x
Close
African Banker Finances et Marchés

Des moyens nouveaux pour l’économie circulaire

Des moyens nouveaux pour l’économie circulaire
  • Publiéavril 18, 2022

Avec l’appui de la Finlande, la Banque africaine de développement va constituer une Facilité en faveur de l’économie circulaire. Cette méthode de production et de consommation permet de recycler les matériaux et l’énergie produite. Un outil précieux du développement durable.

 

Par Paule Fax

Le Conseil d’administration de la BAD (Banque africaine de développement) a approuvé la création d’une Facilité africaine pour l’économie circulaire. Riche de 4 millions d’euros, elle favorisera l’intégration de l’économie circulaire dans les efforts des pays africains visant à atteindre leurs objectifs de contribution, définie au niveau national.

La Facilité est un fonds fiduciaire multidonateurs. Elle fonctionnera sur une période de cinq ans et recevra un soutien initial de 4 millions d’euros du gouvernement finlandais et du Fonds nordique de développement.

Le modèle d’économie circulaire a pris de l’ampleur en tant que facteur de développement durable. Au niveau continental, l’Union africaine et la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement ont reconnu la circularité comme un domaine prioritaire dans leurs programmes de relance.

L’économie circulaire est un modèle de production et de consommation qui consiste à partager, louer, réutiliser, réparer, remettre à neuf et recycler le plus longtemps possible les matériaux et produits existants. Dans le cadre de l’accord de Paris, les contributions définies au niveau national incarnent les efforts de chaque signataire pour réduire les émissions nationales et s’adapter aux impacts du changement climatique. Les 54 pays africains sont tous signataires de l’accord de Paris.

La Facilité se concentrera sur trois domaines stratégiques : le renforcement des capacités institutionnelles pour renforcer l’environnement réglementaire des innovations et des pratiques de l’économie circulaire ; apporter un soutien au secteur privé par le biais d’un programme de développement des entreprises ; et fournir une assistance technique à l’Alliance africaine pour l’économie circulaire La BAD héberge le secrétariat de l’Alliance.

Jussi Nummelin est directeur par intérim de l’unité pour l’Afrique australe et occidentale du ministère des Affaires étrangères du gouvernement finlandais. Il explique combien l’amélioration et la promotion de l’économie circulaire sont « très importantes pour la Finlande ». C’est dans ce pays du nord de l’Europe que la première feuille de route nationale sur l’économie circulaire au monde a été élaborée, en 2016.

« Nous sommes très désireux de commencer la coopération avec la BAD et avec l’Alliance africaine pour l’économie circulaire et le Fonds nordique de développement pour améliorer la circularité dans le monde. »

Henrik Franklin, directeur de la création et de la gestion de portefeuille au Nordic Development Fund (NDF) se déclare « heureux » de s’associer à la BAD dans cette entreprise. « L’économie circulaire est essentielle pour l’adaptation et l’atténuation du changement climatique, et a un vaste potentiel pour créer des emplois, améliorer la productivité et renforcer la compétitivité économique des pays africains », considère-t-il.

 

Attirer d’autres donateurs

Enfin, Al-Hamndou Dorsouma est responsable du changement climatique et de la croissance verte à la BAD. Selon lui, « la création d’un véhicule de financement dédié à l’économie circulaire positionne la BAD comme un champion des solutions qui découplent la croissance économique de l’Afrique de l’extraction non durable des ressources naturelles ».

Les principes de l’économie circulaire jouent un rôle stratégique dans la promotion des « Cinq priorités » de la BAD.

La Facilité devrait consolider le portefeuille d’opérations de la Banque qui s’alignent sur l’économie circulaire, y compris les secteurs des énergies renouvelables, de l’agriculture intelligente face au climat et de la fabrication verte. En plus de soutenir la réalisation des objectifs des pays africains, elle fera également progresser leurs progrès vers les ODD (Objectifs de développement durable) des Nations unies.

Al-Hamndou Dorsouma considère que la BAD va tirer parti de son réseau pour attirer d’autres donateurs et partenaires à bord de l’aventure.

Le modèle d’économie circulaire a pris de l’ampleur en tant que facteur de développement durable, ces dernières années. Au niveau continental, l’Union africaine et la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement ont reconnu la circularité comme un domaine prioritaire dans leurs programmes de relance respectifs lancés à la suite de la pandémie de la Covid-19.

Plusieurs pays africains ont également intégré l’économie circulaire dans leurs contributions déterminées au niveau national, et certains élaborent des plans d’action nationaux pour l’économie circulaire.

@PFax

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.