Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker

La Banque centrale populaire combative

Dans un contexte difficile, le groupe Banque centrale populaire affiche une stabilité de son chiffre d’affaires. Le conseil d’administration fait le point sur la situation présente, après l’arrêt des comptes du premier trimestre.

Par Kimberly Adams 

Lors des trois premiers mois de l’année, la BCP (Banque centrale populaire) a consolidé ses parts de marché, affichant une hausse de 1% de son produit net bancaire. Face à la propagation de l’épidémie de la Covid-19, qui a contraint le Maroc au confinement à partir du 20 mars, la banque n’est pas restée inactive.

Partant de « fondamentaux solides », le groupe BCP « demeure confiant quant à sa capacité à dépasser cette crise et contribuer activement à la relance de l’économie du pays », considère le conseil d’administration.

Elle a fait don d’un milliard de dirhams (92,4 millions d’euros) au fonds de lutte contre le coronavirus et organisé une collecte au profit de ce même fonds auprès de ses clients et ses collaborateurs. Recueillant un peu plus de 125 millions de dirhams. Le groupe a également été en première ligne dans l’indemnisation des affiliés à la Sécurité sociale et a fédéré le secteur bancaire, les établissements de paiement et les associations de microcrédit.

Le groupe a mobilisé, pour sa part, plus de 2 000 automates bancaires, 3 000 points de service physiques et une quarantaine d’agences mobiles à travers les différents réseaux : agences bancaires, Chaabi Cash, Tasshilat et Attawfiq Micro-Finance, en zones urbaine et rurale.

Bond des services en ligne

Parallèlement, un « effort important » a été consenti par BCP afin de garantir la sécurité de ses salariés et de l’ensemble de ses clients et partenaires. La banque a aussi capitalisé sur les investissements réalisés pour le développement des services bancaires en ligne, pour demeurer au plus près de ses clients pendant la période de confinement et répondre à l’ensemble de leurs attentes.

Les canaux digitaux ont ainsi enregistré des utilisations en très forte hausse (+130%), « une tendance qui semble désormais irréversible », notent les dirigeants. D’autre part, la banque a instauré la gratuité des services et opérations bancaires en ligne pour l’ensemble de ses clients.

En tant qu’acteur majeur du paysage bancaire marocain, le groupe BCP a déployé toutes les mesures décidées de concert avec Bank Al Maghrib et la Caisse centrale de garantie pour soutenir les entreprises et les personnes impactées par cette pandémie. Il a accordé des reports d’échéance au profit de 85 000 clients (personnes physiques et entreprises).

Ce sont également près de 5 500 entreprises au Maroc, dont une majorité de TPE, qui ont fait appel à BCP pour bénéficier des solutions d’accompagnement des entreprises pendant la crise, soit une enveloppe globale de près de 2,5 milliards de dirhams (231 millions d’euros). Enfin, il s’est mobilisé en faveur de ses fournisseurs et sous-traitants (en particulier les TPE) afin de leur garantir un flux d’activité constant tout en réduisant les délais de règlement.

Recul attendu du résultat net

En Afrique subsaharienne, la même démarche solidaire et citoyenne a animé les filiales internationales. Plusieurs actions ont ainsi été entreprises notamment par le réseau Banque Atlantique, dont le report des échéances de crédit, la participation au fonds Covid-19 en zone Uemoa, et la mise en gratuité des services digitaux.

Un partenariat a également été conclu avec la Côte d’Ivoire via Wizall Money, en qualité d’opérateur de paiement, dans le cadre du fonds de solidarité d’urgence en vue d’acheminer les aides aux populations les plus vulnérables. En termes de réalisations financières, les résultats du premier trimestre 2020 intègrent les premiers impacts de la pandémie.

Ainsi, le produit net bancaire consolidé a augmenté de 1%, à près de 4,3 milliards de dirhams à fin mars, soutenu par la bonne performance de la banque de détail au Maroc et à l’international. Cette dernière a profité de l’intégration des nouvelles filiales acquises fin 2019. Ainsi, la marge d’intérêt et la marge sur commissions augmentent de 17% et de 22% respectivement. En revanche, le résultat des activités de marché a connu une forte baisse, du fait de la réaction négative des marchés financiers à la propagation de la pandémie.

En matière d’activité, la banque confirme sa résilience en améliorant sa part de marché, au Maroc, sur les dépôts de la clientèle, grâce essentiellement à la dynamique de la collecte sur les particuliers locaux.  En effet, le groupe a collecté 1,8 milliard de dirhams de dépôts au premier trimestre, confortant sa position de leader avec une part de marché de 26,3%. Sur les crédits à l’économie, la part de marché se maintient à 23,6%.

En dépit de la prise en compte des premiers impacts prévisionnels de la crise sanitaire, le coût du risque s’allège de 2,4% à 751 millions de dirhams.

Intégrant au prorata de l’année le don au fonds de lutte contre la Covid-19, le résultat net consolidé recule de 39% à 470 millions de dirhams (245,3 millions en part du groupe). Partant de « fondamentaux solides », le groupe BCP « demeure confiant quant à sa capacité à dépasser cette crise et contribuer activement à la relance de l’économie du pays », considère le conseil d’administration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This