Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Ecobank distribue Farm Pass de Mastercard

Mastercard et le groupe Ecobank distribueront auprès du monde agricole africain Farm Pass, une plateforme numérique qui permet aux agriculteurs de vendre plus facilement et en toute sécurité leurs produits à un prix équitable.

 

Par Paule Fax

Partenaires de longue date, Mastercard et Ecobank vont déployer la Mastercard Farm Pass, une solution innovante permettant de connecter les petits exploitants agricoles aux systèmes financiers et agricoles. Mastercard Farm Pass sera déployée en s’appuyant sur le réseau de 33 pays dans lesquels Ecobank réalise des opérations bancaires. Cette solution aidera ainsi des millions de petits exploitants agricoles à accéder digitalement aux marchés, à des intrants de qualité, à des services financiers et à des informations sur les prix en temps réel.

« Cette collaboration s’inscrit parfaitement dans l’esprit de la Facilité d’urgence pour la production alimentaire en Afrique, qui vise à aider les pays à stimuler la production et la productivité des principaux produits de base sur le continent », juge-t-on du côté de la BAD.

Les partenaires justifient leur démarche : de nombreux petits exploitants agricoles d’Afrique subsaharienne sont confrontés à plusieurs défis. Ils n’ont notamment qu’un accès limité aux marchés, aux fonds de roulement pour financer leurs activités ou se procurer des intrants de qualité, et aux outils financiers appropriés pour acheter et se faire payer efficacement. Cette situation a conduit à l’insécurité, à l’inefficacité et au gaspillage des ressources et de la nourriture, empêchant les exploitants agricoles de gérer des entreprises durables.

Farm Pass regroupe diverses parties prenantes du secteur agroalimentaire, du côté de l’offre et de la demande, sur une seule plateforme, renforçant ainsi l’impact positif et collectif sur les communautés agricoles. Les petits exploitants agricoles peuvent vendre leurs produits à un meilleur prix, accéder à des intrants de qualité et à des informations agricoles, être payés, acheter digitalement et développer un profil financier qui peut permettre des opportunités de financement pour les fonds de roulement et les intrants.

Plus de 60 % de la population d’Afrique subsaharienne est constituée de petits exploitants agricoles, le secteur agricole contribuant, selon les estimations, à 23 % du PIB du continent. Pourtant seuls 3% de ce secteur bénéficient d’un crédit bancaire ; ce qui limite la capacité des agriculteurs à développer leur activité ou à atténuer les pertes dues aux mauvaises récoltes.

 

S’éloigner de l’agriculture de subsistance

En intégrant leurs activités aux systèmes de paiement, Farm Pass permet aux petits exploitants agricoles de constituer un dossier de transactions numériques qui peut faciliter l’obtention de crédits formels ou d’autres services financiers auprès des banques et d’autres institutions financières.

« La question de la sécurité alimentaire revêt un caractère critique et urgent à l’heure actuelle. Nous devons donc nous hisser à la hauteur de ce défi en créant des opportunités de croissance tout au long de la chaîne de valeur agricole en Afrique », explique Ade Ayeyemi, directeur général du groupe Ecobank.

Selon qui ce partenariat « intervient opportunément pour accélérer l’accès des petits exploitants agricoles aux services financiers dont le besoin est urgent et indispensable à la réalisation du plein potentiel agricole de l’Afrique ». Il permettra également d’apporter de la valeur à l’ensemble de la chaîne de valeur agricole afin de rendre l’agriculture en Afrique plus rentable, plus compétitive et plus résiliente, contribuant ainsi à la croissance économique du continent.

« Lorsque nous donnons du pouvoir aux gens, nous pouvons redynamiser les économies et soutenir une croissance économique véritablement inclusive », se félicite Michael Froman, vice-président de Mastercard. Farm Pass y contribue, selon lui, « en offrant une plateforme numérique qui permet aux petits exploitants agricoles de passer plus facilement de l’agriculture de subsistance à l’agriculture commerciale ».

Ce procédé est de nature à stimuler la croissance agricole, augmenter la compétitivité et améliorer la sécurité alimentaire en Afrique. « Grâce à des collaborations étroites avec des partenaires importants comme Ecobank, nous pouvons créer encore plus d’impact, en mettant l’économie numérique au service de tous, partout », conclut Michael Froman.

 

De premiers succès

Une démarche approuvée par Solomon Quaynor, de la BAD (Banque africaine de développement) : « Cette collaboration s’inscrit parfaitement dans l’esprit de la Facilité d’urgence pour la production alimentaire en Afrique, qui vise à aider les pays à stimuler la production et la productivité des principaux produits de base sur le continent. »

L’une des principales activités de l’AEFPF consiste à connecter les agriculteurs par le biais de systèmes de portefeuilles électroniques, c’est-à-dire à digitaliser l’achat d’intrants agricoles tout en permettant d’atteindre les agriculteurs de manière transparente.

Selon Mastercard, depuis son lancement en 2015, Farm Pass a permis de toucher près d’un million de petits exploitants agricoles en Ouganda, en Tanzanie, au Kenya et en Inde, leur permettant d’obtenir des prix 25% à 50% plus élevés et d’augmenter la productivité des récoltes. Farm Pass fait partie de la stratégie de Mastercard visant à connecter les communautés mal desservies aux services essentiels par le biais de Community Pass, une plateforme numérique interopérable partagée qui soutient l’engagement de l’entreprise à connecter un milliard de personnes et 50 millions d’entreprises à l’économie numérique, d’ici à 2025. 

@AfricanBanker

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts