x
Close
African Banker

Afreximbank facilite les règlements internationaux

Afreximbank facilite les règlements internationaux
  • Publiéseptembre 29, 2022

La banque africaine du commerce se félicite du succès de son service AfPAY, qui facilite les transactions financières. Ce service, qui quitte sa phase de tests pour devenir opérationnel, pallie le retrait des banques traditionnelles dans ce domaine.

 

Ce 29 septembre 2022, l’African Export-Import Bank (Afreximbank) annonce le lancement commercial d’Afreximbank Trade Payment Services (ou « AfPAY », une intervention destinée à faciliter le règlement du commerce international à compte ouvert pour le compte d’institutions financières africaines identifiées et de leurs clients.

Afreximbank a développé ce produit spécifiquement pour répondre aux défis bancaires auxquels sont confrontées les économies africaines en raison du retrait de nombreuses banques internationales du continent. Retrait imputable à des exigences réglementaires et de conformité strictes ainsi qu’aux coûts, juge la banque du commerce.

Par ailleurs, le FEDA, Fonds pour le développement des exportations en Afrique, la branche d’investissement à impact d’Afreximbank, a procédé au premier « closing » de 670 millions de dollars, à travers ses quatre fonds spécialisés.

Au fil des ans, les institutions financières du continent ont souffert de la réduction de leur accès aux services de correspondants bancaires internationaux pour faciliter leur commerce international. Cette réduction des lignes commerciales a effectivement fermé l’accès des institutions financières africaines au reste du monde. « Le commerce est le premier moteur de la croissance, et l’incapacité des banques à participer aux transactions commerciales entraînera une réduction de la croissance de nos économies et une augmentation de la pauvreté », insiste un communiqué de la banque.

AfPAY était en phase pilote depuis plus d’un an maintenant. Désormais, cet outil facilite plus d’un demi-milliard de dollars de paiements mensuels dans les pays membres. Le Zimbabwe, notamment, a participé activement au projet pilote, vingt de ses institutions financières utilisant la solution.

Denys Denya est vice-président exécutif, Finances et Administration d’Afreximbank. Il commente : « Les banques africaines ont, depuis au moins une génération, été gênées par l’accès limité à des partenaires bancaires fiables prêts à soutenir leurs transactions commerciales transfrontalières. Nous sommes heureux d’introduire sur le marché un produit qui transforme cette dynamique et qui, nous en sommes convaincus, accélérera le commerce transfrontalier sur ce continent, en connectant l’Afrique à un écosystème financier international qui accélérera son développement et sa croissance économique. »

Par ailleurs, le FEDA, Fonds pour le développement des exportations en Afrique, la branche d’investissement à impact d’Afreximbank, a procédé au premier « closing » de 670 millions de dollars, à travers ses quatre fonds spécialisés. FEDA a pour mission de soutenir la croissance du commerce intra-africain, le développement des exportations à valeur ajoutée et l’industrialisation.

Sur les 670 millions $ levés, 270 millions $ seront destinés au fonds FEDA Direct Equity Fund I, qui investira en fonds propres et quasi-fonds propres. Quelque 250 millions $ seront alloués au Fonds d’Initiatives stratégiques, qui est un fonds captif créé par Afreximbank pour réaliser des investissements dans des projets à fort impact dans des secteurs essentiels à la croissance du commerce intra-africain et au développement des exportations à valeur ajoutée sur le continent africain.

De son côté, le fonds de dettes (Africa Credit Opportunities Fund, ACOF), qui a été conjointement créé par FEDA et Gateway Partners Group, recevra 125 millions $.  ACOF offrira une gamme diversifiée d’instruments de crédit qui permettront, à travers leurs investissements, de faciliter le commerce et de soutenir la croissance en Afrique.

Enfin, le quatrième fonds de FEDA sera un fonds de capital-risque, doté de 25 millions $ ; il réalisera des investissements dans des entreprises en phase de démarrage à fort impact à travers l’Afrique.

FEDA Investment Manager entend lever au total 1,3 milliard de dollars à travers ses quatre fonds d’ici à 2024.

Pour Benedict Oramah, président d’Afreximbank, ce « closing » constitue « une première étape dans le financement du déficit en fonds propres dans le secteur du commerce en Afrique ». Les différents fonds générés par FEDA « faciliteront et augmenteront également les investissements étrangers dans les secteurs du commerce et de l’exportation, en attirant des institutions de premier plan ayant un intérêt marqué pour le développement de l’Afrique ».

FEDA a également été sélectionné comme gestionnaire du Fonds d’ajustement de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). Ce fonds, qui devrait être opérationnel d’ici le premier trimestre 2023, est une collaboration entre le Secrétariat de la ZLECAf et Afreximbank.

Depuis 2021, FEDA a réalisé quatre transactions dans divers secteurs notamment dans un acteur majeur de l’industrie des réseaux de fibre optique en Afrique; dans un projet d’infrastructure devant faciliter l’approvisionnement en gaz en Afrique de l’Ouest ; dans un fournisseur de services logistiques panafricain avec une forte composante technologique permettant de faciliter le mouvement efficient des marchandises à travers l’Afrique de l’Est et de l’Ouest ; et dans l’un des principaux acteurs de l’industrie des biens de consommation en Mauritanie.

En bref

Un promoteur de l’art récompensé

Benedict Oramah, président d’Afreximbank), a reçu à Detroit (États-Unis), le prix Margaret H. Demant 2022 pour l’art africain, décerné par les Amis de l’art africain et afro-américain (FAAAA) du Detroit Institute of Arts.

Selon qui ce prix prestigieux a été décerné à Benedict Oramah en reconnaissance du soutien pionnier apporté par Afreximbank aux industries créatives et culturelles africaines sous sa direction. Ce soutien est illustré par des interventions telles que le programme artistique d’Afreximbank et l’initiative Creative Africa Nexus (CANEX).

@ABanker

 

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *