Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Un semestre solide pour Afreximbank

Afreximbank publie des résultats financiers semestriels conformes aux attentes. La banque a reçu l’aval de ses actionnaires pour augmenter son capital. Elle poursuit ses actions d’urgence face à la crise sanitaire et la modernisation du commerce africain pour le long terme.

Par Marie-Anne Lubin

La Banque africaine d’import-export (Afreximbank) entend confirmer, ces prochains mois, un premier semestre 2021 de bonne facture. Les résultats font apparaître un bénéfice net de 168,9 millions de dollars sur la période, soit une augmentation de 12 % en un an.  En grande partie, ce résultat a été atteint en grâce à la croissance des intérêts créditeurs et à une diminution de 13 % des intérêts débiteurs, résultant d’une combinaison de financement rentable, fait savoir l’établissement.

Le total des actifs d’Afreximbank a augmenté de 5,5% pour atteindre 20,37 milliards $ au 30 juin 2021, contre 19,31 milliards $ au 31 décembre 2020. Cela s’explique principalement par l’augmentation des prêts et avances et de la trésorerie et des équivalents de trésorerie. De même, les fonds propres de la banque ont augmenté de 5,1% à 3,54 milliards $ par rapport à la position au 31 décembre 2020. Ceci reflète, explique la société, le soutien des actionnaires et une forte capacité de génération de capital interne.

 « Les six premiers mois de l’année ont été marqués par une dynamique positive, l’économie africaine s’étant relevée des défis rencontrés l’année précédente », résume Denys Denya, vice-président exécutif d’Afreximbank en charge des finances, de l’administration et des services bancaires. Qui se félicite : « Malgré les défis continus de la Covid-19, nous avons enregistré une croissance de 12% de la rentabilité d’une année sur l’autre et achevé la période dans une situation financière solide. »

Au sujet de la pandémie, « Afreximbank continue de jouer un rôle important dans la lutte contre la Covid-19 en Afrique », insiste la société. Laquelle a décaissé plus de 6,5 milliards $ par le biais de la Facilité d’atténuation de l’impact des pandémies sur le commerce (Patimfa).

La banque soutient également l’achat et le déploiement de 400 millions de doses de vaccins dans les pays membres de l’Union africaine par le biais du dispositif AVAT (African Vaccine Acquisition Trust), dont elle est l’un des principaux partenaires. L’acquisition des vaccins par AVAT a été rendue possible grâce à une facilité de garantie de 2 milliards $ fournie par Afreximbank. Laquelle a également agi en tant que conseiller financier et transactionnel, garant, fournisseur de facilité de paiement échelonné et agent de paiement sur cette facilité.

Des initiatives de pointe

Pour « permettre et renforcer les ambitions de croissance d’Afreximbank », son Conseil d’administration a reçu l’aval des actionnaires afin de lui permettre une augmentation de capital de 2,6 milliards $. L’opération devrait être mise en œuvre et achevée d’ici le 31 décembre 2023. En outre, Afreximbank a clôturé avec succès une double émission d’obligations à échéance, au deuxième trimestre, qui est la plus longue échéance de la banque et la transaction la plus importante jamais réalisée sur les marchés des capitaux d’emprunt.

Conformément à son objectif de dynamiser le commerce intra-africain, la banque a réalisé des avancées significatives dans la mise en œuvre des obligations collaboratives de transit (garantie de transit continentale). Cette initiative qui devrait améliorer considérablement le commerce intra-africain, en particulier par les pays enclavés, est en cours de préparation pour être mise en œuvre à titre pilote au sein du Comesa (Marché commun de l’Afrique orientale et australe).

Denys Denya

À cette fin, la banque participe à la mise en œuvre de l’accord régional de garantie ou de caution de transit douanier du Comesa et s’attend à ce que près de 200 millions $ soient déployés, à moyen terme, à l’appui de cette initiative régionale. Elle pourrait en dire davantage lors de la deuxième foire commerciale intra-africaine (IATF2021), qui se tiendra à Durban, en Afrique du Sud, du 15 au 21 novembre 2021.

Enfin, la direction continue de se concentrer sur toutes ses initiatives de pointe axées sur la technologie, considérant qu’elles constituent une passerelle vers l’amélioration de l’efficacité commerciale en Afrique. Ces initiatives technologiques, ainsi que l’incorporation d’AfrexInsure (l’activité de courtage d’assurances) « permettront, à long terme, de stimuler et d’améliorer les commissions et les revenus de la banque ».

« Nous sommes convaincus que la solide situation financière et la trajectoire de croissance d’Afreximbank nous fournissent une base solide pour soutenir le continent et maintenir son rebond économique au second semestre 2021 », conclut Denys Denya.

Malu

ENCADRE

Le PAPSS en bonne voie

Poursuivant la mise en œuvre du PAPSS (Système panafricain de paiement et de règlement), Afreximbank fait savoir que l’intégration des six banques centrales de la Zone monétaire ouest-africaine sur la plateforme est désormais achevée.

Le Conseil d’administration du PAPSS et le personnel clé sont désormais en poste ; ainsi, la phase pilote du projet a commencé. En cas de succès, le système sera déployé sur le reste du continent, plus tard dans l’année. Une fois opérationnel, ce système de paiement garantira que les revers dans les transactions en devises entre les commerçants n’entravent pas le succès de la ZLECAf (Zone de libre-échange continentale africaine).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts