Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

La BIAT fait preuve de résilience

La Banque arabe internationale de Tunisie a plutôt bien traversé les premiers mois de 2020. La première banque tunisienne a dégagé des résultats positifs et une hausse de son produit net bancaire. Elle ne cache pas ses incertitudes pour 2020.

Par Marie-Anne Lubin

La BIAT (Banque arabe internationale de Tunisie) a subi, comme les autres banques tunisiennes, un ralentissement de ses revenus au premier semestre.

Toutefois, la bonne tenue du produit net bancaire (PNB) et de ses résultats laissent apparaître de fortes capacités de résilience, bien que rien n’indique un rebond sensible de ses opérations, face à l’incertitude, préviennent ses dirigeants.

« La BIAT dispose de facteurs de résilience significatifs lui permettant de faire face à cette crise et de poursuivre sa mobilisation pour l’accompagnement de ses clients et de l’économie », jugent ses dirigeants.

En effet, le pnb a atteint 466,3 millions de dinars tunisiens (143,7 millions d’euros) au premier semestre, contre 453 millions un an plus tôt. Certes, l’augmentation de 2,9% est très éloignée de l’estimation de +13,8% envisagée en début d’exercice, mais la BIAT s’en sort mieux que certaines de ses consœurs.

La crise sanitaire a pensé sur les marges des produits financiers, celles sur les commissions et autres revenus non bancaires, notamment sur les opérations de change. Ces dernières sont demeurées stables (+0,2%) sur la période, là où les dirigeants prévoyaient un bond de 15%. Le volume des changes en billets de banque étrangers a chuté de 19% sur la période, contre une hausse attendue de 40%.

En données agrégées, la BIAT a enregistré des produits d’exploitation bancaire de 721,4 millions de dinars (222,2 millions d’euros), contre 739,626 millions au 30 juin 2019. Sur la période, la banque a réussi à diminuer ses charges d’exploitation bancaire, à 255,1 millions de dinars (contre 286,6 millions). En revanche, les charges non bancaires ont fortement augmenté, du fait des éléments exceptionnels dus à la réponse à l’épidémie.

De son côté, le résultat d’exploitation ressort en hausse de 21,8 millions de dinars, à 200,2 millions. Enfin, compte tenu des éléments exceptionnels négatifs de 25,1 millions de dinars, le résultat net tombe de 4,7 millions, à 102,1 millions de dinars (3,15 millions d’euros). Le total de bilan au 30 juin est quasi stable, à 16,203 milliards de dinars (+1%).

Des mesures de réduction des risques

La crise sanitaire par les gouvernements à l’échelle mondiale (confinement général, distanciation physique, blocage des transports…), ont lourdement pesé sur l’économie tunisienne. Plusieurs moteurs de sa croissance sont demeurés à l’arrêt, quand bien même le pays a plutôt bien résisté à l’épidémie elle-même.

L’investissement, la consommation et l’exportation ont été pénalisés, de même que l’activité touristique, grande pourvoyeuse de revenus, de transactions financières et de devises. Pour la BIAT, l’activité crédit a été affectée, même si l’établissement revendique 25 000 octrois de crédits pour sa clientèle Particuliers en Entreprises, au premier semestre.

Afin de concourir au redressement de l’économie tunisienne, la BIAT a appliqué les mesures de reports de remboursements de crédits, tant pour les particuliers (les étudiants, par exemple) que les entreprises. Afin d’en provisionner les risques, elle a créé des comptes miroir lui permettant d’enregistrer les retards de rentrées, sans pénaliser ses clients ni ses ratios de solvabilité.

 

De plus, la BIAT a consenti, en matière de provisions collectives, un effort de couverture supplémentaire d’un montant de 6,7 millions de dinars. Ce qui permet à la banque de revendiquer des facteurs de résilience significatifs, lui permettant de faire face à la crise et d’assurer la continuité de ses activités. Implantée sur tout le territoire, la BIAT compte aujourd’hui 205 agences à travers toute la Tunisie. Elle compte plus de 2000 salariés.

Évoquant les perspectives pour l’exercice 2020, les dirigeants de la BIAT préviennent que les mesures de prévention du virus de la pandémie de la Covid-19 pourraient être renforcées et perdurer dans le temps. Perdurerait aussi le manque de visibilité sur les retombées économiques et sociales de l’épidémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This