x
Close
Actualité African Banker

Afreximbank double son aide aux industries créatives

Afreximbank double son aide aux industries créatives
  • Publiénovembre 29, 2022

Après le succès du « Canex Wknd » qui vient de s’achever à Abidjan, la Banque africaine d’Import-Export passe à 1 milliard de dollars, jusqu’à 2025, son appui direct aux industries créatives et culturelles.

 

Organisateurs et participants semblent dresser un bilan particulièrement satisfaisant du Creative Africa Nexus Week-end (Canex Wknd). Cette manifestation, qui s’est déroulée du 25 au 27 novembre à Abidjan, a réuni ce que les industries créatives et culturelles africaines comptent de talents et de financiers.

Ce rendez-vous a servi de plateforme d’expression, d’échanges et de rencontres entre les différents acteurs culturels et créatifs issus de toute l’Afrique et de la diaspora, permettant de mettre en lumière le patrimoine culturel du continent. On le doit à Afreximbank, qui fait du financement et du développement des industries créatives et culturelles africaines, l’une de ses priorités. Et qui annonce une hausse des fonds alloués à celle-ci.

 « L’époque où la propriété intellectuelle des créateurs africains était abusivement exploitée par le reste du monde sera bientôt révolue, et nous verrons une nouvelle ère de grandes marques de la création émerger du continent pour conquérir le monde. »

Une préoccupation comprise par Patrick Achi, Premier ministre de Côte d’Ivoire, qui a procédé à la cérémonie d’ouverture de l’événement. « La culture est désormais le fuel puissant de nombreuses économies », a-t-il déclaré. En effet, la culture génère plus de 2 250 milliards de dollars chaque année, soit 3% du PIB mondial. C’est le secteur qui connait la croissance la plus rapide au monde avec un taux de croissance de 7% par an. L’Afrique pèserait 2,5 points de pourcentage dans cette croissance, soit 58 milliards $ par an. « L’Afrique doit prendre toute sa place dans le secteur de l’industrie créative, parce que le continent regorge d’énormes potentialités. Il nous faut faire collectivement demain plus, bien plus », a jugé le Premier ministre ivoirien.

Selon Françoise Remarck, vice-présidente d’Afreximbank, plus de 412 millions $ de contrats ont été signés durant ces trois jours de manifestation, entre sa banque et les acteurs de la culture. « Les objectifs ont été atteints et nous sommes déjà tournés vers le Canex 2023 qui sera quelque chose de grand », a-t-elle promis.

 

Pérenniser l’élan

Fort de ce succès, Afreximbank annonce un financement d’un milliard $ dédié au soutien des industries créatives africaines dans le cadre du programme Canex.

En 2020, la banque avait introduit un mécanisme de financement de 500 millions $ consacré à cette branche d’activité. Le dispositif est à présent presque entièrement épuisé. C’est pourquoi le doublement de la taille du mécanisme, pour une mise en œuvre au cours des trois prochaines années, à savoir jusqu’en 2025, permettra de maintenir et de pérenniser l’élan et l’impact lancé par le dispositif de financement initial.

Le Premier ministre ivoirien Patrick Achi, lors de l'inauguration du Canex Wknd, le 26 novembre 2022.
Le Premier ministre ivoirien Patrick Achi, lors de l’inauguration du Canex Wknd, le 26 novembre 2022.

 

« Nous espérons que l’expérience acquise lors de la mise en œuvre du mécanisme initial nous permettra d’offrir à l’industrie une solution plus efficace, susceptible de développer davantage votre activité. Nous comptons utiliser ce dispositif de financement pour soutenir nos jeunes talents », explique Benedict Oramah.

Le président d’Afreximbank précise : « Le programme est destiné à financer toutes les activités de la chaîne de valeur de l’industrie créative et culturelle, de la production de contenu à la distribution. Il soutient le développement d’infrastructures pour la création de contenu, la conception de produits, la distribution, la logistique et l’acquisition de propriété intellectuelle. Les activités du secteur créatif et culturel couvertes comprennent le sport, la mode, la musique, le cinéma, l’art, y compris les arts du spectacle, les médias et la technologie. »

À ce jour, le mécanisme d’appui aux industries culturelles et créatives de la Banque a permis de soutenir la production de films, dans certains cas en partenariat avec Netflix. Il a fourni des lignes de crédit à certaines banques africaines en soutien à des activités créatives à caractère  commercial. Elle soutient, également, la confection de vêtements, grâce au financement d’usines et de points de vente. En outre, le portefeuille d’opérations comprend un soutien au développement d’arènes pour le sport et à la commercialisation de technologies destinées à l’industrie du jeu.

 

Protéger la propriété intellectuelle

Parallèlement, Afreximbank participe à un fonds de capital-risque de 100 millions $, auquel elle abonde à hauteur de 25 millions $. Et pour pallier le manque d’institutions sur le continent pouvant accompagner la commercialisation des droits de propriété intellectuelle africains, la banque a créé et enregistré Canex Creations Incorporated, une entité qui soutiendra la protection et la commercialisation des droits de propriété intellectuelle africains.

« L’époque où la propriété intellectuelle des créateurs africains était abusivement exploitée par le reste du monde sera bientôt révolue, et nous verrons une nouvelle ère de grandes marques de la création émerger du continent pour conquérir le monde », promet « Professeur Oramah ».

Selon qui Canex Creations Incorporated aidera à générer de la propriété intellectuelle dans l’industrie créative et culturelle, s’assurera qu’elle est légalement protégée, appuiera la négociation de l’utilisation et de la commercialisation ainsi que la distribution des compensations lorsqu’elles sont reçues. Ce véhicule s’appuiera sur le fonds de capital-risque pour réaliser des investissements stratégiques dans la production et l’incubation de talents, la commercialisation et la distribution de contenus créatifs sur le continent.

Enfin, l’initiative Canex Presents Africa permet aux créateurs africains de présenter leurs produits sur des plateformes de mode internationales, y compris le défilé de la Portugal Fashion Week et dans les salles de vente du salon Tranoï de la Paris Fashion Week, leur donnant ainsi accès à un public mondial, à des distributeurs, à des négociants et aux médias internationaux.

@ABanker

 

 

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *