Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

Les banques sud-africaines culminent

La forte progression (11 %) de ses fonds propres, à 4,7 milliards $, a permis à Attijariwafa Bank, de se hisser au 4e rang (5e rang l’an dernier). Son total de bilan s’est chiffré à 53 milliards $, soit une hausse de 26 %. La banque est implantée dans de très nombreux pays d’Afrique, en particulier les pays francophones. La National Bank of Egypt la talonne, avec des fonds propres de 4,6 milliards $ (15 % de plus que l’an dernier) et un total de bilan de 86 milliards $.

La sud-africaine Nedbank, au 6e rang, a perdu trois places, bien que ses fonds propres soient très proches de ceux de ses rivales. À 4,6 milliards $, ils ont fondu de 10 % tandis que son total de bilan, à 67,5 milliards $, a diminué de 8 %. On voit néanmoins que ces baisses sont inférieures à la dépréciation du rand, ce qui signifie qu’en devise locale, la banque a affiché une croissance.

Le classement a peu varié pour les banques situées entre le 7e et le 12e rang mais les chiffres des banques algériennes sont ceux de fin 2017, alors que ceux de ses rivales datent de fin 2018. La sud-africaine Investec Bank présente les plus fortes hausses en une année : 20 % de ses fonds propres (2,9 milliards $), 18 % de son total de bilan à 37,5 milliards $ et 64 % de son résultat net (395 millions $).

Essor des banques égyptiennes

FirstRand détient toujours le meilleur rendement des actifs (ROA) à 1,7 % et le meilleur rendement des fonds propres (ROE) à 29,2 % des dix premières banques. Seule Capitec (qui demeure à la 22e place) parvient à surpasser les plus grandes banques sud-africaines avec un ROE de 32,3 %.

Toutefois, des bénéfices bancaires élevés sont monnaie courante au Nigeria et en Égypte, où plusieurs banques atteignent un ROE supérieur à 30 %. La nigériane Guaranty Trust Bank, qui est passée du 18e au 25e rang, a enregistré un ROE de 47 %. En Égypte, Commercial International Bank a obtenu un ROE de 38,9 % et QNB Al Ahli de 33,6 %.

Certaines des banques qui ont le plus progressé cette année sont des banques égyptiennes qui ont profité de l’embellie économique du pays. La Banque du Caire a grimpé du 63e rang au 51e en un an. Son succès est lié à un bond de 29 % de ses fonds propres, qui s’élèvent à 454 millions $.

HSBC Bank Egypt a affiché une progres­sion encore plus spectaculaire, avec une hausse de 46 % de ses fonds propres, à 436 millions $. La banque a ainsi bondi de la 73e à la 52e place. À noter la forte ascension de la mozambicaine Millennium Bim, du 70e au 53e rang, portée par une augmentation de 39 % de ses fonds propres (436 millions $) tandis que son total de bilan a progressé de 26 % (2,4 milliards $).

Parmi les nouveaux entrants les plus remarqués, citons l’égyptienne Bank Audi (80e rang), avec des fonds propres de 256 millions $, la nigériane Sterling Bank (81e rang) avec 244 millions $.

La kényane Prime Bank (au 92e rang avec 212 millions $ de fonds propres), la Société Générale Côte d’Ivoire au 93e avec 209 millions, Ecobank Ghana (97e avec 202 millions $) et Barclays Bank of Ghana (99e avec 194 millions $) figurent également au classement pour la première fois.

ENCADRE

Les banques de développement d’Afrique sont-elles performantes?

Les banques de développement ne sont pas incluses dans le classement des banques d’African Banker mais elles y figureraient en bonne place. Les fonds propres de catégorie 1 de la Banque africaine de développement se chiffraient à 9,9 milliards $ en décembre 2017, ce qui lui aurait valu la deuxième place du Top 100. Elle a dégagé un résultat net de 251,4 millions $ et un total de bilan de 46,4 milliards $.

Afreximbank (la Banque africaine d’Import-Export), basée au Caire, a enregistré un résultat net très élevé de 275,9 millions $ en 2018. Ses fonds propres ont atteint 2,3 milliards $, plaçant la banque au 13e rang du palmarès, et son total de bilan s’élevait à 13,4 milliards $. TDB (autrefois baptisée PTA Bank, puis Banque de commerce et de développement), dont le siège social se situe à Nairobi, affiche un résultat net de 129,3 millions $, des fonds propres de 1,1 milliard $ et un total de bilan de 5,6 milliards $.

La Banque de développement de l’Afrique de l’Est, basée à Kampala, a obtenu de moins bons résultats avec 10,2 millions $ de résultat net en 2017, des fonds propres de 251,1 millions $ et un total de bilan de 390,4 millions $. Les chiffres n’ont pas été communiqués pour d’autres établissements comparables, telle que la Banque de développement d’Afrique du Sud.

ENCADRE

Méthodologie

Le palmarès des 100 premières banques d’Afrique classe les banques selon les fonds propres de catégorie 1, constitués de leurs fonds propres, auxquels s’ajoutent les réserves, les bénéfices non distribués et les intérêts minoritaires.

Les chiffres en monnaie locale sont convertis en dollars au taux de change en vigueur au 31 décembre 2018. D’autre part, l’étude utilise généralement les derniers résultats disponibles au moment de l’analyse des données, fournies par Bankers’ Almanac et l’équipe de recherche d’African Banker. Quelques banques ont été exclues en raison de l’ancienneté des données ou de leur manque de fiabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts