x
Close
Décideurs

Afreximbank veut faire tomber les frontières

Afreximbank veut faire tomber les frontières
  • Publiéjuin 16, 2020

Le président d’Afreximbank, Benedict Oramah, reconduit pour un mandat de cinq ans, veut asseoir la position financière de son établissement, à la pointe de l’intégration commerciale de l’Afrique.

Par Paule Fax

Les actionnaires de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) ont reconduit le professeur Benedict Oramah au poste de président de l’institution financière multilatérale panafricaine pour un deuxième mandat de cinq ans. La décision a été annoncée au Caire à la suite de la 27e assemblée générale annuelle des actionnaires d’Afreximbank qui s’est caractérisée par la diffusion en ligne des résolutions en raison de la pandémie de Covid-19.

Dans une déclaration d’acceptation publiée peu après l’assemblée, le président Oramah a déclaré aux actionnaires que l’objectif ultime de la banque, au cours de son deuxième mandat était de conduire l’ambition stratégique de l’Afrique de créer un marché intégré.

« Je m’engage à ce qu’avec votre soutien, la Banque reste bien capitalisée tout au long de mon mandat et au-delà », a conclu le président Oramah aux actionnaires de la banque.

« Nous voulons une Afrique où les fondements de l’accord de libre-échange continental africain (ZLECAf) sont posés rapidement afin que les 84 000 kilomètres de frontières qui nous séparent depuis des siècles puissent commencer à s’ouvrir. »

Selon Benedict Oramah, la ZLECAf « stimulera l’industrialisation de l’Afrique, soutiendra l’émergence de chaînes de valeur régionales, transformera les atouts créatifs et culturels de l’Afrique en moteurs de croissance ». De plus, elle « créera des emplois pour les jeunes, imposera le respect aux Africains où qu’ils se trouvent et préparera le continent à être plus compétitif sur les marchés mondiaux ».

Benedict Oramah a souligné qu’entre 2015 et 2019, Afreximbank a décaissé plus de 30 milliards de dollars pour soutenir le commerce africain, plus de 15 milliards $ étant consacrés au financement et à la promotion du commerce intra-africain.

« Nous viserons à doubler le financement du commerce intra-africain de sorte qu’à la fin de mon mandat, il ne représentera pas moins de 40% des actifs totaux de la banque, totalement décaissés, sur une base renouvelable en cinq ans, dépassant 30 milliards $ », a-t-il pronostiqué.

Nouvelle levée de fonds

La reconduction de Benedict Oramah, en fonction depuis 2015, a été l’une des décisions clés prises par les actionnaires lors de l’Assemblée générale 2020 de la Banque.

Laquelle a également approuvé la réélection de Stefan-Luis Francois Nalletamby en tant qu’administrateur représentant les actionnaires de catégorie A et de Kee Chong Li Kwong Wing en tant qu’administrateur représentant les actionnaires de catégorie B .

La catégorie A comprend les gouvernements africains, les Banques centrales, les institutions régionales et sous-régionales africaines. La catégorie B se compose d’investisseurs privés africains et d’institutions financières.

Sans surprise, l’assemblée générale a approuvé les comptes audités de 2019. Ainsi que la proposition de lever 500 millions $ supplémentaires en fonds propres dans le cadre du plan stratégique actuel d’Afreximbank « Impact 2021-Africa transformer ». Cette décision signifie que la précédente levée d’un million $ a été presque entièrement effectuée.

« Je m’engage à ce qu’avec votre soutien, la Banque reste bien capitalisée tout au long de mon mandat et au-delà », a conclu le président Oramah aux actionnaires de la banque. « Nous poursuivrons nos efforts pour diversifier les sources de capitaux propres afin d’inclure les marchés tout en veillant à ce que l’orientation de la Banque en matière de développement demeure inchangée. »

Écrit par
Par Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.