Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Afreximbank renforce son actionnariat privé

Banque Misr devient le premier actionnaire privé d’Afreximbank. L’établissement égyptien a largement souscrit à l’augmentation de capital de la banque du commerce. Laquelle marque par ailleurs son intérêt pour l’activité de leasing dans l’aéronautique.

Par Paule Fax

La Banque africaine d’Import-Export compte un nouvel actionnaire de référence issu du secteur privé. En effet, Afreximbank fait savoir que Banque Misr a largement répondu à son augmentation de capital, prévoyant un investissement total de 201,1 millions de dollars.

La banque égyptienne a déjà versé 80,5 millions $. Cette opération fait de Banque Misr le premier actionnaire privé d’Afreximbank ; l’essentiel du capital de la banque de développement du commerce étant détenu par ses États membres.

Cette prise de participation constitue « une réponse positive et stratégique à l’augmentation générale de capital en cours », se félicite Afreximbank. Banque Misr a ainsi augmenté sa participation dans Afreximbank de 3,1% à 5,8%.

Dernière minute – Comme prévu, Afreximbank et le secrétariat de la ZLECAf ont signé, ce 9 février 2022, un accord de gestion du fonds d’ajustement de la ZLECAF. Abondé également par l’Union africaine, ce fonds de 10 milliards $ viendra aider les pays susceptibles d’être perdants lors de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange. La réduction des droits de douanes se traduira par des pertes de revenus pour certains, ce qu’un mécanisme viendra compenser.

En juillet 2021, Afreximbank a procédé à une augmentation de capital de 6,5 milliards $, dont 2,6 milliards ont été versés. L’établissement souhaite renforcer sa capacité à faire face aux défis posés par les pandémies auxquelles l’Afrique est confrontée, tout en favorisant un développement commercial et économique durable à moyen et long terme.

Plus précisément, l’investissement permettra à Afreximbank de soutenir l’achat de vaccins contre la Covid-19. Puis d’encourager les efforts de reprise post-pandémie des économies des nations africaines, sans oublier de favoriser la mise en œuvre de la ZLECAf (Zone de libre-échange continentale africaine).

Les dirigeants des deux établissements voient aussi dans cette opération le témoignage de leur bonne entente stratégique et opérationnelle. Au cours des dernières années, leur coopération a permis d’améliorer l’accès au financement des PME égyptiennes ainsi que les échanges commerciaux du pays, y compris avec le reste de l’Afrique.

À ce propos, Mohamed Eletreby, président de la banque Misr souligne sa « relation durable avec Afreximbank » et assure de « son engagement à la soutenir pleinement dans ses efforts continus pour développer et libérer le potentiel de croissance du continent africain ». Ce qu’il qualifie de « mandat vital ».

Un appui aux compagnies aériennes

Selon Benedict Oramah, président d’Afreximbank, l’augmentation de capital « contribuera de manière significative à la capacité de la banque à mener les efforts de relèvement en cours de la crise sanitaire, à accompagner la mise en œuvre de la ZLECAf, tout en continuant à soutenir fortement le commerce de l’Égypte avec le reste de l’Afrique ». Cette opération renforcera les liens opérationnels entre les deux établissements.

D’autre part, Benedict Oramah a révélé, en marge du Forum africain des affaires de la CEA (Commission économique pour l’Afrique), qu’Afreximbank pourrait lancer sa propre plateforme de location d’avions. Cette initiative permettrait de répondre aux besoins cruciaux du continent en matière de logistique aérienne.

En effet, selon la CEA, il manque 243 nouveaux avions au continent pour lui permettre de répondre à ses besoins aériens, dans le cadre de la mise en œuvre de la ZLECAf. La création d’une société de leasing, dont les services sont garantis par un établissement solide comme Afrexibank, prend ici tout son sens.

« Nous travaillons avec une des compagnies aériennes leaders en Afrique pour mettre en place cette plateforme, parce que nous voulons retirer aux compagnies africaines qui le souhaiteront le risque financier qui consiste à acquérir ces avions », a déclaré Benedict Oramah.

Qui a précisé : « Nous sommes à un stade très avancé de ce projet ». Afreximbank pourrait ainsi équiper des compagnies avec des avions, sans qu’elles n’aient à s’endetter plus que de raison pour cela.

Selon le professeur Oramah, la solution proposée se veut complémentaire des actions déjà menées, notamment dans le financement des compagnies aériennes comme Air Ivoire, Ethiopian Airlines, mais aussi des transporteurs aériens du Nigeria. Afreximbank encourage d’ailleurs les compagnies africaines à réduire la complexité dans les paiements et favorise l’ouverture de nouvelles lignes aériennes sur le continent.

@ABKF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts