Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

BFI SA emporte un appel d’offres de la BEAC

En dépit d’une rude concurrence, le groupe tunisien BFI SA empoche un important contrat auprès de la Banque des États d’Afrique centrale. Laquelle continue de moderniser la sous-région en vue d’en améliorer le fonctionnement des circuits financiers.

Par Paule Fax

L’éditeur et intégrateur de solutions financières BFI SA vient de frapper un grand coup. La BEAC (Banque centrale des États d’Afrique centrale) a attribué à ce groupe tunisien le marché de fourniture de la solution de gestion de la centrale des risques bancaires de la Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale).

Fondé en 1994 BFI S.A est un éditeur et intégrateur de solutions financières. Le groupe s’est progressivement implanté en Afrique, prenant appui sur son premier projet structurant, le système de compensation de la Banque centrale de Tunisie.

Neuf entreprises étaient sur les rangs dans cet appel d’offres international dont les résultats ont été publiés le 24 décembre 2020 par la BEAC. Les rivaux étaient DUC & Bradstreet, le groupement Lendys & eProseed Europe, Creditinfo Group, Arab soft ; CRIF SPA, Temenos Group ; Interface S.A, Hoonar Tekwurs.

L’entreprise tunisienne remporte le marché pour un montant global de prestations de services s’élevant à 815 450 euros (534,9 millions de F.CFA), dont 180 000 euros de coûts récurrents, non inclus dans le marché, sur une durée de 11 mois. Le coût de la prestation a été revu en baisse de 476 000 euros par rapport au prix initial de 1,29 million d’euros.

Ce marché s’inscrit dans le cadre du Projet de renforcement des capacités des institutions financières régionales de la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad). Bien que régional, ce projet aura comme zone d’intervention le Cameroun. Il bénéficie du soutien financier de la Banque mondiale.

Plus spécifiquement, ce projet est le résultat de la stratégie d’assistance à l’intégration régionale (SAIR) pour l’Afrique subsaharienne. L’objectif est de renforcer les capacités des institutions régionales d’Afrique centrale afin qu’elles puissent s’acquitter de leur mandat : encourager un marché régional plus vaste et mieux régi, et favoriser un système financier plus transparent, mieux régulé et plus compétitif, en vue de faciliter le recyclage des recettes pétrolières. La Banque mondiale appuie également une SAIR en Afrique de l’Ouest.

Une intégration régionale renforcée

Implémenté par étapes depuis 2008, ce projet, selon les indications de la Banque mondiale, a déjà atteint les résultats tangibles. Il a permis d’augmenter considérablement le volume des devises gérées par la BEAC. Il est venu en appui des systèmes électroniques transfrontaliers de transactions dans les systèmes de vente de gros et de détail.

Très vite, la BEAC a pu mettre en œuvre son plan d’application du cadre réglementaire de la microfinance et son système de surveillance. L’institution a une visibilité en temps réel de la position de liquidité des banques. Les autorités monétaires ont pu installer des centres de carte interbancaire, désormais sous l’autorité du GIMAC (Groupement interbancaire monétique d’Afrique centrale).

Concrètement, le projet consiste en un renforcement des capacités de la BEAC, en un encouragement au financement de l’investissement régional, en coordination avec la Banque de développement de la sous-région, la BDEAC. Ce dispositif renforce la coopération régionale, par exemple dans la lutte contre le blanchiment d’argent et les flux financiers illicites.

De son côté, BFI S.A est un éditeur et intégrateur de solutions financières fondé en 1994. En dix ans, le groupe s’est implanté en Afrique, prenant appui sur son premier projet structurant, le système de compensation de la Banque centrale de Tunisie. Ce n’est pas la première fois que la BEAC fait appel à lui. Elle lui a déjà confié deux autres marchés régionaux ; le premier visant la centrale des incidents de paiement et, le second, relatif la supervision bancaire avec la commission bancaire.

Du côté des autres institutions bancaires en Afrique centrale, BFI SA a développé un partenariat avec le groupe BGFI en signant un contrat-cadre pour ses onze filiales, pour la mise en œuvre des modules de trésoreries, la centrale des risques, le reporting réglementaire, et le scoring et analyse financière, ainsi que la banque digitale. Ses principaux clients sont la Société Générale, BNP-Paribas et leurs filiales africaines.

PF

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts