Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Covid-19 : L’Afrique se mobilise fortement

La Banque africaine de développement lance un fonds doté de 10 milliards de dollars. L’Union africaine sollicite le secteur privé, via l’initiative AfroChampions, afin de mobiliser des capitaux nécessaires au combat contre la pandémie et ses retombées économiques.

Par Laurent Soucaille

La BAD (Banque africaine de développement) vient de constituer un fonds doté de 10 milliards de dollars pour aider les pays membres à lutter contre la propagation du Covid-19 sur le continent.

Cette nouvelle initiative de la BAD lui servira de relais principal pour diriger ses opérations dans le contexte actuel de crise sanitaire et économique. Ce fonds est mis à disposition des gouvernements et de l’ensemble des acteurs du secteur privé d’Afrique.

LIRE AUSSI

Covid-19 : La France dégage 1,2 milliard d’euros

Le président du Groupe de la BAD, Akinwumi Adesina, qui se félicite du « soutien indéfectible » des administrateurs de la Banque (donc des États africains et étrangers qu’ils représentent), a indiqué que cette enveloppe tenait compte des difficultés budgétaires de nombreux pays du continent.

« L’Afrique est confrontée à d’énormes défis budgétaires pour agir efficacement face à la pandémie de coronavirus. La BAD déploie toutes ses capacités de réponse à l’urgence pour aider l’Afrique en ce moment critique.

Nous devons protéger des vies. Ce fonds aidera les pays africains dans leurs efforts pour contenir la propagation rapide du Covid-19 », a déclaré le président Adesina.

Le fonds est doté de 5,5 milliards $ pour les opérations souveraines dans les pays membres de la Banque et de 3,1 milliards $ pour les opérations souveraines et régionales via les pays du Fonds africain de développement, le guichet de prêt à taux concessionnels du Groupe de la Banque chargé de répondre aux besoins des pays fragiles.

Un montant supplémentaire de 1,35 milliard $ sera consacré aux opérations du secteur privé. « La création de ce dispositif a exigé un effort collectif et du courage de la part de tout notre personnel et de nos actionnaires », commente la vice-présidente principale par intérim de la BAD, Swazi Tshabalala.

Des mesures audacieuses sont nécessaires

Cette initiative n’est bien sûr pas la première ; la Banque a émis un emprunt obligataire social, « Combattre le Covid-19 », d’un montant record de 3 milliards $, soit le plus grand emprunt social libellé en dollars émis sur le marché international des capitaux.

LIRE AUSSI

TrustAfrica met en place le Fonds de solidarité Covid-19 pour l’Afrique

Début avril, le Conseil d’administration de la Banque a également approuvé l’octroi d’une aide d’urgence Covid-19 de 2 millions $ pour soutenir les interventions de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) sur le continent. 

« Nous vivons une époque exceptionnelle, où nous devons prendre des mesures audacieuses et décisives pour sauver et protéger des millions d’Africains. Nous sommes engagés dans une course pour sauver des vies et aucun pays ne sera laissé pour compte », a assuré le président Adesina. 

De leur côté, en prévision d’une flambée attendue des cas de Covid-19 en Afrique, l’UE (Union africaine) et les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique) ont lancé un partenariat public-privé avec l’Initiative AfroChampions, « le Fonds de réponse Africa COVID-19 ».

Le partenariat vise à réunir un montant initial de 150 millions $ pour les besoins immédiats de prévention de la transmission et jusqu’à 400 millions $ pour soutenir une réponse médicale durable à la pandémie de Covid-19 en mettant en commun les ressources nécessaires à l’approvisionnement en fournitures et produits médicaux. L’Initiative entend soutenir le déploiement de réponses rapides à travers le continent et fournir un soutien socio-économique aux populations les plus vulnérables.

Répondre efficacement à la crise

Cyril Ramaphosa, président de l’Union africaine, a salué l’effort conjoint UA-Afrique CDC-AfroChampions, notant que « tandis que nous continuons à accueillir l’expertise et les commentaires des régions déjà engagées, il faut aussi organiser une force de frappe autonome ». D’autres régions du monde rendent déjà « un lourd tribut à Covid-19 et leur soutien sera limité. Il faut donc mobiliser l’argent et l’expertise africaine », poursuit le président de l’Afrique du Sud.

Le Fonds de réponse Africa Covid-19 est un instrument financier pour mobiliser et gérer les fonds du secteur privé en Afrique et d’autres acteurs, avec le soutien de plusieurs banques africaines. Le Fonds fonctionnera sous la supervision de l’Union africaine à travers son institution de santé publique Africa CDC, qui déterminera les interventions et actions prioritaires.

« Le moment est venu pour l’Afrique de déployer des mesures prospectives. Nous devons commencer dès maintenant à renforcer nos capacités en matière de tests diagnostiques, de fabrication de médicaments et d’infrastructures sanitaires. »

Lesquelles comprendront l’achat et la distribution d’équipements clés pour le diagnostic, le traitement et la protection des soignants, ainsi que la mise en œuvre d’une vaste campagne de sensibilisation sur la prévention auprès des populations africaines.

Outre la réponse médicale, une partie des fonds collectés sera allouée au soutien des communautés les plus fragiles, dans les pays africains les moins avancés, dont les activités socio-économiques ont été fortement impactées par les mesures prises pour atténuer les effets de la pandémie.

« Nous sommes dans une course contre la montre pour préparer et protéger nos communautés. L’Afrique doit lutter comme un seul bloc et aucun pays sur notre continent ne doit être laissé pour compte. Nous devons coordonner les efforts des États Membres, des agences de l’UA, de l’OMS et d’autres partenaires, pour assurer la synergie et minimiser les doubles emplois.

Nous devons également promouvoir des pratiques de santé publique fondées sur des preuves pour la surveillance, prévention, diagnostic, traitement et contrôle du Covid-19 », explique le Docteur John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

Un conseil consultatif composé de représentants des secteurs public et privé a été créé pour superviser la gestion du Fonds, ainsi qu’un groupe d’experts, tous deux composés de parties engagées ayant une expérience en matière de collecte de fonds et de sensibilisation du public.

LIRE AUSSI

Covid-19 : Docteur Ismaël Mory Camara : «Nous venons même de terminer un essai thérapeutique… »

« Le moment est venu pour l’Afrique de déployer des mesures prospectives. Nous devons commencer dès maintenant à renforcer nos capacités en matière de tests diagnostiques, de fabrication de médicaments et d’infrastructures sanitaires », explique Paulo Gomes, vice-président de l’Initiative AfroChampions.

« Non seulement le secteur privé africain peut contribuer à ce fonds, mais il devrait également envisager d’autres des actions telles que des campagnes de prévention dans les entreprises, le redéploiement des lignes de production vers les équipements et produits nécessaires contre la pandémie, l’optimisation des infrastructures de transport et de connectivité pour soutenir les urgences sanitaires », conclut l’ancien directeur exécutif de la Banque mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This