x
Close
Actualité African Banker

Afreximbank, un risque modéré

Afreximbank, un risque modéré
  • PubliéJune 24, 2022

Les experts de l’agence britannique Fitch considèrent qu’Afreximbank fait valoir un profil de risque modéré, en dépit d’un portefeuille de créances parfois de faible qualité. Le soutien de ses actionnaires reste un atout majeur, confirmé par les augmentations de capital.

 

Par Laurent Soucaille

L’agence britannique Fitch Ratings a relevé d’un cran sa note de défaut émetteur à long terme sur Afreximbank, de « BBB– » à « BBB », assorti d’un avis de « perspectives stables ». Au-delà de cette note technique, qui permettra à la Banque africaine de financement du commerce de trouver des crédits à meilleurs taux, plusieurs commentaires des analystes de la firme britannique sont à relever.

Ainsi, notent-ils un renforcement du profil de crédit autonome, induit par l’amélioration du profil commercial de la banque, qui passe d’un risque « élevé » à un risque « modéré ». « Afreximbank a renforcé son rôle institutionnel et amélioré son profil en tant que principale banque multilatérale de développement qui se concentre sur le soutien des secteurs public et privé sur le continent africain. »

L’analyse prospective en matière de risques ne fait pas apparaître, aux yeux de Fitch, de risques spécifiques concernant Afreximbank, en dehors d’un hypothétique moindre soutien de ses actionnaires ou d’une possible détérioration de son profil de risque.

De plus, Afreximbank a gagné en poids « politique ». Cette opinion est principalement soutenue par la récente et importante augmentation de capital, qui, selon Fitch, souligne l’importance accrue de la banque pour ses actionnaires. En effet, l’Union africaine a confié un nombre croissant de mandats clés à Afreximbank, par exemple pour mettre en œuvre la réponse sanitaire à la crise Covid-19, ou plus récemment pour soutenir l’accès aux céréales et aux engrais dans le contexte du conflit entre la Russie et l’Ukraine.

Fitch fait état d’une « forte capitalisation ». Les analystes apprécient le ratio élevé fonds propres sur actifs et garanties et d’autres indicateurs de solvabilité. Peu de raisons que ces indicateurs varient sensiblement d’ici 2024. Les projections de Fitch supposent une croissance de 12 % en glissement annuel des opérations bancaires et des injections de capital dans le cadre de l’augmentation générale de capital approuvée par le conseil d’administration d’Afreximbank en juin 2021 (pour un total de 2,6 milliards de dollars de capital libéré, dont 1 053 millions $ ont déjà été versés).

 

Une qualité faible des crédits

L’évaluation reflète également la « forte propension » des actionnaires à soutenir la banque, ce qui a été constamment démontré par des injections de capital et des réinvestissements de dividendes.

Dans le même temps, le profil de risque reste stable pour Afreximbank, dont le portefeuille présente toutefois, selon les critères de l’agence britannique, « une faible qualité de crédit ». Celle-ci reflète l’exposition d’Afreximbank à des structures « non souveraines » (83 % du total des prêts), dont la qualité de crédit est jugée « très faible » selon l’évaluation de Fitch. Tandis que les emprunteurs « souverains » affichent une note moyenne de « B- ». À l’inverse, l’évaluation du risque de crédit tient également compte d’un degré élevé de garantie des prêts (87 % du total des prêts à la fin de 2021). De plus, le risque de concentration est contenu, les cinq plus grandes expositions de la banque représentant 26% du portefeuille bancaire à la fin de 2021. En revanche, la concentration « géographique » est élevée, plus de la moitié du portefeuille d’Afreximbank est situé en Égypte (notée « B+ ») et au Nigeria (« B »), les deux principaux actionnaires de la banque, à la fin de 2021.

L’agence a également relevé sa notation relative au profil de liquidité, de « a- » à « a », ce qui note une certaine confiance à court terme. Afreximbank a utilisé des mesures d’atténuation du risque de crédit qui lui ont permis de maintenir un ratio de prêts non productifs (3,3 % à la fin de 2021) relativement faible, malgré l’environnement à haut risque dans lequel la banque opère. De plus, la banque dispose d’un accès facile aux marchés de capitaux, en cas de besoin.

Enfin, l’analyse prospective en matière de risques ne fait pas apparaître, aux yeux de Fitch, de risques spécifiques concernant Afreximbank, en dehors d’un hypothétique moindre soutien de ses actionnaires ou d’une possible détérioration de son profil de risque. L’aspect conjoncturel de l’économie africaine ne semble pas alarmer outre mesure les analystes de Fitch.  

@ABanker

 

Écrit par
Laurent Soucaille

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.