Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Succès pour l’émission obligataire de Ecobank Nigeria

La filiale nigériane de Ecobank a récolté 300 millions de dollars lors d’une émission obligataire réalisée par une structure européenne. Dans un contexte de marché volatil, l’émetteur a obtenu un coupon des plus faibles.

Par Paule Fax

Ecobank Nigeria a levé 300 millions de dollars sur les marchés obligataires. L’obligation à taux fixe, libellée en dollars a une échéance de cinq ans, à compter du 16 février 2021. Elle offre un taux d’intérêt de 7,125%. L’opération aurait été sursouscrite 3,7 fois.

Les agences de notation Fitch Rating et S&P ont émis une notation de « B- » à cette obligation, cotée en Bourse de Londres. Selon le groupe Ecobank, « le coupon représente le plus bas jamais atteint par une institution financière nigériane pour une obligation de référence ». Pour autant, l’émission a suscité un intérêt important de la part des investisseurs internationaux.

La holding de tête ETI (Ecobank Transnational Incorporated) du groupe a coopté Hervé Assah, originaire du Congo Brazaville, en tant qu’administrateur non exécutif indépendant de la région Cemac, à son conseil d’administration.

La transaction s’est ouverte avec une indication initiale de prix de 7,75 % pour finalement clôturer à 7,125 % du fait de la forte demande. « Le succès de la transaction a démontré le vif intérêt des investisseurs internationaux pour la filiale de Ecobank au Nigéria, attestant ainsi de la solidité du groupe », se réjouit ce dernier. Une grande moitié (56%) des souscripteurs était géographiquement basée en Afrique ; on relevait 27% d’institutionnels britanniques, et 17% d’investisseurs du reste de l’Europe.

Cette émission marque la première obligation d’Afrique en 2021, hors dette souveraine des États. Elle donne à Ecobank l’accès aux marchés internationaux des capitaux d’emprunt et des conditions de crédit plus favorables, à la mesure de sa solide position financière et de sa robuste structure de capital.

Pour les investisseurs internationaux, elle représentait une opportunité intéressante de développer leur présence au Nigeria. Cette transaction a fait suite à une série de présentations en ligne aux investisseurs internationaux, avec plusieurs institutions financières internationales de premier ordre, dirigées par Citigroup, Mashreq Bank, Renaissance Capital et Standard Chartered Bank en tant que chefs de file et responsable de registres.

Diversifier les sources de financement

À propos de cette émission, Patrick Akinwuntan, directeur général de Ecobank Nigeria, a salué le succès de l’opération, « malgré l’environnement international et suite à une émission réussie de 50 milliards de nairas en décembre 2020 ».

À travers cette émission obligataire, Ecobank Nigeria  s’« emploie activement à optimiser la structure de son capital, alors qu’elle poursuit sa stratégie de croissance à moyen terme en s’imposant comme un des principaux acteurs panafricains du commerce international et des moyens de paiements ».

La direction de Ecobank Nigeria juge que ses activités de mobilisation de capitaux sont « des étapes clés pour consolider la filiale au-delà des ratios réglementaires, en plus de diversifier les sources de financement à moyen terme ».

Par ailleurs, la holding de tête ETI (Ecobank Transnational Incorporated) du groupe a coopté Hervé Assah, en tant qu’administrateur non exécutif indépendant de la région Cemac (Afrique centrale), à son conseil d’administration. Ressortissant du Congo Brazzaville, Hervé Assah totalise près de quarante ans d’expérience à des postes de responsabilité dans divers domaines.

Notamment le conseil en investissement et en finances, le développement du commerce mondial, les partenariats public-privé sur les marchés émergents, le développement régional et la stratégie commerciale. Il est associé directeur d’Aequaria Capital, une société de gestion de fonds axée sur les entreprises en croissance en Afrique subsaharienne.

Pendant plus de vingt ans, Hervé Assah a occupé des postes de haut niveau à la Banque mondiale notamment celui de Spécialiste principal du développement du secteur privé. Il a également travaillé à la BAD (Banque africaine de développement), chez BNP-Paribas, à la Deutsche Bank.

EcoBank Nigeria

Rappelons que selon des données non consolidées, Ecobank Group a enregistré en 2020 un bénéfice net de 94 millions $, contre 274,9 millions $ un an plus tôt. Sans surprise, le groupe a subi les effets de la crise sanitaire, qui l’a obligé à gonfler les provisions pour risque de 70%. En revanche, les pertes sur opérations de change ont été limitées à 52 millions $ contre 243,2 millions en 2019. De plus, les revenus d’intérêt ont augmenté, le groupe mettant fin à une série négative dans ce domaine.

PF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts