Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Une offre de prêt et d’épargne chez MTN Cameroun

Au Cameroun, la filiale de MTN s’apprête à lancer sa plateforme bancaire en ligne. Elle proposerait des crédits et des comptes d’épargne, via des partenaires financiers. Un concurrent de poids dans le microcrédit en Afrique centrale.

Par Paule Fax

L’été semble propice aux progrès en matière de banque en ligne. Tandis qu’Orange Bank Africa dévoile ses avancées en Afrique de l’Ouest, MTN Cameroun serait en train de finaliser la plateforme qui lui permettra d’offrir des services de microcrédit et d’épargne via le mobile. « Il reste des petits réglages à faire », confie un proche du dossier au site Investir au Cameroun, expliquant ainsi pourquoi la communication officielle se fait attendre.

La société constituerait une plateforme de distribution de services d’épargne et de crédit au profit de ses partenaires financiers. Un modèle similaire à ceux de MTN Ghana et de M-Shwari, au Kenya.

L’opérateur de téléphonie mobile, filiale du groupe sud-africain MTN, était déjà le premier à lancer le service de porte-monnaie mobile dans la version qu’on lui connaît aujourd’hui. Il a aussi été le premier à permettre le transfert direct de porte-monnaie mobile à un autre, au sein de la plateforme du Gimac (Groupement interbancaire monétique de l’Afrique centrale). Laquelle regroupe désormais la plupart des acteurs du secteur.

MTN Cameroun avance ainsi dans le domaine du microcrédit. En plus d’effectuer des transactions de dépôts et de transfert d’argent, les clients Mobile Money auront désormais la possibilité de demander des petits prêts. À l’inverse, les dépôts rémunérés permettront de percevoir des intérêts sur les sommes conservées dans un compte de portefeuille mobile.

Sur le plan opérationnel, MTN s’est appuyé sur la plateforme créée par Credixcam, une jeune entreprise camerounaise spécialisée dans le domaine, filiale de l’américain Digitaloan. Le service, « MoMokash », permet aux personnes qui souhaitent en bénéficier de souscrire via un code saisi sur le téléphone.

La gestion du système de paiement sera désormais assurée par Mobile Money Corporation, filiale de MTN Cameroun en charge de gérer les services d’émission de monnaie électronique, mais aussi ceux de dépôt et de retrait de fonds.

Cette dernière s’est récemment mise à jour avec les règles de fonds propres de la Commission bancaire d’Afrique centrale qui imposent 600 millions de F.CFA de capitaux propres, au minimum, aux sociétés prestataires de services de paiement.

Une niche porteuse

Le capital social a été porté à 850 millions de F.CFA par l’ajout de 800 millions de F.CFA (1,22 million d’euros) d’apport en numéraire. MTN Cameroon, MTN International et Broadband Telecom Ltd ont été retirés avec effet immédiat en tant qu’administrateurs de Mobile Money Corporation.

De son côté, Orange Money Cameroun, prestataire de services de paiement de l’opérateur de télécoms Orange Cameroun, est doté d’un capital social de 1,2 milliard de F.CFA (1,83 million d’euros).

Pour les services de microcrédit et d’épargne, l’opérateur de téléphonie a signé des accords avec plusieurs institutions de microfinance au Cameroun. Ainsi, MTN n’accorderait-il pas lui-même les microprêts.

Il constituera ue plateforme de distribution de services d’épargne et de crédit au profit de ces établissements financiers. Un modèle similaire à ceux de MTN Ghana et de M-Shwari, au Kenya.

Amende de 330 milliards de Nairas : MTN Nigeria règle ses comptes ...Amende de 330 milliards de Nairas : MTN Nigeria règle ses comptes ...

Outre MTN et en attendant l’éventuelle arrivée de Orange Bank Africa en Afrique centrale, des entreprises indiennes et américaines sont déjà présentes, pour proposer des plateformes de gestion d’épargne et de crédits par téléphone. Les offres pourront donc se multiplier très bientôt.

Il reste des inconnues liées à la régulation du secteur. Ainsi, quels seront les taux d’intérêt demandés aux emprunteurs et les taux d’intérêt versés aux « épargnants » ?

Au Kenya, pourtant pionnier en la matière, de nombreux emprunteurs ont été lésés par des taux d’intérêt exorbitants. La Banque centrale cherche à remettre de l’ordre dans le système en contrôlant davantage les crédits et les taux pratiqués.

De même, il reste à préciser les liens contractuels entre les opérateurs de téléphonie et les banques. Lesquelles pourront, quoi qu’il arrive, toucher davantage de clients sans ouvrir d’agences. La microfinance via mobiles semble une niche prometteuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This