Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Attractivité : Le Bénin en pole position

Le Bénin veut se doter d’un observatoire dédié à la promotion des services financiers et à l’amélioration des relations entre les établissements financiers et leurs clients, dans un souci d’amélioration du climat des affaires.

Par Kimberly Adams

Le gouvernement a l’intention de créer un observatoire de la qualité des services financiers du Bénin, tandis qu’il poursuit sa politique en matière de transparence financière.

Son objectif est « de renforcer l’attractivité du système financier du pays et de contribuer à l’amélioration du climat des affaires », annonce un communiqué du gouvernement publié à l’issue du Conseil des ministres, le 3 juin.

Le gouvernement salue « une preuve supplémentaire de la reconnaissance des efforts consentis par en faveur de la transparence budgétaire depuis 2016 ».

Cet observatoire de la qualité des services financiers du Bénin, sera notamment destiné à « promouvoir la qualité des services financiers », à « favoriser l’amélioration de la qualité de la relation entre les opérateurs de services financiers et leurs clients ». Il devra enfin « assurer la mission de médiation par le règlement à l’amiable des litiges ».

« L’organisme assurera la veille permanente sur les conditions de banques offertes aux consommateurs des services financiers afin de contenir les coûts », indique le gouvernement. Qui considère que le nouvel organisme « contribuera à renforcer la confiance des populations et des PME à l’endroit des services financiers en vue de les encourager à recouvrir davantage au système financier ».

Sont concernés par le champ d’intervention de cet observatoire, les services financiers offerts par les établissements de crédit, les systèmes financiers décentralisés, les établissements de monnaie électronique, les compagnies d’assurances et la Poste du Bénin.

Un cercle restreint de bons élèves

D’après les statistiques de la BCEAO (Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest) le Bénin présentait en 2018 le taux d’inclusion financière le plus élevé de la Zone (74,5%), suivi du Togo (71,9%) et de la Côte d’Ivoire (70,4%). Pour autant, le taux de bancarisation reste faible au Bénin, seulement 22,5% de la population adulte détenait, en 2018, un compte dans les banques, les services postaux, les caisses nationales d’épargne et le Trésor.

Enfin, le Bénin va signer le protocole d’accord et de partenariat avec International Budget Partnership (IBP) et Global initiative for fiscal transparency (GIFT).

Ce projet est conçu au profit de cinq pays africains, à savoir le Liberia, le Nigeria, le Sénégal, l’Afrique du Sud, et donc le Bénin. Il « vise à soutenir les bénéficiaires dans l’établissement des mécanismes utiles et concrets de participation du public aux politiques budgétaires ».

Selon le gouvernement, « la présence de notre pays dans un cercle aussi restreint est une preuve supplémentaire de la reconnaissance des efforts consentis par en faveur de la transparence budgétaire depuis 2016 ».

Cette initiative permettra de mettre en avant les succès enregistrés dans le domaine de la transparence des opérations financières publiques et de les partager, par la suite, avec d’autres pays.

Par ailleurs, le Parlement du Bénin devrait prochainement débattre de projet de loi portant organisation et règlement des activités statistiques, adopté lors de ce même Conseil des ministres du 3 juin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This