x
Close
Dossier Banque numérique et PME

Le vent du numérique souffle-t-il sur les PME ?

Le vent du numérique souffle-t-il sur les PME ?
  • Publiéaoût 17, 2022

L’usage de la banque numérique par les PME ? en Afrique est encore peu répandue, malgré ses avantages évidents. Grâce au nombre croissant de banques traditionnelles qui se concentrent sur ce secteur et aux entreprises privées qui proposent des produits permettant de rendre le processus viable, le changement s’opère lentement mais sûrement.

 

Les PME africaines ont traditionnellement été négligées par le secteur bancaire, alors qu’elles représentent 40 % du PIB du continent. Les banques établies se sont concentrées sur le service aux grandes entreprises et aux particuliers fortunés, tandis que des efforts accrus ont été déployés ces dernières années pour promouvoir la banque de détail au sens large. Les PME attirent beaucoup moins d’attention, les clients potentiels étant dissuadés par les soldes minimums des comptes, les frais élevés et l’opinion de nombreux acteurs du secteur bancaire selon laquelle il n’était pas commercialement viable de fournir des services à ceux dont le chiffre d’affaires est faible.

Les définitions varient, mais toute entreprise comptant moins de 250 employés peut être considérée comme une PME. On estime généralement qu’au moins 90 % des entreprises dans le monde sont des PME, qui représentent collectivement environ 50 % de l’emploi mondial total. Le chiffre d’affaires mondial des banques généré par les PME s’élève à 850 milliards $ par an, selon McKinsey.

Les plateformes numériques permettent aux banques d’évaluer automatiquement les performances des PME clientes et les demandes de prêt peuvent être effectuées via des formulaires simples sur l’application. De meilleurs outils de dépistage et d’évaluation de la solvabilité améliorent l’accès au financement et réduisent les risques et l’incidence des défauts de paiement.

Elles sont peut-être encore plus importantes en Afrique que dans la plupart des autres régions. McKinsey calcule que 98 % des entreprises sud-africaines sont des PME qui fournissent 60 % des emplois du pays. Les bénéfices des banques axées sur les PME sont traditionnellement inférieurs à ceux des opérations de détail ou de gestion de patrimoine, ce qui décourage les banques de se concentrer sur ce secteur. En conséquence, le déficit de financement des PME en Afrique est estimé à 327 milliards $ par an.

Même les PME qui ont accès aux produits bancaires ne semblent pas avoir bénéficié du meilleur service. Selon Accenture, plus de quatre PME sur dix jugeaient que les fournisseurs alternatifs pouvaient leur offrir une meilleure offre bancaire que celle qu’elles reçoivent actuellement. La pandémie a particulièrement touché les petites entreprises, rendant encore plus vital le fait qu’elles soient soutenues par leurs banques, mais les PME ont déclaré s’être senties négligées alors qu’elles cherchaient à faire face aux mesures de confinement.

 

Inclusion limitée des PME

Selon l’enquête menée par African Banker, avec la collaboration de Backbase, la proportion de PME clientes africaines qui utilisent des plateformes numériques est encore plus faible que pour les clients de détail. Alors que 57 % des banques indiquent que moins de la moitié de leurs clients de détail utilisent ces services, ce chiffre atteint 79 % pour les clients PME. Cela est surprenant étant donné que les avantages pour les petites entreprises sont sûrement encore plus importants que pour les clients de détail individuels. Seulement 7 % des banques interrogées indiquent que plus de 75 % de leurs clients PME utilisent des plateformes numériques, tandis que 14 % d’entre elles avancent le chiffre de 50 % à 75 %. Un pourcentage incroyable de 33 % des personnes interrogées estiment que moins de 25 % de leurs clients PME utilisaient une forme quelconque de service numérique, ce qui laisse entrevoir un énorme potentiel de croissance.

On estime que 57 % des Africains n’utilisent aucune forme de service bancaire et que certains propriétaires de très petites entreprises sont susceptibles d’entrer dans cette catégorie. Afin de mieux comprendre ce manque de participation, nous avons demandé à nos répondants pourquoi, selon eux, les PME étaient dissuadées d’utiliser les services bancaires numériques. Les banques ont cité une série de causes éducatives, infrastructurelles et systémiques.

Le manque de formation institutionnelle sur les services et les opportunités de la banque numérique a été cité par 24% des répondants, tandis que 21% l’attribuent au manque d’informations sur la façon d’ouvrir un compte bancaire commercial en ligne. De plus, 16 % des personnes interrogées attribuent ce problème à l’absence de documents officiels, tels que l’enregistrement de l’entreprise et les documents d’identité, 12 % à l’absence d’accès à Internet et 10 % à l’absence d’accès à des comptes d’entreprise officiels ou à des services financiers de toute sorte. Seuls 17 % des répondants déclarent qu’il n’y avait pas d’obstacles à l’adoption du système.

Pourtant, le vent tourne, en partie parce que la technologie permet aux banques de minimiser le coût de la prestation de services. Notre enquête montre que 19 % des banques africaines prévoient de concentrer leurs investissements dans la transformation numérique sur les services bancaires aux PME au cours de l’année à venir, contre 54 % pour les services bancaires aux particuliers. Il est clair qu’il existe encore un déséquilibre, mais près de 20 % des banques africaines ciblent ce segment. Lorsque cette approche porte ses fruits, leurs concurrents sont susceptibles de leur emboîter le pas. Il devient donc de plus en plus commercialement viable pour les banques d’offrir des services même aux très petites entreprises, ce qui crée d’énormes opportunités pour augmenter le nombre de clients et accroître la pénétration des services bancaires.

Des fournisseurs tiers proposent désormais des plateformes bancaires numériques pour permettre aux banques de créer, gérer et optimiser l’expérience des clients PME. Par exemple, Backbase a préparé un livre qui guide les banques pas à pas dans le processus de ciblage du marché. Il s’agit notamment de comprendre l’état actuel du marché bancaire des PME, d’identifier les besoins des clients PME, de leur fournir des solutions sur mesure et d’expliquer comment elles peuvent être compétitives grâce à la plate-forme bancaire de Backbase.

Les régulateurs exigent des banques qu’elles identifient leurs clients afin d’empêcher les criminels d’utiliser une entreprise comme couverture pour l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme ou d’autres activités néfastes.

Cependant, le numérique peut grandement simplifier le processus, les clients demandeurs pouvant soumettre des photographies de leur pièce d’identité et des selfies via les applications bancaires. L’application analyse ensuite les données biométriques et confirme l’authenticité de la pièce d’identité du client. Cela simplifie grandement le processus, réduisant les coûts pour la banque et évitant les visites dans une agence bancaire. L’ensemble du processus prend quelques minutes au lieu de plusieurs semaines.

Les plateformes numériques permettent aux banques d’évaluer automatiquement les performances des PME clientes et les demandes de prêt peuvent être effectuées via des formulaires simples sur l’application. De meilleurs outils de dépistage et d’évaluation de la solvabilité améliorent l’accès au financement et réduisent les risques et l’incidence des défauts de paiement pour les institutions financières.

La sélection numérique peut également contribuer à promouvoir l’inclusion financière des personnes précédemment défavorisées, telles que les femmes et les jeunes, qui peuvent avoir été victimes de discrimination lors de l’évaluation en face-à-face de l’éligibilité au prêt. Enfin, elle peut réduire considérablement le besoin de titrisation des prêts, car les promoteurs du financement numérique n’exigent généralement pas de garanties.

Backbase résume : « Le premier objectif de toute offre aux PME doit être de soutenir vos clients en réduisant le temps qu’ils doivent consacrer aux activités bancaires. Faites en sorte qu’il soit simple et efficace pour eux de demander des prêts et de recevoir des fonds sans avoir à se rendre dans une agence ou à soumettre à nouveau des documents. En bref, aidez vos PME clientes à se concentrer sur le développement de leur activité au lieu de perdre du temps en tâches administratives. »

 

Études de cas

Backbase a aidé  Mauritius Commercial Bank à développer son application JuicePro en six mois seulement. Elle est disponible pour une utilisation sur mobile, sur l’Internet, en agence et en libre-service, et permet d’accéder à l’historique des transactions, aux aperçus des comptes, aux paiements et aux transferts, ainsi qu’à la gestion des comptes. Les clients se connectent en moyenne tous les deux jours.  

Commercial Bank of Africa d’Afrique de l’Est a déployé ses services pour les PME afin de promouvoir l’inclusion financière. Cette banque de 54 ans opère au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda, mais prévoit de s’étendre à 13 autres marchés au cours de la prochaine décennie.

Les entreprises investissent également dans les services africains depuis l’extérieur du continent. L’année dernière, la société britannique Dopay a obtenu une licence bancaire pour proposer sa plateforme de paiement et de services bancaires aux PME et aux grandes entreprises en Égypte.

Certaines banques ont décidé d’offrir un soutien plus large aux PME, ce qui profitera à la fois aux petites entreprises et à la banque en encourageant une plus grande utilisation de leurs services. Par exemple, Ecobank a lancé son programme Ellevate pour soutenir les entreprises dirigées par des femmes, principalement des PME. Bien qu’un tiers des PME africaines soient détenues par des femmes, des obstacles structurels et culturels empêchent ces dernières de développer leurs activités. Le programme Ellevate propose un mentorat, un soutien financier, des conseils généraux et des opportunités de mise en réseau. Les solutions de gestion de trésorerie proposées comprennent des solutions numériques permettant des transactions sans espèces, telles que la banque en ligne Omni Lite d’Ecobank et les paiements numériques EcobankPay. Les solutions sans espèces se sont révélées précieuses pendant la pandémie de Covid-19.

Extrait de : The African Digital Banking Transformation Report 2022 : Building a Digital-First Bank. Pour lire le rapport complet, veuillez cliquer ICI.

La suite de notre dossier ci-dessous. 

Pourquoi la numérisation est essentielle

Surmonter les obstacles à la transformation numérique

@ABanker

 

Écrit par
Cornel Dixon

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.