépasser les attentes et de travailler vers l’excellence et d’être récompensé en conséquence.

Formation des dirigeants africains

En 2020, Ecobank a dispensé 1 800 programmes de formation qui ont touché 100% de son personnel, des personnes occupant des postes de niveau d’entrée aux cadres. La formation était administrée par l’académie interne de la banque et par des experts internes ainsi que par des organismes externes comme des universités. Il couvrait des domaines tels que l’expérience client, la conformité aux risques, la gouvernance de la cybersécurité, la gestion des succursales et le développement du leadership.

Gwendoline Abunaw explique que la banque dispose de trois niveaux de développement du leadership. Les directeurs doivent être formés pour continuer à s’adapter aux changements dans le monde, les directeurs adjoints ont besoin de développement pour être prêts à devenir chef de département si quelque chose arrive au titulaire, et enfin les hauts potentiels (nouveaux diplômés par exemple) peuvent commencer à se développer au début de leur carrière. Le format des indicateurs clés de performance de la banque identifie les employés qui ont des performances normales et ceux qui affichent un potentiel élevé. Ces derniers sont ensuite ciblés spécifiquement pour le développement du leadership.

L’approche de la banque en matière d’apprentissage est ancrée dans sa philosophie « aspirer à l’effort et à la réussite ». Elle s’efforce de rendre l’apprentissage plus facile, plus rapide, de meilleure qualité et plus efficace en fusionnant l’apprentissage traditionnel et la technologie. Le personnel de la banque est son plus grand atout, juge Yves Mayilamene, et par conséquent, leur apprentissage constituent un domaine d’action clé, un domaine dans lequel la banque est disposée à investir massivement.

À l’avenir, le paysage bancaire continuera de changer comme il l’a fait au cours des dix dernières années, passant des « briques aux clics », pour reprendre une expression d’Yves Mayilamene. Ecobank s’est préparée à un avenir numérique en lançant par exemple l’application mobile Ecobank, Ecobank Online, Omni Lite et Omni Plus et se considère par conséquent à la pointe de l’innovation bancaire. Ecobank veut être la banque en laquelle les Africains ont confiance et entretenir une relation positive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts