Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Assemblées de la BAD : Ne pas transiger devant l’urgence climatique

Les Assemblées générales de la Banque africaine de développement ont été l’occasion pour les principaux intervenants de rappeler l’urgence face au rebond de la pandémie. Elles ont également permis de débattre des grands enjeux autour des questions des bouleversements climatiques et de la nécessité d’une croissance verte et résiliente.

Par Marie-Anne Lubin

Pour la plupart, les intervenants aux panels organisés par la Banque africaine de développement, à l’occasion de ses Assemblées annuelles, ont mis l’accent sur l’urgence d’une action globale et de l’augmentation des financements climatiques à la hauteur des défis.

Dans la perspective de la COP26 de Glasgow, prévue en novembre 2021, ils ont plaidé en faveur de financements supplémentaires pour le continent.

« La reprise post‑covid-19 de l’Afrique doit être inclusive et prendre en compte les 600 millions d’Africains dans une insécurité énergétique », a expliqué Amina Mohamed (Nations unies) qui a rappelé que l’Afrique consacre 5% de son PIB pour répondre aux catastrophes climatiques, chaque année.

« L’Afrique a besoin d’un appui massif pour s’adapter au changement climatique », a expliqué le président de la BAD, Akinwumi Adesina. Sachant que les pays africains doivent parallèlement relever le défi de rebâtir leurs économies dans un contexte post‑Covid-19 ; « ils comptent pour moins de 4% des émissions de gaz à effet de serre mais subissent les pires effets du changement climatique. » 

La BAD n’est pas restée inactive. Elle a fait passer la proportion de fonds alloués au changement climatique de 9% en 2016 à 35% en 2019, avec l’objectif d’atteindre 40% d’ici à fin 2021. En partenariat avec le Centre mondial pour l’adaptation, elle a lancé un programme d’accélération de l’adaptation en Afrique et compte mobiliser 12,5 milliards de dollars supplémentaires en faveur de l’adaptation climatique.

Depuis l’entrée en vigueur de l’accord de Paris en 2016, la BAD a investi 12,3 milliards $ dans des actions liées au climat et s’engage à mobiliser 25 milliards $ de financement climatique pour l’Afrique d’ici à 2025. Au niveau mondial, la proportion du financement climatique consacrée à l’adaptation est passée de 37% en 2016 à un niveau record de 63% en 2020.

Ban Ki-moon, président de l’Institut mondial pour la croissance verte (Global Green Growth Institute) a mis l’accent sur le contexte difficile mais rappelé la nécessité d’agir, car « l’échec serait une tragédie ».

Ban Ki Moon

Selon l’ancien secrétaire général des Nations unies, l’Afrique doit saisir les opportunités pour accélérer sa transformation soucieuse de l’environnement et verdir son économie. Elle devrait aussi utiliser des technologies propres pour créer des emplois verts, améliorer les solutions axées sur la nature et promouvoir l’agriculture intelligente qui soutiendra les petits planteurs.

Des solutions financières innovantes

De son côté, le directeur général du Fonds vert pour le climat, Yannick Glemarec a fait observer une difficulté à surmonter : il faudra augmenter les investissements climatiques sans accroître l’endettement des pays. Une des solutions serait de réduire ou d’abattre les barrières d’investissement car, « les pays ayant une politique d’énergie verte attirent 7% de plus d’investissements ».

Pourtant, a-t-il prévenu, « une transition rapide vers une économie résiliente à effet climatique zéro demandera beaucoup plus d’investissements qui traitent des impératifs humanitaires, de l’inclusion sociale et de la réduction de la pauvreté ».

Amina Mohammed, secrétaire générale adjointe des Nations unies a souligné que l’Afrique dépense déjà 5% de son PIB (soit 335 millions $) par an pour répondre aux catastrophes climatiques. « La reprise post‑covid-19 de l’Afrique doit être inclusive et prendre en compte les 600 millions d’Africains qui sont dans une insécurité énergétique. »

Amina Mohammed

Aussi, toutes les solutions innovantes sont-elles les bienvenues. Le ministre de la Planification économique des Seychelles, Naadir Hassan, a expliqué que son pays a redirigé 21 millions $ de sa dette vers un fonds fiduciaire utilisé dans des projets d’adaptation ; le pays a également lancé l’émission d’une première obligation bleue.

Divers ambitieux programmes sont déjà en chantier, comme le PAAA (Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique) qui doit mobiliser 25 milliards $. « L’engagement mondial est de 100 milliards, c’est beaucoup d’argent mais c’est réalisable », a soutenu Patrick Verkooijen, président du Centre mondial pour l’adaptation climatique. « Cette promesse faite il y a presque dix ans doit être tenue », a insisté Akinwumi Adesina. 

Pour sa part, la BAD investit dans divers projets pour soutenir la transition énergétique et la croissance verte. Ainsi, en est-il du Projet d’énergie éolienne du lac Turkana de 70 mégawatts, projet éolien le plus important en Afrique subsaharienne, de l’Initiative « Desert to power » qui compte produire 10 gigawatts pour fournir l’électricité à 250 millions de personnes au Sahel. Sans oublier la Grande muraille verte qui mobilisera quelque 6,5 milliards $.

Malu

EN BREF – Appel à propositions

Le Fonds pour les changements climatiques en Afrique (FCCA), hébergé par la BAD, lance un troisième appel à propositions sur l’égalité des sexes et la résilience climatique sur le continent.

Cet appel porte sur les projets axés sur la lutte contre l’accès inégal des femmes et des hommes aux ressources nécessaires pour s’adapter au changement climatique et atténuer les émissions de gaz à effet de serre.

Les projets devraient également soutenir la transition des pays africains vers un développement résilient au changement climatique, à faible émission de carbone, avec des possibilités accrues d’accès au financement climatique et prenant en compte l’égalité des genres.

L’appel à propositions est ouvert aux gouvernements africains, aux organisations régionales, aux fonds africains, aux organisations non gouvernementales et aux institutions de recherche.

Malu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts