x
Close
African Banker

Afreximbank en soutien du Cameroun

Afreximbank en soutien du Cameroun
  • Publiéjanvier 29, 2024

Le Cameroun bénéficie d’une facilité de 200 millions d’euros. Un montant record pour le pays, qui peut apurer des arriérés de paiement au titre de 2023 et des exercices précédents, afin de repartir sur de meilleures bases financières.

 

La Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) a signé à Yaoundé un accord de facilité d’un montant de 200 millions d’euros pour soutenir le gouvernement du Cameroun dans la mise en œuvre de sa Stratégie nationale de développement. George Elombi, vice-président exécutif de la banque, a signé l’accord de facilité, le 26 janvier 224, ainsi que Louis Paul Motaze, ministre des Finances du Cameroun.

Selon les termes de l’accord, le gouvernement camerounais utilisera la facilité pour mettre en œuvre des projets d’infrastructure commerciale approuvés dans le plan de financement du pays dans le cadre de la Stratégie nationale de développement.

« Cette facilité reflète l’engagement continu d’Afreximbank à transformer les économies africaines grâce au développement du commerce africain ; elle permettra au Cameroun d’investir dans des infrastructures stratégiques pour le développement économique et social », résume George Elombi.  « Le financement ouvrira également la voie à des partenariats supplémentaires entre Afreximbank et le gouvernement en vue de soutenir la transformation structurelle de l’économie. »

Afreximbank s’est engagée à accroître sa présence en Afrique centrale et à soutenir le développement du commerce dans la région. Il s’est, en outre, dit convaincu que le financement aura un impact au niveau régional compte tenu du rôle du Cameroun en tant que leader économique au sein de l’Union monétaire et économique de l’Afrique centrale (UMEAC).

Cette facilité, qui marque une étape importante dans les relations entre Afreximbank et le gouvernement camerounais, est le plus grand financement jamais octroyé par la banque pour soutenir le développement économique du Cameroun, jugent les deux parties.

Concrètement, l’objectif de ce prêt est de financer « certains projets dans le secteur de l’énergie, certains entretiens et constructions des routes qui lient à certains corridors du commerce national et international, et aussi pour des importations des produits pétroliers ». De fait, cet appui sera consacré à la finalisation de certains projets de développement figurant déjà dans la Loi de Finance 2023, mais pour partie encore en instance de paiement au Trésor.

Au centre, le ministre Louis-Paul Motaze, entouré de George Elombi (Afreximbank) et Paul Tasong Njukang, ministre délégué, chargé de la Planification.

 

« Une autre partie sera consacrée à l’apurement des « restes à payer » des exercices antérieurs, afin de garantir la bonne exécution du budget 2024 et de réduire les délais de paiement de la dépense publique », a confié un membre du ministère des Finances au magazine Investir au Cameroun.

Cette ligne de crédit avec Afreximbank devrait permettre au Cameroun de régler les factures en souffrance de paiement des prestataires des marchés de certains projets de développement.

Afreximbank précise que le remboursement du prêt s’étale sur cinq ans après un délai de deux ans sans remboursements. Si le taux d’intérêt n’a pas été révélé, le ministère des Finances se félicite que le prêt ait été conclu dans « les meilleures conditions du marché ». Manière de dire que l’endettement du Cameroun n’en sera pas lourdement affecté. La dette du Cameroun avoisine les 42% du PIB, laissant le pays dans les dix moins endettés du continent.

*****

 

En bref

Vers la fin de la tutelle de l’État pour NFC Bank

 

Placé sous administration provisoire depuis novembre 2012, National Financial Credit Bank SA (NFC Bank) pourrait retrouver une gestion normale. En effet, selon la décision de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), il ne reste qu’à convoquer une assemblée générale pour nommer de nouveaux administrateurs. La Cobac pourrait alors valider ces nominations dès avril 2024. Et de facto, en valider l’actionnariat, dont on ne sait pas encore s’il comportera l’État du Cameroun. Le mandat de l’administrateur Julius Manjo Berdu, en poste depuis mars 2013, a été prolongé en ce sens.

Selon la Cobac, «  des avancées ont été réalisées dans le cadre de la restructuration de NFC Bank ». Le régulateur bancaire cite notamment l’augmentation du capital, initialement situé à 6,1 milliards de F.CFA (9,3 millions d’euros), autorisée en juillet 2023. Une augmentation rendue possible grâce à l’entrée de l’État dans le tour de table, précise le magazine Investir au Cameroun.

Au cours de l’exercice 2022, confirmant son redressement, NFC Bank a engendré un produit net bancaire de 12,8 milliards de F.CFA (19,5 millions d’euros). Une hausse de 34,7%, accompagnée d’un bond de 120% du bénéfice net.

@ABanker

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *