x
Close
Actualité African Banker

Africa50 et la BOAD cofinanceront des infrastructures vertes

Africa50 et la BOAD cofinanceront des infrastructures vertes
  • Publiémai 26, 2023

La Banque ouest-africaine de développement et Africa50 développeront et financeront en commun des projets bancables d’infrastructures résilientes au changement climatique, afin de soutenir la croissance durable et la transition énergétique.

 

Le directeur général d’Africa50, Alain Ebobissé, et le président de la BOAD (Banque ouest-africaine de développement) Serge Ekué, ont noué un partenariat visant à mobiliser les capitaux des investisseurs institutionnels pour les infrastructures africaines, et à identifier des projets à cofinancer.

Dans le cadre de ce partenariat, les deux structures ont renouvelé leur engagement à collaborer pour le financement et le développement de projets « bancables », y compris des infrastructures résilientes au changement climatique, afin de soutenir la croissance durable et la transition énergétique des pays africains.

Parallèlement à l’Assemblée générale de ses actionnaires, Africa50 organise un Forum public des infrastructures africaines, les 3 et 4 juillet 2023, à Lomé (Togo). Plusieurs leaders d’opinion débattront sous le thème « Bancable, évolutif, reproductible ».

L’annonce a été faite en marge des Assemblées annuelles du Groupe de la BAD (Banque africaine de développement), en Égypte, qui avaient précisément pour thème : « Mobiliser les financements du secteur privé pour le climat et la croissance verte en Afrique. »

Cette collaboration a pour but de contribuer à combler l’important déficit de financement des infrastructures en Afrique, en apportant des investissements rapides et efficaces, pour répondre aux besoins grandissants du continent, en matière de développement.

Selon Alain Ebobissé, il s’agit d’unir des forces « pour réaliser des projets transformateurs en Afrique ». À son sens, « ce type de collaboration, menée par les Africains, est essentiel pour accélérer la croissance inclusive du continent, favoriser l’intégration régionale et développer des infrastructures résilientes au changement climatique ». Africa50 apportera sa « vaste expertise » en matière de développement et de financement de projets, pour catalyser davantage de capitaux, auprès du secteur privé et des investisseurs institutionnels en Afrique et dans le monde. « Ensemble, nous allons permettre d’accroître et d’accélérer la réalisation de projets qui créeront de nouvelles opportunités, pour les populations africaines. »

Les deux partenaires vont identifier une série de projets qu’ils pourront financer en commun, et envisagent de collaborer dans la mise en œuvre de l’Alliance pour les infrastructures vertes en Afrique (AGIA), qui a été lancée lors de la COP27 par la Commission de l’Union africaine, la BAD, et Africa50.

Serge Ekué rappelle que l’accès aux ressources énergétiques « constitue l’un des défis majeurs de la zone UEMOA, dans sa marche vers un développement inclusif et durable ». Ce sont, en effet, près de 50%, la moitié des populations de notre zone, qui ne bénéficie pas d’un accès à l’électricité. « Le partenariat stratégique BOAD-Africa50 offre une solution, ouvrant la voie au financement de projets innovants, transformant l’Afrique, et favorisant l’émergence d’une économie verte sur notre continent. »

Serge Ekué qui se félicite par ailleurs de la décision de Fitch de maintenir sa notation « BBB » à l’égard de la BOAD, assortie d’un avis de « perspective stable ».

*****

En bref

Alliance entre Africa50 et Baboya dans la fibre optique

 

Africa50 et Bayoba ont ont conclu un partenariat visant à développer le projet East2West, un réseau de câbles terrestres à fibres optiques reliant la côte est de l’Afrique à celle de l’ouest du continent. Le partenariat investira jusqu’à 320 millions de dollars pour connecter progressivement dix pays africains d’ici à 2025.

Bayobab est détenue à 100 % par le groupe MTN. Cet investissement s’inscrit dans le cadre des plans « Ambition 2025 » précédemment annoncés par MTN et aidera Bayobab à atteindre l’objectif du groupe de détenir 135 000 km de câbles à fibres optiques d’ici les trois prochaines années.

« Pour les pays africains enclavés, le projet East2West améliorera le temps de latence de près de deux tiers et augmentera la capacité, apportant un accès au haut débit de grande qualité. Il permettra d’uniformiser la connectivité et de faire en sorte que chacun ait la possibilité de réussir à l’ère numérique », juge le PDG de MTN, Ralph Mupita.  

Ce partenariat améliorera considérablement le trafic de données pour les fournisseurs de services internet, les opérateurs de réseaux mobiles et les entreprises de grande envergure opérant dans ces pays. Il permettra également d’éliminer les goulets d’étranglement du trafic internet mondial entrant et sortant d’Afrique. Il devrait réduire les temps de latence de 65 % sur l’axe est-ouest.

En tant que co-développeur, Africa50 facilitera l’harmonisation des réglementations régionales en matière de données et de sécurité, qui favorisera la diffusion de contenus locaux dans toute la région et dynamisera les échanges interrégionaux ainsi que le développement économique régional.

« Le projet East2West est un projet remarquable et transformateur qui changera graduellement la dynamique d’expansion de la capacité internet en Afrique, en soutenant la croissance et le développement de la 4G et de la 5G », juge Alain Ebobissé.

@ABanker

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *