Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Des Bourses africaines bientôt interconnectées

Le projet AELP d’intégration des places boursières africaines vient de franchir un grand pas. Ses promoteurs vont se doter d’une plateforme de cotation, qui réunira, dans une phase pilote, sept Bourses du continent. Un moyen d’approfondir des marchés en quête de liquidités.

Par Laurent Soucaille

L’Association africaine des Bourses de valeurs (ASEA) a signé, le 30 juillet 2021, un contrat pour acquérir sa plateforme de cotation. Celle-ci permettra de mettre en œuvre le Projet d’interconnexion des Bourses africaines (AELP en anglais). Sept places boursières africaines travaillent ensemble dans au cours de la phase pilote.

Précisément, le contrat porte sur la conception et le déploiement de la plateforme technologique AELP Link pour le routage des ordres de Bourse et les confirmations de transactions entre les courtiers des sept places boursières. Le fournisseur retenu est DirectFN, une société informatique de renommée mondiale expérimentée dans les solutions de marchés financiers à travers le Moyen-Orient et de nombreux marchés émergents. La société basée en Arabie saoudite a été retenue à l’issue d’un processus d’appel d’offres qui a attiré les candidatures de fournisseurs internationaux de premier plan de 18 pays.

Les ordres des investisseurs sur un marché seront acheminés par un courtier national via la plateforme AELP vers un courtier sur le marché étranger où le titre est coté pour leur exécution sur ce marché. Les titres cotés accessibles via le lien AELP comprennent tous les titres disponibles pour les investisseurs transfrontaliers.

Le projet «aidera concrètement à atteindre les objectifs des bourses africaines participantes et de permettre à l’écosystème africain des marchés de capitaux de créer numériquement un impact positif sur l’économie globale».

Les investissements en actions disponibles comprennent les entreprises les plus prometteuses et les plus rentables d’Afrique ainsi que certains leaders mondiaux parmi environ 1 050 entreprises cotées. Les investisseurs achèteront ou vendront également des obligations d’entreprise et d’État, des fonds indiciels.

Le moment venu, la place proposera des produits dérivés lorsque ceux-ci sont cotés sur les bourses participantes et que le courtier parrain en fournit l’accès. Les Bourses membres du projet AELP sont celles de Casablanca, du Caire, de Johannesburg, de Nairobi, de Lagos, de Maurice et la BRVM (Bourse régionale des valeurs mobilières).

L’AELP est une initiative conjointe de l’ASEA et de la BAD (Banque africaine de développement visant à stimuler les flux d’investissement panafricains, à promouvoir les innovations qui soutiennent la diversification pour les investisseurs. Elle répond aussi à la problématique de la profondeur et de la liquidité des marchés. L’Association bénéficie d’une subvention du Fonds fiduciaire de la Coopération économique Corée-Afrique, géré par la BAD.

Un impact sur l’économie réelle

Directeur général de la BRVM, Félix Edoh Kossi Amenounve est aussi le président de l’ASEA. Il salue « ce grand pas vers la libre circulation des investissements à travers l’Afrique et la libre circulation des capitaux ». L’objectif de l’ASEA est d’« ouvrir de nouvelles opportunités pour les investisseurs individuels et institutionnels afin d’investir de manière productive dans la croissance de l’Afrique ».

Pour le Dr Amenounve, les Bourses « continuent d’aider les entreprises et les gouvernements africains à lever des capitaux à long terme pour la création d’emplois, la croissance des entreprises, les infrastructures et le développement ».

De son côté, Walid Al Ballaa, directeur général de DirectFN, partage cet enthousiasme pour un projet qui combine « une technologie innovante et un accent pour apporter la maturité numérique dans l’établissement de relations numériques ». Le projet « aidera concrètement à atteindre les objectifs des bourses africaines participantes et de permettre à l’écosystème africain des marchés de capitaux de créer numériquement un impact positif sur l’économie globale ».

Depuis plus de vingt ans, DirectFN s’est spécialisée dans l’apport de solutions FinTech et FinCON (contrôle financier) aux sociétés de courtage, aux banques, aux chambres de compensation et aux sociétés de gestion d’actifs, du Maroc à l’Indonésie.

EN BREF

Edoh Kossi Amenounve intègre le Nasdaq

Le directeur général de la BRVM est désormais membre du Nasdaq Exchange Review Council pour un mandat de trois ans. Cet organisme est un comité consultatif indépendant permanent chargé de s’assurer de l’application cohérente et équitable des règles du marché, pour chacune des Bourses du Nasdaq.

Edoh Kossi Amenounve intègre là l’un des comités spécialisés de Nasdaq USA, Nasdaq Nordic et Nasdaq Baltic en Europe, Nasdaq Dubaï. La première Bourse électronique du monde est le deuxième marché mondial, en termes de capitalisation boursière. Le Dr Amenounve est le premier africain à intégrer un poste de ce niveau au sein du Nasdaq.

Un aboutissement pour celui qui compte plus de 25 ans de carrière dans la finance. En effet, il a été, à partir de 1995, directeur d’une société de Bourse, président d’une société de gestion d’actifs, secrétaire général d’une autorité de régulation, d’un dépositaire central. Il a également été président du Conseil d’intégration de la Cedeao.

LS

Rate this article

Author Thumbnail
Written by Par Laurent Soucaille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts